Categories

Archives

Voyage à Istanbul – impressions sur la ville moderne

Le quartier de Sultanameth, est le centre historique d’Istanbul, là où se trouve les grands monuments, Sainte Sophie, la mosquée bleue, le palais de Topkapi, les musées…

Vieux charriot peint près du bazar aux tapis

Le petit bazar des tapis « l’Arasta Bazar » dont les boutiques occupent d’anciennes écuries et les magasins de faïence et d’objets touristiques, où l’on trouve quand même de jolies choses voisinent avec les hôtels de charme et leur façade de bois

61003_024
Partout des talismans en forme d’œil en verre peint de toutes les tailles et à tous les prix

Talisman sur la façade de l'hôtel contre le mauvais oeil ?

Dans les petits restaurants, la cuisine savoureuse est copieuse en produits frais pour des prix modiques

Repas de midi en terrasse

Les tables sont décorées de carreaux de céramique peints et vernissés

61004_015

Le matin, les tapis sortent et envahissent le trottoir

Les vieilles maisons en bois aux balcons ouvragés disparaissent au profit d’immeubles banals mais avec confort moderne

Au détour d’une rue, en levant le nez, d’agréables surprises s’offrent encore à la curiosité

61004_094

Entrée de l'église arménienne à Taksim.

Sur les abords de la grande avenue piétonne de Taksim, des petites ruelles encore champêtres

61004_103
La croisière sur le Bosphore et la Corne d’Or est un passage obligé pour le touriste qui se respecte !

C’est la meilleure manière de se rendre compte de la position stratégique de la ville, position qui lui a valu sa richesse et ses guerres de conquête

Rumeli Hisari, le fort construit au XIV° siècle pour contrôler le passage du Bosphore

Installé sur un promontoire sur les deux rives du Bosphore, Byzance, puis Constantinople et enfin Istanbul contrôlait le commerce terrestre et maritime aux confins de l’Europe et de l’Asie

La Corne d'Or des hauts du quartier de Eyüp

61004_148

Sur la rive du Bosphore, la mosquée d'Ortaköy et le grand pont suspendu

Les repas copieux, et servis généralement avec beaucoup d’amabilité, se souviennent que la Turquie est un grand producteur d’huile d’olive, et très généreusement nous en font profiter !

Un repas roboratif !

Heureusement que les calories sont nécessaires au touriste marcheur  !

Un beau décor pour l'indispensable thé à siroter très chaud

Les musées ayant épuisé avec bonheur notre temps de séjour, il ne me reste que quelques impressions très légères de la vie quotidienne à Istanbul, qui s’entassent pêle-mêle dans mes souvenirs, mais dont la réminiscence est délicieuse

Le gardien de la boutique

Les Stambouliotes aiment les chats, ils sont très présents dans la ville, jetant toutefois leur dévolu chez les marchands de tapis, dont ils gardent imperturbables, la marchandise

Les minets au frais sous les tapis

On en trouve partout près des restaurants et j’ai même vu dans Sainte Sophie un gros matou qui se prenait pour le maître des clés !

61005_030

A Sainte Sophie le gardien ne dort que d'un oeil car la couche n'est pas douillette

Il reste juste un peu de temps pour acheter les loukoums à la pistache chez Haci Bekir et les baklavas chez Saray Muhallebicileri, adresses données par un connaisseur( pas de photos, ils ont été très vite appréciés !) Reste le verre de jus de grenade pour se rafraîchir dans la rue

61007m_020

Un pressoir efficace mais qui laisse les pépins quand même !

61003m_039

Le café ou le çay (le thé) à la turque

Un peu de broderie sur toile et sur…papier !

61007_098

Broderies sur le linge de hammam du siècle dernier

61007_076

Calligraphie au nom de Süleyman au XVI° siècle

61007_105

Et par un artiste contemporain sur céramique

Je termine par la suprême élégance, la calligraphie et le tugra du plus célèbre sultan, Soliman dit le Magnifique.

2 comments to Voyage à Istanbul – impressions sur la ville moderne

  • nous rentrons d’Istanbul, j’en profite pour revisiter vos reportages !
    Nos photos sont en cours de tri, malheureusement deux jours de pluie sur 7 donc des résultats médiocres pour certains sujets. Contrepartie non négligeable, pas trop de monde dans les files d’attente.

    • chambre.des.couleurs

      Ah ! Quelle chance, Manuela, malgré la pluie d’être allé visiter cette ville passionnante !
      J’avais en parcourant le centre historique la tête pleine de récits antiques…Mettre ses pas dans la poussière de l’histoire encore si palpable a été passionnant et émouvant
      Istanbul byzantine ou ottomane, l’européenne ou l’asiatique ? Le cœur balance …
      Depuis, j’écoute de la musique turque instrumentale classique sans me lasser ! Peut-être connaissez vous un merveilleux disque de Jordi Savall « Istanbul – Le livre de la science de la musique » ? C’est une musique bien propre à amener les rêves et à plonger dans une nostalgie délicieuse
      Il faisait beau pour nous en cette fin de ramadan, mais j’ai perdu beaucoup de photos hélas

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>