Categories

Voyage à Toulouse – Le jardin japonais du parc Compans-Caffarelli

Voyage à Toulouse – autres articles : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Le jardin japonais est situé au cœur de la ville, à proximité du quartier d’affaires Compans-Caffarelli dans un espace privilégié au milieu d’un grand parc de promenade aménagé il y une trentaine d’années sur l’emplacement d’anciennes casernes militaires

Jardin japonais

Drôle d’entrée en forme de piège ! Centre des congrès Compans-Caffarelli

Cher au cœur des Toulousains, c’est un petit jardin où rien ne manque, où tous les éléments constitutifs des jardins japonais sont réunis, des végétaux orientaux, un pont rouge, un pavillon dit de thé, un jardin « zen »…Mais trop d’éléments obligés en un seul lieu rendent l’atmosphère plus exotique que japonaise

Comme une évocation du jardin fantasmé de Madame Chrysanthème !

Jardin japonais

Les haies de bambous comme clôture

Isolé  par des rideaux de verdure, arbres et bambous et d’une petite colline artificielle ondulante chargés de délimiter l’espace, il s’inspire des jardins de promenade créés à l’époque Edo où les savants jeux d’opposition et de contrastes entre les différents éléments, dus à la main experte de jardiniers, sont chargés de recréer la nature

Jardin japonais

Fort contraste incongru entre le saule dressé aux rameaux dénudés et la rondeur du pont rouge

Jardins où, symbolisant le cycle de la vie humaine, l’eau vive sous forme de rivière, et l’eau calme dans un étang, reste omniprésente

L’étendue de la pièce d’eau autour de laquelle s’articule le jardin doit influer en principe sur sa forme et sur ses dimensions

Jardin japonais

Les trois pierres dressées au pied du pont sont chargées de barrer la route aux esprits malveillants

Le pont rouge en dos-d’âne, élément obligé dans tout jardin d’inspiration japonaise, évoque de manière poétique la lune se reflétant dans l’eau

Jardin japonais

Le jardin sous un printemps balbutiant

Le soleil printanier du début avril avait fort à faire pour inciter les cerisiers roses à s’épanouir

Jardin japonais

Les cerisiers aux fleurs roses pompons

Le pont, symbolisant le passage entre deux mondes est chargé de relier l’île des Immortels de la mythologie taoïste au reste du jardin

Jardin japonais

L’île du Paradis au milieu de l’étang reliée au jardin par le pont rouge et une passerelle de pierre

Quelques lanternes de pierre ponctuent la promenade autour de l’étang…

Jardin japonais

Lanterne de pierre comme décor du jardin à défaut d’éclairage de nuit

…Où les arbres ont reçu une taille appropriée afin d’ennoblir leur port fait de force et de légèreté

Jardin japonais

Taille en « transparence » un peu radicale

La promenade autour de l’étang, amène insensiblement au jardin sec, clôturé par une enceinte basse quelque peu écrasée par de grands arbres touffus dont l’œil doit faire abstraction

Jardin japonais

« Kare san sui  » ou jardin sec

Jardin dans lequel on ne circule pas car destiné à la contemplation et à la méditation

Jardin japonais

Le mur de clôture est bas car destiné à être vu au niveau du jardin

Les éléments des jardins secs sont suggérés de manière abstraite par des composantes uniquement minérales

Jardin japonais

Vue en hauteur du jardin sec…

L’eau, évocatrice de vie, est représentée par une nappe de graviers qui figure l’étendue calme d’un étang

Jardin japonais

…et en se baissant au niveau du jardin, la perspective est tout autre sur  » l’île grue »…

Des rochers symbolisent des îles, comme celles des grues et tortues auxquelles on attribue longue vie et bonheur…

Jardin japonais

…Et sur « l’île tortue »

…Ou comme le mont Shumisen des bouddhistes à moins que ce ne soit le mont Hôrai où résident les Immortels taoïstes, symbolisé par une grande pierre dressée entourée de plus petites

Jardin japonais

Le mont mythique à l’ouest du jardin

Un pavillon dit de thé est inspiré par un des bâtiment composant la villa Katsura à Kyoto, modèle de sobriété et d’élégance architecturale du XVIe siècle

Jardin japonais

Le toit recouvert de bardeaux de cèdre rouge

Plutôt qu’un pavillon pour le thé, ce style de construction sur pilotis au-dessus d’une nappe de graviers symbolisant l’eau, est plutôt destiné au repos, au divertissement comme la contemplation de la lune à l’automne, ou à la méditation face au jardin zen

Jardin japonais

La terrasse face au jardin sec permet la méditation

L’intérieur est en bois avec des cloisons recouvert de plastique translucide remplaçant le papier employé au Japon pour masquer les ouvertures tout en laissant passer la lumière

Jardin japonais

L’intérieur du pavillon

Une petite exposition de céramiques étaient en vente devant le pavillon, mais si l’inspiration était bien japonaise, les bols à thé, du fait de leur rugosité sans une once de douceur se révélaient bien peu agréables pour boire et pour la tenue en main

Jardin japonais

Poteries de Franck Arnaud

Une affiche attira mon attention et avec l’esprit ironique qui me caractérise, je me suis amusée du titre emphatique de « Grand Maître » d’Ikebana mais d’un seul « Maître » pour l’assistante !

Titre honorifique au Japon accordé en principe aux fondateurs d’un mouvement artistique ou spirituel mais qui plaisent d’autant plus aux suiveurs attachés aux honneurs et aux reconnaissances

Autre sujet d’amusement, trônant à la sortie du jardin, un autre « Grand maître » statufié pour l’éternité, Deshimaru Taisen, moine japonais ayant introduit la philosophie zen en France dans les années 1970, personnage révéré par nombre d’adeptes pratiquant la méditation dans les Dojo en France

Jardin japonais

Méchante statue due à José Torres avec un petit Toulousain désirant absolument poser pour nous !

Il se trouve que je l’ai connu dans ces années là, le personnage était fort antipathique, imbu de lui même et prêtant une attention fort peu vertueuse aux jolies filles attirées par sa réputation de spiritualité !

Mais après tout un grand maître du zen n’en reste pas moins un homme…

Autres articles sur les jardins d’inspiration japonaise en France :

Jardin Albert Kahn à Boulogne

Parc de Maulévrier

Jardin de Nantes
————————
Voyage à Toulouse – autres articles :

Journée de l’Amitié – 2 avril 2012
Le jardin japonais du parc Compans-Caffarelli
La basilique Saint Sernin
L’église et le couvent des Jacobins
Le musée des Augustins – I –
Le musée des Augustins – II – Encore de l’art roman !
Le musée des Augustins – III – De l’art gothique aussi !
Le musée des Augustins – IV
Par les rues et les places

4 comments to Voyage à Toulouse – Le jardin japonais du parc Compans-Caffarelli

  • Carolyn Foley

    Thank you so much for your blog. I am sorry that I am writting this in English and not French but my language is terrible. I love your postings on Kogin embroidery. It is very hard to find anything much on this form of embroidery and your articles are very informative.

    Kind Regards,

    Carolyn Foley

  • zigo

    Votre humour et votre érudition sont des joyaux ! Merci.

    • chambre.des.couleurs

      Ah ! Mon humour n’est pas bien subversif ! Juste un clin d’œil amusé sur les travers du temps
      Merci d’y être sensible

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>