Categories

Archives

Japon – L’été à Aomori – Nebuta Matsuri – V – Nebuta no Sato

Séjour à Aomori – Nebuta Matsuri – autres articles : 1 | 2 | 3 | 4 | 5

Aucunes sources fiables n’expliquent ni l’origine du Nebuta ni son nom d’ailleurs

Mais la dernière théorie pour rattacher le Nebuta au O’Bon, la fête où l’on célèbre ses défunts au mois d’août nous semble bien fantaisiste

Il suffit d’assister une seule fois au Nebuta pour comprendre que cette thèse est contestable

Les lanternes à l’entrée du « musée » du Nebuta

Nebuta no sato ou pays natal du Nebuta, est situé un peu en dehors d’Aomori sur la route des montagnes toutes proches dans un lieu encore sauvage planté de forêts de Hiba, une variante du cèdre dont les troncs élancés ont été employés dans de nombreux bâtiments anciens, bien loin même de leur lieu d’origine

Les immenses forêts de Hiba, richesse du département d’Aomori

Le site a été malheureusement endommagé par les travaux nécessaires au passage du Shinkansen, le train à grande vitesse qui relie depuis cette année Tokyo à Aomori directement

La voie du Shinkansen passe au-dessus du site en traversant les forêts

On raconte que le site de Nebuta no sato serait l’ancien village ou les Ezo se seraient cachés afin d’échapper au redoutable Tamuramaro

Le site verdoyant qui abrite le « musée » du Nebuta

Le site abrite le tronc d’un antique cerisier planté autrefois dans un sanctuaire shinto et vénéré comme la demeure d’un kami

La corde et les bandelettes de papier blanc sont les marques du sacré

Un immense hangar sert de lieu d’exposition aux Nebuta qui ont tous été primés ces dernières années…

Le hangar construit en tôles est terriblement surchauffé pendant l’été !

…Hangar abritant de biens sympathiques créatures comme ce dragon entre deux lanternes sur lesquelles est inscrit le nom du lieu

Au Japon tout comme en Chine, les dragons sont en général protecteurs et bienfaisants

On peut comprendre là, étapes par étapes, les processus de fabrication des Nebuta

Petite maquette d’un projet en cours

Une structure en bois sert de socle aux fils de fer façonnés selon la forme désirée, le système électrique est installé à l’intérieur avant que le papier blanc Washi collé en dernier puisse laisser transparaître la lumière

Les étapes successives de la fabrication d’une tête

Puis après que la base du dessin composée de lignes noires soient dessinées à l’encre de Chine, de la paraffine est étalée sur toute la surface afin de recevoir les applications de couleurs vives qui deviendront ainsi éclatantes

Avant la couleur

Chaque créateur de Nebuta a développé un style original …

Le héros s’élance le premier pour traverser la rivière Uji
Épisode tiré de la guerre contre le clan des Minamoto

…Que l’on peut reconnaître d’année en année

Zhuge Liang, célèbre stratège chinois de l’époque des Trois Royaumes
Les dragons font référence à son surnom

Leurs authentiques créations deviennent des classiques…

Benkei (à droite) fidèle compagnon du héros Yoshitsune affronte l’esprit de Taira no Tomomori
Épisode tirée de la guerre contre le clan des Minamoto

Taira no Tomomori, mort en mer pendant la bataille de Dan no Ura

Le moine guerrier Benkei

…Que l’on retrouve sur nombre de produits dérivés……Cerf-volants, rideaux de porte, ou superbes boîtes de gâteaux de riz par exemple

Un autre dragon amical

Les expressions des figures paraissent stéréotypées, mais moi, j’y trouve beaucoup d’individualité, en tout cas la puissance des personnages ne laisse pas d’impressionner

Œuvre d’un autre maître d’un style bien différent

La ville d’Hirosaki a aussi son Matsuri d’été que l’on appelle plutôt Neputa selon l’accent régional, assez différent de celui d’Aomori, même si les figures sont créées de la même façon

Maneki neko Neputa !

Des documents photographiques anciens ont été retrouvés…

Petits Nebuta de quartier des années 1920

…Où l’on voit que les anciens Nebuta étaient portés sur les épaules…

Nebuta des années 1930

…Avant d’être installés sur des chars suivant leur taille qui ne cessait de s’accroître…

Nebuta de quartier vers 1930

La documentation par contre est très abondante après-guerre, les appareils photos étaient bon marché et tout le monde en profitait !

Mon beau-père jouant du Taiko dans les années 1960

De nos jours, au Nebuta no sato chacun peut s’essayer à devenir joueur de Taiko, le gros tambour…

Ma belle-mère s’y essaie…

…offert gracieusement par l’office du tourisme de la préfecture d’Aomori

…Tandis que mon mari cherche le rythme !

Je sais que chaque famille ancienne d’Aomori possède ses propres photos de Nebuta

Mon beau-père entouré de ses collègues de travail en Haneto vers 1960

…Où il est toujours amusant de voir les évolutions de la fête au fil des années

En Haneto toujours dans les années 1950

Le site de Nebuta no sato réserve une petite partie de son espace aux enfants, grands et petits

Divertissement familial !

Une petite rivière coule au milieu de la forêt…

La rivière, réputée poissonneuse, a permis le développement du village ancien

…Où quelque familier des lieux se promène en toute quiétude, juste à nos pieds

Un long serpent se faufile dans les herbes

Quelques boutiques pour les achats de souvenirs indispensables…

Viande de porc cuite dans une sauce au soja et salade de choux cru

…Et bien sûr quelques propositions alléchantes…Bon, dans un endroit touristique, il ne faut pas chercher l’excellence

Ramen, toujours le préféré !

Mes séjours à Aomori se poursuivront dans de prochains articles…Si la lassitude n’a pas encore aliéné mes fidèles lectrices !
————————
Séjour à Aomori – Nebuta Matsuri – La fête de l’été :
I – Le Nebuta de nuit
II – Nebuta Bayashi
III – Les Haneto
IV – La fin du Nebuta
V – Nebuta no Sato

2 comments to Japon – L’été à Aomori – Nebuta Matsuri – V – Nebuta no Sato

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>