Categories

Voyage à Istanbul – l’Empire byzantin

Depuis mon enfance, à la seule évocation de noms comme Byzance ou Constantinople, mon imagination partait en voyage pour des mondes révolus…

La mosquée bleue et Sainte Sophie dans une fin d'après-midi ensoleillée

Le dernier séjour à Istanbul m’a fait découvrir que la fascination pouvait être réelle…

Vestiges de la muraille défensive

La muraille achevée au milieu du Ve siècle qui entourait et doublait la superficie de la cité antique est bien présente encore et domine de sa masse la ville moderne

Tour carrée qui pouvait mesurer jusqu'à 20 mètres de haut, sur les remparts

Pendant un millénaire la protection de la cité a été assurée par des kilomètres de fortifications, les vestiges restants sont restaurés peu à peu, comme quelques unes des 96 tours de garde réparties sur les murailles

Sainte Sophie vue du Bosphore en fin d'après midi ensoleillé

Au VIe siècle, à Constantinople, l’empereur Justinien, issu du peuple tout comme comme son épouse, l’intelligente et ambitieuse Théodora entreprit de reconstruire une immense église palatiale pour affermir son pouvoir spirituel et temporel

Sainte Sophie vue du palais de Topkapi

Elle fut inaugurée en 537 et adroitement dédiée à la Sainte Sagesse divine, Hagia Sophia en grec, communément appelée Sainte Sophie depuis

Sainte-Sophie du VIe siècle et ses minarets bien postérieurs

Elle fut et resta pendant des siècles le plus grand monument de la chrétienté

Quatre minarets lui furent ajoutés successivement aux XVe et XVIe siècles

La monumentale coupole de 31 mètres de diamètre

Sa construction, bien qu’inspirée par l’architecture antique, mais devenue le prototype du style byzantin est un défi à la matière et une affirmation de la nouvelle spiritualité chrétienne

Les énormes et tristes contreforts lui ont été ajoutés plus tard pour la protéger des secousses sismiques l’ayant déjà affectée et pour assurer la stabilité de la grande coupole

Les contreforts autour de l'abside de Sainte Sophie

L’immense coupole perçue comme le microcosme de la voûte céleste, marquera définitivement l’orientation de l’architecture religieuse ottomane

La coupole centrale et une demi-coupole avec le gigantesque échafaudage pour la restauration

La monumentale coupole qui culmine à 49 mètres du sol, dont la poussée est transmise à 4 demi coupoles, procure un sentiment d’apesanteur tout à fait étrange, compte tenu de la masse considérable de l’édifice

Les coupoles s’appuient sur des piliers massifs dont la structure est camouflée sous des plaques de marbre de couleur

La base de la calotte percée de 40 fenêtres

La conquête ottomane au XVe siècle la transforma en mosquée, selon la tradition islamique qui l’assimilait au temple céleste rencontré par le prophète Mohammed lors de son ascension nocturne

Ayasofya (en turc) ou Sainte Sophie - Les bas-côtés et leurs 91 fenêtres

En respectant sa beauté et sa majesté, les nouveaux maîtres de l’empire ottoman se contentèrent de masquer les décors chrétiens sous d’épais badigeons recouverts d’élégantes frises et motifs décoratifs

Sous les badigeons, des mosaïques chrétiennes retrouvées

On pilla les plus beaux temples grecs et romains ruinés, colonnes de jaspe et de porphyre, plaques de revêtement en marbre, portes de bronze pour lui donner une splendeur inégalée

Ayasofya - Vers le chœur avec ses perspectives fuyantes de colonnades et de balustrades

La lumière du jour et les éclairages nocturnes se reflétant sur les millions de tesselles des mosaïques d’or devaient donner au temps de sa splendeur antique un inoubliable saisissement de stupeur et d’admiration

Les élégantes colonnes antiques aux tribunes des bas-côtés

Les innombrables fenêtres, qui allègent la maçonnerie, semblables à des puits de lumière accentuent l’atmosphère irréelle du lieu, et font vibrer de façon impondérable  les décors peints et  les marbres de couleur

Ayasofya et son décor de marbres polychromes

Comme l’édifice n’est plus un lieu de culte, les grands travaux de restauration se poursuivent depuis de nombreuses années

Les chapiteaux

En raison des travaux, je n’ai pu voir les célèbres mosaïques des étages, sauf celle-ci, en haut du vestibule d’entrée, où les empereurs Constantin pour la cité et Justinien pour Sainte Sophie mettent leurs réalisations sous la protection de la Mère du Sauveur

La Vierge sur la mosaïque à fond d'or du vestibule

Les deux empereurs ne vivaient pas à la même époque et avaient depuis longtemps disparu quand cette mosaïque anachronique fut réalisée au XIe siècle

Entrée monumentale, vue de l'atrium

La façade de Sainte Sophie est précédée d’un atrium, suivant le style de l’architecture romaine…

Porte de bronze antique réemployée

…Et les portes de bronze viennent de temples antiques ruinés

D’immenses citernes pourvoyaient au besoin en eau des habitants de la cité

La forêt de colonnes dans la citerne-basilique

Plusieurs furent enterrées, entretenues et utilisées pendant de nombreux siècles

La citerne-basilique

La citerne-basilique desservait le palais impérial byzantin, puis plus tard approvisionnait en eau les jardins du palais de Topkapi

La féerie de la citerne-basilique

Dans la citerne, aménagée pour la visite, le niveau d’eau reste suffisant pour que les nombreuses colonnes soutenant la construction s’y reflètent et se perdent dans la pénombre…

La vie souterraine dans la grande citerne

…Donnant le spectacle étrange et fascinant d’un palais englouti

Deux têtes de Méduse, provenant de fûts de colonnes antiques ont été ré-employées censées protéger l’édifice des forces malfaisantes

La tête de Méduse à l'antique

L’immense palais impérial, centre symbolique de la cité, ville dans la ville, dont Sainte Sophie n’était qu’un élément du complexe palatial a complètement disparu

Il ne reste, comme vestiges, de cette splendeur évanouie que des mosaïques, les plus anciennes d’Istanbul

Les mosaïques dans leur lieu d'origine

Retrouvées dans les années 1930, elles sont exposées « in situ » dans le péristyle d’une cour de l’ancien palais

L'exotisme et les jeux d'enfants

Elles datent de l’époque de Justinien au milieu du VIe siècle et sont plutôt du style de l’art antique finissant

Tendre scène entre un âne timide et un jeune homme prévenant

Ces pavements font la part belle aux sujets allégoriques de la mythologie, aux travaux champêtres, aux jeux d’enfants…

Goût pour les animaux fabuleux

…Aux scènes de chasse ou de combats avec des animaux, à la faune et à la flore orientale, palmiers, chameaux, lions et singes…

La mythologie toujours présente

La ressemblance des sols avec des tapis se manifeste dans les bordures décorées de feuilles d’acanthe avec mascarons et feuillages

Scène de chasse au tigre

La gamme chromatique subtile des mosaïques et leur technique élaborée laissent imaginer ce que pouvait être la peinture antique presque totalement disparue

La suite avec l’Istanbul ottomane

Et Istanbul, impressions sur la ville moderne

3 comments to Voyage à Istanbul – l’Empire byzantin

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>