Categories

Paris – Exposition « Samurai » – Musée du Quai Branly – I – Les armures

Exposition Samurai – autres articles : I | II | III

Cette exposition, qui s’est achevée fin janvier, mettait en scène la collection extraordinaire d’armures japonaises de G.Barbier-Mueller, rejeton d’un magnat des affaires, sortie pour la première fois de son musée privé de Dallas au Texas, pièces de collections venant essentiellement d’anciens fonds européens constitués au XIXe siècle

Armures de parade de samurai qui ouvraient l’exposition – Fin du XIXe siècle

Les armures japonaises furent de tous temps des objets splendides, témoignages des vies de cour luxueuses, éléments de prestige sur le champ de bataille, symboles de l’honneur des nobles lignées et une façon de se préparer avec apparat à mourir les armes à la main

Armure de parade laquée d’or – Milieu du XIXe siècle

Au Japon, loin d’un goût particulier pour les objets dits « de guerre », les armures et les armes étaient conçus comme des objets d’art et recevaient la plus grande attention dans leur exécution

Le beau, quête de la vie quotidienne, favorisant aussi la spiritualité est toujours l’exaltation de la vie et de l’amour de la nature tantôt grave, tantôt plein d’humour

Gusoku et O-Yoroi l’armure complète est généralement constituée de grandes plaques de fer, de rangées de plaques horizontales…

Casques et armures de samurai

Plaques de fer horizontales sur le corselet, petites lamelles de fer verticales sur la jupe d’armure
Armure de type Tôsei gusoku -Fin du XVIe siècle

…ou de rangées de petites lamelles de fer attachées par un laçage, plus ou moins complexe selon les époques, de cordons de soie ou de cuir colorés

Casques et armures de samurai

Dos de l’armure et détails du laçage au moyen de cordons de soie

Comme il était d’usage d’intégrer dans une armure des éléments plus anciens, il est fort rare d’en trouver une avec tous ses composants d’origine

Casques et armures de samurai

Dos de l’armure – Détails de l’extrême raffinement des attaches, bronze, cuir décoré et laqué et cordons de soie bleus

Ces armures de collection sont donc toutes des montages très soignés d’éléments de différentes époques, pour la plupart armures de parade, exposées dans les demeures nobiliaires ou encore déposées, après la bataille, dans les sanctuaires shinto comme action de grâce

Casques et armures de samurai

Différents éléments de l’armure japonaise archétype

Une armure de samurai se compose de 8 éléments essentiels, tous d’une grande sophistication

Casques et armures de samurai

Armure rouge et bleue de type Tôsei gusoku d’un sobre esthétisme – XVIIIe siècle

Kabuto, le casque en fer avec protection de nuque et gorgerin en lamelles de fer articulées liées par des cordons de soie

Mengu et Membô, le masque de guerre comme protection du visage

Casques et armures de samurai

Détail du casque surmonté d’un Karasu Tengu esprit de corbeau est antérieur d’un siècle au masque
Les deux portent les signatures d’artisans – XVIIe et XVIIIe siècle

Do, la cuirasse avec un corselet de protection de poitrine en fer

Sode, les épaulières, plaques indépendantes partant des épaules protégeant aussi le haut des bras

Kote, les brassards en cotte de maille doublés de soie prolongés par des gantelets en fer laqué

Casques et armures de samurai

Détail des Itazane, plaques horizontales de fer laqué constituant la cuirasse – XVIIIe siècle

Kusazuri, la jupe d’armure articulée, suspendue à la cuirasse et divisée habituellement en 4 ou 7 pans afin de permettre le mouvement

Haidate, la sous-jupe ou cuissards en plaquettes de cuir laqué articulées maintenues par des cordelettes de soie

Suneate, les jambières en deux ou trois plaques bombées et jointes en fer ou en lamelles de fer verticales doublées de soie assortie aux manches

Casques et armures de samurai

La jupe très souple aux lamelles Kozane de fer laqué liées par des cordons de soie bleus

Les plus anciennes armures japonaises, d’après les figurines en terre cuite Haniwa de l’époque Yayoi remontant aux III-VIIe siècles étaient déjà constituées de plaques de fer rivées entre elles, inspirées de l’armement chinois avant de se modifier à partir du Xe siècle

Casques et armures de samurai

Plastron recouvert d’une peau de daim décorée et laquée pour empêcher que la corde de l’arc ne s’accroche dans les plaques de la cuirasse
Armure de type O-yoroi – Fin du XVIIIe siècle dans le style ancien de Kamakura

A la fin de l’époque Heian au XIIe siècle, suppléant à la défaillance du gouvernement central de Kyoto, l’ascension au pouvoir des clans militaires provinciaux, issus de branches collatérales de la famille impériale, permit d’améliorer considérablement la qualité des armes et des armures

Casques et armures de samurai

Détails du laçage très soigné en soie bleu foncé liant les petites plaques de fer de la même armure

Les  grandes armures complètes O-yoroi de l’époque Kamakura protégeaient surtout les cavaliers-archers de la noblesse lors des combats, les vastes épaulières remplaçant le bouclier qu’un archer à cheval ne pouvait manipuler en même temps que son arme…

Casques et armures de samurai

Osode – Vastes épaulières remplaçant le bouclier
Armure de type Tôsei gusoku – Fin du XVIe siècle

… leur qualité intrinsèque leur assurant davantage de protection qu’aux fantassins assistant les guerriers de haut rang, qui ne portaient qu’un corselet en plaques de cuir lacées dans le dos et protégeant uniquement leur buste

Casques et armures de samurai

Sashimono – Bannière attachée derrière le dos chargée d’identifier le clan du guerrier sur le champ de bataille, ici faite de papier Washi laqué et doré
Armure du type Tôsei gusoku – Début du XVIIe siècle

Quand ensuite, au milieu du XIVe siècle, les tactiques militaires accorderont plus d’importance à l’infanterie et aux combats à pieds lors des guerre civiles dans les montagnes du centre du pays…

Casques et armures de samurai

Détail du casque recouvert de fourrure en forme de chapeau de cour Eboshi – XVIe siècle

…les armures seront modifiées pour permettre une plus grande mobilité…

Casques et armures de samurai

Armure de type Dômaru au corselet composé d’écailles de fer indépendantes
Début du XVIIe siècle

… Dômaru ou Haramaki, l’armure sans décoration des simples soldats, plus souple, bien ajustée et d’une seule pièce sera finalement adoptée par tous les samurai…

Casques et armures de samurai

Détails des écailles apportant de la souplesse à l’armure
Détail des gantelets en fer

…cette armure perfectionnée avec ajout d’épaulières protectrices, de casque et autres éléments aux décors raffinés sera celle en vigueur jusqu’à la fin de l’époque Muromachi au XVe siècle

Casques et armures de samurai

Illustration ancienne sur l’art d’enfiler une armure de type Tôsei gusoku

Procédé pour s’équiper de son armure à tester en cas d’urgence uniquement ! Où l’humour jamais absent même en temps de guerre (illustrations ne figurant pas dans l’exposition)

Casques et armures de samurai

Difficile acrobatie pour enfiler son armure sortie toute droite de sa boîte

A l’époque Momoyama, au milieu du XVIe siècle, de nouvelles guerres civiles ravageant le pays, l’introduction des armes à feu et des armures occidentales par les Portugais contribuera encore à modifier les techniques d’armement en s’inspirant des modèles européens

Casques et armures de samurai

Traces d’impact de balle de mousquet sur la cuirasse en fer afin d’en mesurer la résistance sur une armure de type Tôsei gusoku – XVIIe ou XVIIIe siècle

Ce fut l’origine de nouvelles transformations de l’armement, plastrons et dos en fer martelé remplacèrent les armures traditionnelles faites de lamelles de fer, des protections pour les membres furent ajoutées pour obtenir une armure complète dénommée Tôsei gusoku

Casques et armures de samurai

Armure de type Tôsei gusoku pour un jeune garçon et ses brassards de deux pièces en fer – Fin du XIXe siècle

La structure des armures et l’inventivité des formes bénéficieront de l’important développement de la forge des métaux

Casques et armures de samurai

Cuirasse simple en fer forgé – Armure de type Tôsei gusoku – Fin du XVIe siècle

Les armures de cette époque furent simplifiées, la structure de la cuirasse d’un seul tenant obtint les faveurs des guerriers…

Casques et armures de samurai

Détails raffinés des gantelets avec armoiries en laque dorée

…mais la laque dorée et la finesse des détails sont le reflet d’une nouvelle esthétique

Casques et armures de samurai

Le corselet-cuirasse est composé de cinq plaques articulées pour une meilleure souplesse
Armure de type Tôsei gusoku – XVIIe siècle

Dans l’armée où l’infanterie jouera un rôle de plus en plus prédominant, la nouvelle armure Tôsei gusoku faite d’une seule pièce offrira une plus grande mobilité et une meilleure protection contre les lances des fantassins, c’est le type d’armure qui persistera jusqu’à la fin de l’époque Edo au XIXe siècle

Casques et armures de samurai

Détails du dos de l’armure et de la sophistication des attaches

Quand l’unification du pays sera réalisée dans une paix relative, les guerres privées interdites sous le gouvernement du dernier grand chef de guerre Togukawa Ieyasu,…

Casques et armures de samurai

Armure de type Tôsei gusaku
Fer, bronze, or et argent – XVIIe siècle

…les armures sans plus d’utilité sur le champ de bataille cesseront d’être fonctionnelles et deviendront uniquement des objets décoratifs de parade …

Casques et armures de samurai

Détail du plastron gravé en argent sur le fer du motif  » shishi et herbes folles » à la mode au XVe siècle

…que l’imagination des forgerons, des fondeurs et des ciseleurs couvriront de décors les plus raffinés

Casques et armures de samurai

Armure composite aux ornements de métaux précieux du milieu du XVIIIe siècle tandis que le casque est antérieur de 4 siècles

Lors des processions cérémonielles, les Daimyô, les grands feudataires, exhibaient leurs armures comme signe extérieur de pouvoir et de richesse

Casques et armures de samurai

Détail de l’armure au plastron décoré d’un dragon fait en shakudo alliage de cuivre et d’or à l’aspect niellé

Au milieu du XVIIe siècle le Japon pratiqua une sévère politique d’isolement, en l’absence de toute influence étrangère et du nouvel intérêt et des études pour la culture japonaise ancienne, les armuriers s’inspireront des styles médiévaux redevenus à la mode et la fabrication des nouvelles armures fera l’objet du plus grand raffinement artistique

Casques et armures de samurai

Détail des gantelets et des brassards en fer laqué de branches fleuries et au blason familial de papillon en laque d’or

Pendant l’époque Edo, du XVIIe à la fin du XIXe siècle, l’aristocratie militaire commandait ses armures auprès d’un des neuf principaux centres d’armuriers

Casques et armures de samurai

Armure composite de type Tôsei gusoku avec deux éventails de commandement
Magnifiques chaussures en fourrure d’ours ! Milieu du XVIIIe siècle

Ces centres formaient des générations d’artisans qui se transmettaient le métier de père en fils…

Casques et armures de samurai

Détail de l’armure composite, le casque est du XVe siècle

…les forgerons fabriquaient toutes les pièces en métal, les laqueurs revêtaient le fer et le cuir de laque pour les consolider et les protéger des intempéries…

Casques et armures de samurai

Détail d’une armure de type Domaru, des brassards en mailles de fer avec le mon, le blason familial
XVIIIe-XIXe siècles…

… les dinandiers travaillaient les métaux précieux comme l’or, l’argent et le cuivre pour les nombreux éléments décoratifs qui enrichissaient l’armure

Casques et armures de samurai

…Et du casque surmonté d’un shishi, lion fabuleux, décoré du blason familial, antérieur de plusieurs siècles

Ces artisans signaient souvent leurs œuvres afin d’en garantir la plus haute qualité

Casques et armures de samurai

Kote, brassards protégeant les manches décorés du motif fantastique du Karasu tengu esprit du corbeau
Fer et argent – Fin du XVIIIe siècle

Une armure représentait l’effort collectif de plusieurs artisans, chacun ayant sa spécialité, les signatures précisaient que l’artisan du métal était différent de celui des éléments décoratifs par exemple

Casques et armures de samurai

Suneate, jambières décorées d’un motif de pivoine et de lion Shishi
Fer et bronze doré – Milieu du XVIIIe siècle

En plus du fer, de la laque, du cuir et des métaux précieux, des matières diverses comme des plumes, des poils et fourrure d’animaux, des fibres végétales étaient ajoutés pour personnaliser l’armure

Casques et armures de samurai

Détail d’une armure de type Tôsei gusoku
Plaques de fer, tissu et fils de soie, fibres végétales – Fin de Edo XIXe siècle

A la fin du XIXe siècle, le pouvoir impérial de Meiji fut rétabli, le pays renonça à sa politique d’isolement et l’armement traditionnel disparu laissant la place aux équipements modernes à l’image de l’Occident

Mon prochain article sera sur les casques, pour beaucoup très surprenants, dont la technique évolua au même rythme que les armures

Je me suis servie, pour rédiger cet article des précisions de mon époux, de plusieurs livres anciens de ma bibliothèque, de mes visites d’expositions, ayant la chance à Paris que le Japon soit à la mode depuis de nombreuses années !

————————
Paris – Exposition Samurai – Musée du Quai Branly – autres articles :
I – Les armures
II – Les casques et les masques de guerre
III – Les textiles

2 comments to Paris – Exposition « Samurai » – Musée du Quai Branly – I – Les armures

  • Françoise Boissier Aurenty

    On ne peut qu’être épaté par tant de savoir faire, de raffinement dans le luxe, d’imagination aussi.Ces guerriers devaient ressembler à d’énormes insectes d’une monstrueuse beauté.Mais pour finir ce n’étaient que de pauvres humains de chair et d’os et leur carapace était destinée à se couvrir de leur sang.Ah, je ne m’habituerai jamais à la folie des hommes!

    • chambre.des.couleurs

      J’avoue que la métaphore des insectes me laisse perplexe, car moi je n’y voyais rien de tel, mais à la réflexion….
      Si je suis extrêmement sensible à l’art et à la technique déployés dans ces armures, je suis tout autant gênée par ce que cet armement sous-entend
      Je n’ai pas, par cet article, voulu faire un panégyrique de l’art de la guerre mais juste relaté que cela a existé…
      L’admiration est souvent ambivalente

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>