Categories

Japon en été – Le château d’Hikone – 1ère partie

La paix qui suivit la fin des guerres civiles fut gagnée de haute lutte par le grand homme d’état Tokugawa Ieyasu qui imposa l’unité du pays sous son autorité

Ce nouveau Shogun récompensa la fidélité de quelques Daimyo en leur permettant de se faire construire un château pour renforcer le contrôle sur leurs terres

Ces citadelles militaires, postes de guet et de commandement en cas de bataille, en principe inexpugnables, commodes à défendre évoluèrent assez rapidement comme symbole de l’importance et de la puissance affichées du seigneur qui l’occupait

Le plan classique du château se compose d’un donjon à l’intérieur d’une première enceinte suivie par d’autres disposées selon les avantages stratégiques du terrain

Les employés municipaux à l’œuvre sur les terrains longeant l’enceinte extérieure

Le château d’Hikone, fief du clan du grand feudataire Ii, construit dans les vingt premières années du XVIIe siècle, édifié comme une citadelle défensive n’a jamais eu à subir aucun siège ni assaut de l’ennemi !

Entrée par l’enceinte extérieure – Les lycéens vont à l’école située dans l’enceinte du château !

Bien que les châteaux n’aient jamais été construits très hauts, d’énormes citadelles se seraient effondrées de manière catastrophique lors des tremblements de terre, le donjon de Hikone s’élevant sur le sommet d’une colline naturelle dominant la ville était considéré par les habitants comme le symbole de la cité

La ville bâtie au pied du château, vue du haut du donjon

La fonction primordiale du château est de repousser une attaque de l’ennemi, donc à l’entourer d’un réseau complexe de fossés et de douves

Yagura –  Poste de guet sur le rempart extérieur

Des tours de guet surveillaient l’intérieur de la forteresse où se trouvaient la résidence du Daimyô et les services administratifs du domaine

Paisible fréquentation des douves

Les fondations des murailles et des remparts en gros blocs de pierre assuraient une défense supplémentaire

Entrée dans l’enceinte extérieure entre de gros murs de pierres

Certains se dressant même entre les passages et les clôtures d’enceinte, rendant la pénétration de l’ennemi extrêmement périlleuse, voire impossible

Énormes blocs de pierres barrant un passage

Plusieurs ponts sont naturellement prévus pour franchir les douves

Premier pont après l’enceinte extérieure

Après ce pont, un petit sentier monte à l’assaut de la colline, longeant la deuxième enceinte qui ceinture le sommet de cette colline

Le sentier est constitué d’une longue volée d’escaliers de pierre, chaque marche est irrégulière de hauteur comme de profondeur, un peu éprouvantes à monter surtout avec la chaleur étouffante, même de bon matin, qui dépassaient ce jour-là les 35° à l’ombre !

Ces marches aussi incommodes ont été faites intentionnellement pour « casser » les jambes à de supposés soldats ennemis et rendre l’accès au château plus difficile

Des barrières de bambous comme garde-fous, le long du sentier

Des tours d’angles surveillaient chaque point stratégique commandant l’accès à l’ensemble du donjon, elles étaient reliées entre elles par des murs de pierres appareillées ou des galeries fortifiées

Les ponts-levis étaient rares, des passerelles en bois enjambaient les douves, on les détruisait en cas de siège afin d’éviter l’intrusion ennemie

La passerelle menant à l’enceinte intérieure

La passerelle permettait d’arriver plus rapidement au donjon en temps de paix en survolant le chemin de garde, mais…

Ce pont-passerelle de bois est unique au Japon actuellement

… Actuellement les amateurs de châteaux doivent continuer leur longue montée en cheminant le long de l’enceinte, il faut mériter le plaisir de la visite !

Les énormes madriers renforcés de pièces de métal (de restauration assez récente)

Heureusement, les Japonais toujours attentifs au besoin des touristes, ont prévu en haut du chemin une petite halte pour se rafraîchir !

Pas les bannières du clan Ii, seulement des signaux pour les rafraîchissements !

Une boutique de souvenirs aussi, peut-être incongrue dans un domaine architectural classé, mais cette habitude marchande se retrouve partout au Japon (et je l’avoue, quelquefois bien agréable !)

Souvenirs et rafraîchissements

Magasin où l’on peut acheter ses armoiries sur papier ou en métal doré, les armoiries au Japon, réservées primitivement à l’aristocratie militaire, se répandirent pour tous à la restauration de Meiji et n’importe qui peut choisir dans un vaste répertoire son insigne ou encore s’inventer son propre emblème

Mon – Armoiries traditionnelles des grandes familles

On ne peut accéder au donjon que par un chemin étroit et sinueux cerné par de hauts murs gardé par des entrées successives qui constituaient autant de miradors et de base de tir à l’époque des seigneurs Ii

Même l’implantation des arbres concourait à rendre inexpugnable la forteresse

Nous continuons à gravir la colline en franchissant de nouvelles douves, où entre des murs appareillés nous passons sous deux portes en chicane, ouvrant l’une sur l’extérieur et l’autre sur l’intérieur du château

Dernière porte donnant accès au donjon

Les chicanes multiples des portes et des passages étaient là pour éviter que les assaillants ne puisse progresser en ligne droite jusqu’à la dernière enceinte

Enfin ! Sus au donjon !

L’entre-deux portes, forme un sas ou un réduit où l’on pouvait attirer et bloquer les assaillants pour les attaquer du haut des remparts

Un battant de porte lourdement renforcé de barres de métal

A l’époque héroïque du château, les assaillants ne pouvait atteindre le donjon…

Impressionnante entrée !

…qu’après avoir franchi cette imposante entrée à deux étages fermée par de lourdes portes en bois bardées de fer …

Énormes et beaux clous sur les portes

…et traversé une seconde petite cour dans laquelle ils se trouvaient à portée de fusil ou de flèches des guetteurs

Le bois partout reste très présent

Autour de la dernière porte, les pentes des remparts de pierre, déjà fort raides se terminent vers le haut par un redoutable surplomb qui en rendait l’escalade plus difficile encore

Courbure extérieure dite « rampe en éventail » des remparts

Les bâtisseurs de châteaux choisissaient évidemment pour dresser leur donjon l’emplacement le plus élevé dans le dernier périmètre de la place forte

Le haut du donjon rivalisant avec les arbres

Ce donjon, enfin atteint ! domine l’ensemble du château de toute sa hauteur, 21 mètres, il offrait, à l’époque, le point de guet idéal à l’observation des mouvements de l’ennemi

Le Tenshu ou donjon posé sur un lit de pierres servant de fondation

Il est bâti sur un plan carré, isolé des autres édifices qu’il surplombe, accolé d’une tourelle ou d’un petit donjon constituant un « complexe simple » dans la classification des châteaux japonais en général à la structure plus élaborée

Flanqué sur sa gauche d’un petit pavillon (moderne) qui sert d’entrée actuellement

Les murs sont enduits de plâtre, à l’aide d’un mélange de chaux et de poudre de coquillages afin de protéger la bâtisse contre l’incendie

Le très élégant donjon avec une véranda entourée d’une balustrade à l’étage supérieur

Le plâtre blanc crée un saisissant contraste avec les tuiles sombres des toitures et le bois noir des poutres et des volets des étages supérieurs

Chidori Hafu – Les toits de » style pluvier »

Le château construit en temps de paix a servi uniquement de résidence aux Daimyo, l’élégante décoration des extérieurs, surtout des toitures, mais aussi des intérieurs a pour cela été extrêmement recherchée

Le dernier toit de style Irimoya en demi-croupe, avec tuiles en terre cuite, antéfixe et acrotère

Le style d’architecture en vigueur au début de l’époque Momoyama (début du XVIIe siècle) est encore inspiré du style classique chinois mais l’adaptation donnée par les Japonais est tout à fait originale

Ainsi deux types de toits se côtoient dans un même bâtiment, le style Kara-hafu de forme convexe et le style Chidori-hafu de forme triangulaire, les deux typiquement japonais soulignent chaque étage

Les fenêtres cintrées, pareilles à celles de l’architecture zen, apportent un raffinement supplémentaire

Katômado – Fenêtres cintrées aux premier et deuxième étage

L’emblème familial des Daimyo du clan Ii est abondamment représenté, sur les tuiles faîtières, et sous l’arc des toits

Les Mon dorés étincellent sous le soleil estival

Les étroites meurtrières pratiquées dans les murailles du château étaient faites pour pointer les arquebuses sur l’ennemi, artistiquement réparties, elles ajoutent à la beauté de la structure

Les meurtrières ponctuant le mur juste au-dessus de l’enceinte

L’architecture des palais ou des demeures aristocratiques, était calquée essentiellement sur le modèle religieux des grands temples bouddhiques ou shintoïstes, le style de construction des châteaux est un bel exemple par contre d’une architecture séculière

Un passage à portée des tirs de flèches

La visite à l’intérieur, très sobre, du château sera pour le prochain article

8 comments to Japon en été – Le château d’Hikone – 1ère partie

  • Je viens de me plonger dans tes récents reportages sur le Japon, merci d’avoir pris le temps de nous transmettre tant d’informations ! Nous sommes en général complètement ignares en matière d’histoire des autres civilisations, sauf si nous faisons un effort personnel de rencontre. Apprendre un peu du passé du Japon via la visite éclairée de ces deux châteaux me montre à quel point nous avons des ressemblances au-delà des différences. Comme le disait si bien Jacqueline, nous faisons bien partie d’une même humanité…
    Ta famille a-t-elle aussi une armoirie traditionnelle ?
    Et oui, je suis aussi très intéressée par la vie quotidienne actuelle qui passe par la cuisine, inévitablement !
    Encore merci Marie Claude. Avez-vous un projet de voyage au Japon de nouveau ? Je suppose que la tragédie du 11 mars doit compliquer les choses…
    Toute mon amitié,
    Katell

    • chambre.des.couleurs

      Merci Katell, les Japonais ont un très grand amour pour leurs châteaux et j’essaie de montrer des aspects du Japon un peu trop méconnus …L’architecture, ce n’est pas si barbant ! Si ?
      La famille a aussi un « Mon » hérité de la famille de ma belle-mère, petite-fille de samourai de Hirosaki justement, il faudra que je le photographie, il n’est pas très courant
      Le voyage au Japon est envisagé pour la fin octobre, mais pour l’instant, nous sommes dans l’expectative…

  • Françoise Boissier Aurenty

    Non, l’architecture, ce n’est pas barbant! ce qui me frappe ici, c’est le contraste entre la rusticité des soubassements de pierre et le raffinement des parties supérieures, en particulier des toitures.La complexité des volumes et de leur agencement me semble particulièrement admirable.Quels charpentiers, quels menuisiers, ces Japonais! Et l’appareil des tuiles, une beauté!
    De belles images, un bon guide: un beau voyage, que nous poursuivons avec joie.

  • Armoiries que l’on retrouve sur les gardes des sabres ?! J’aime beaucoup les châteaux japonais. Je n’en connais pas beaucoup, mais suis retournée une seconde fois au château d’Himeji, le premier château visité au japon qui m’avais donc laissé une très grande impression. tellement dépaysant à côté de nos propres châteaux. Ce château-là sera fermé pour 5 ans, pour entretient et rénovation. d’autre châteaux sont en voie de reconstruction, comme celui de Kanazsawa où j’ai eu la chance de voir la calligraphie et l’artiste qui l’a réalisée. Calligraphie sur une poutre qui sera insérée dans la construction, comme nos premières pierres de construction. Une chance formidable.
    Ce château d’Hikone a l’air d’être un petit bijou.

  • Lebouteiller Monique

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce merveilleux voyage que je viens de faire grâce à vous par l’intermédiaire de vos diverses photos.
    je suis très sensible à la culture, à l’art japonais, j’en suis beaucoup plus proche. C’est un vrai bonheur de regarder, toucher un kimono, participer à une cérémonie du thé, préparer un bouquet d’Ikebana etc. Il y a une telle sérénité dans tout cela.
    Ils me conviennent beaucoup mieux que la culture et l’art français.
    merci,
    Monique Lebouteiller

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>