Categories

Paris – Exposition Kabuki – Costumes du théâtre japonais – Fondation P.Bergé-Y.Saint Laurent – I –

Cette petite mais belle exposition qui vient de se terminer, mettait en scène de somptueux costumes du théâtre kabuki

Ces costumes sont ceux portés actuellement par les acteurs de ce théâtre encore si populaire au Japon, et bien que son public se restreigne de nos jours, les revues spécialisées sur les pièces et leurs interprètes-vedettes fleurissent toujours dans les librairies

J’ai assisté lors de ma première visite au Japon dans les années 1975 à une représentation de kabuki à Tokyo où les spectateurs n’étaient pas toujours bien attentifs à ce qui se passait sur scène !

Le héros Sukeroku, mon premier spectacle de Kabuki !
Photo d’une représentation de 2010 – Tokyo-Shôchiku Costume Co. Ltd

Il faut dire que les pièces duraient plusieurs heures, que beaucoup de personnes allaient et venaient pendant le spectacle pour se dégourdir les jambes, bavardaient, mangeaient des O’Bento que les vendeurs ambulants proposaient dans le théâtre ou bien se passaient des petits billets sur lesquels ils s’esclaffaient

Une ambiance festive où tout concourait à l’émerveillement avec beaucoup de spectateurs en kimono, dans un brouhaha continu mêlé à la musique rythmée par les Shamisen, la danse, les cris et les combats sur scène, les claquements sonores des pieds sur les plancher de bois, les changements rapides de costumes et de décors, dans un délice de couleurs et de sensations

Au théâtre Mogador en 1986 avec mon idole Bandô Tamasaburo en Onnagata que je n’aurais manqué pour rien au monde !

Depuis, j’essaie de ne pas manquer les troupes de Kabuki quand elles viennent donner des spectacles à Paris, bien sûr, il manque l’atmosphère du Japon, les spectateurs français …et Japonais étant bien trop sages !

Bandô Tamasaburo en 1986
Cet artiste sublime est toujours une grande star de nos jours

Un autre spectacle au théâtre du Châtelet en 1997, mais les représentations étaient moins flamboyantes, traitant de drames d’amour et de devoir de la société bourgeoise, autres pièces du répertoire assez monotones (même pour les Japonais et mon mari s’est d’ailleurs endormi !) restait la splendeur des costumes !

Au théâtre du Châtelet en 1997 – Année du Japon en France

Le Kabuki, théâtre chanté et dansé, est un grand classique depuis le XVIIe siècle mais sa valeur artistique fut longtemps décriée jusqu’à une visite de l’empereur Meiji à la fin du XIXe siècle qui lui accorda enfin ses lettres de noblesse

Bien des pièces souvent écrites par les acteurs, se moquant ouvertement d’une noblesse corrompue et de Samurais dépravés, étaient trop subversives au yeux des autorités shogunales en place, pour ne pas subir les interdictions de toutes sortes qui ont toujours jalonné son histoire

Les costumes, suivant les lois somptuaires qui défendaient de copier les vêtements de l’aristocratie au pouvoir, se sont alors diversifiés avec une somptuosité extravagante afin d’obtenir le plus d’effet théâtral possible, et finir par influencer la mode dans un juste retour des choses !

Collection de costumes appartenant à la société Shôchiku, organisatrice de spectacles de Kabuki

Les costumes luxueux, autrefois restant financièrement à la charge des acteurs, se sont fixés en fonction du personnage représenté et permettent aux acteurs d’acquérir la gloire attachée à un rôle particulier

Dans une pièce où deux Samurais rivalisent de combats pour obtenir les faveurs d’une belle courtisane, chaque acteur revêt le costume, Kitsuke, kimono porté sous d’autres vêtements et Haori, veste courte, personnifiant son caractère…

Kitsuke et Haori à décor d’hirondelles sous la pluie, Obi à décor de rinceaux
Taffetas et satin de soie teint selon la technique de Yuzen et brodé – 1970
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

…ainsi le kimono aux hirondelles sous la pluie évoque la douceur et le romantisme du premier…

Détail du kimono aux hirondelles soulignées de broderies argent

…tandis que le kimono aux nuages et aux éclairs soulignés d’or sur fond noir souligne la forte personnalité ou même les pouvoirs surnaturels du second personnage

Kitsuke et Haori à décor de nuages et d’éclairs, Obi à décor de médaillons
Taffetas de soie teint selon la technique de Yuzen et brodé
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

Les costumes aux couleurs éclatantes et aux grands motifs destinés être vus de loin renseignent aussi le public sur le caractère emblématique de chaque personnage qui sont reconnus par leur tenue dès leur entrée en scène

Ma pièce préférée met en scène Sukeroku, un noble samurai chargé de retrouver le précieux sabre de sa famille dérobé par l’assassin de son père

Se faisant passer pour un débauché il fréquente les lieux de plaisir où il est aimé d’une courtisane de haut-rang dont le protecteur est justement l’abominable meurtrier

La pièce comporte quelques costumes extraordinaires comme celui du vieux mais riche rival, vêtu d’un kimono rouge brodé de dragons, s’inspirant des robes-dragon chinoises, qui exprime la puissance et le caractère dominateur du personnage

Kitsuke et Haori à décor de dragons dans les nuages
Satin de soie brodé, fils d’or – 1970
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

L’aspect tyrannique du personnage est accentué par les détails du kimono incluant dans les broderies des pièces métalliques étincelantes

Détail du dragon brodé en relief aux yeux incrustés de métal

Les costumes changent suivant les actes de la pièce, le kimono au décor de carrés brodés d’animaux aux fils d’or signale au public que le personnage est au faîte de la fortune et du pouvoir

Kitsuke et Haori à décor géométrique
Satin de soie noire brodé, fils d’or – 1970
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

La grande courtisane porte, au dessus de splendides kimonos, des Uchikake, sorte de kimono-manteau au décor fastueux …

Uchikake pour le printemps au décor de cerisiers
Crêpe de soie rouge brodé et fils d’or – 1980
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

…qui pèsent suffisamment lourd pour que deux assistants la soutiennent durant son entrée, surtout perchée sur des Geta ou socques de bois hautes de 20 cm !

Détail de la broderie de l’Uchikake

Ces Uchikake s’inspirent des tenues sophistiquées des courtisanes du plus haut rang de l’époque Edo, abondamment représentées sur les estampes du temps

Détail du bas en patchwork de différents lés brodés

Les costumes extraordinaires des personnages féminins sont surchargés de motifs faisant allusion aux saisons généralement et ce jusqu’à l’excès…mais c’est le genre du Kabuki !

La complexité des vêtements superposés nécessitent l’aide de plusieurs habilleurs pour les changements de costume qui ont lieu sur la scène

Uchikake au décor de nouvel an
Satin de soie noir brodé, fils d’or – 1970
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

Les habituelles décorations ornant l’entrée des maisons au moment du nouvel an japonais sont présentes sur cet Uchikake avec des pins, des bambous, des fleurs de prunier, une corde en fils métallisés et ses papiers argentés, des Temari et même une langouste en haut du dos symbole de longévité

Détail des broderies du plus extravagant costume de kabuki !

Les costumes masculins présentent de grandes variétés comme celui de l’ Uwagi, kimono-manteau doté de larges manches ouvertes et d’un long Hakama, pantalon bouffant

Uwagi et Hakama – Soie teinte selon la technique de Yuzen – 1980
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

Cet élégant costume au décor aérien de fleurs peintes sur une soie bleu pâle symbolise la légèreté d’un mari volage …

Détail du décor peint de l’Uwagi au dessus d’un Kitsuke de brocart

…Tandis que l’épouse trompée se languit dans un kimono blanc brodé de fleurs aux longs fils d’or sinueux

Kitsuke et Obi décoré de rinceaux fleuris
Satin de soie damassé, taffetas de soie, broderies et fils d’or – 1980
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

…La couleur du kimono accompagné d’un somptueux Obi est tout en demi-teinte comme il sied à une femme éprouvée mais qui reste digne

Broderies aux couleurs discrètes sur fond de soie damassée blanche

Dans une autre pièce où l’on voit trois frères s’affronter pour des questions d’honneur, l’un des protagonistes porte un kimono brodé de pins sous la neige pour souligner son endurance et sa constance…

Kitsuke et Haori au décor de pins sous la neige
Satin de soie damassé et broderies – 1940
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

… symboles empruntés à la nature si chère au cœur des Japonais, pour figurer les traits de caractères du jeune héros

Kitsuke et Haori au décor de pins sous la neige avec un faucon
Satin de soie damassé et broderies – 1940
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

Une pièce très appréciée des Japonais relate l’histoire d’un séduisant brigand et de ses comparses, la fin du drame voit la petite troupe encerclée par la police au bord d’une rivière

« Cinq hommes sur les vagues blanches » tel est le titre de la pièce

Alignés sur le rivage, les cinq bandits portent le même genre de kimono qui révèle, une fois les costumes du dessus tombés, des motifs symbolisant chacun leur caractère et leur passé

Kitsuke à décor marin – Crêpe et satin de soie teints selon la technique de Yuzen – 1960
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

Les vagues blanches sur le kimono du chef de la troupe signalent qu’il est un brigand (jeu de mots entre vagues blanches et nom d’un brigand historique fort connu qui se prononce de la même façon)

Les éclairs sur le kimono de son complice indiquent que celui-ci, dans les combats, frappe de façon fulgurante !

Kitsuke à décor de nuages et d’éclairs
Crêpe et satin de soie teints selon la technique de Yuzen – 1960
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

Les grands motifs audacieux de ces kimonos sont obtenus par la technique de teinture Yuzen, véritable peinture sur soie au procédé si complexe mais admirablement maitrisé sur ces costumes aux couleurs éclatantes

Détail du Rajû, l’animal du tonnerre au milieu des nuages et des éclairs

Le Kamishimo, habit de samurai est l’un des costumes obligés pour les pièces à caractère historique, bien que leurs couleurs et leurs grands motifs s’écartent de cette réalité historique justement, les kimonos des guerriers étaient beaucoup plus discrets

De même pour le cinéma, de Kurosawa Akira par exemple, où les costumes rutilants sont faits pour rendre le film beaucoup plus attrayant !

Les héros nobles et valeureux se reconnaissent tout de suite au port d’un costume clair décorés de grands motifs dorés ou argentés

Kamishimo en soie brochée or et argent – 1930
Photo de Tokyo-Shôchiku Costume Co.Ltd

Les costumes à transformation et le rôle des Onnagata dans le prochain article…

14 comments to Paris – Exposition Kabuki – Costumes du théâtre japonais – Fondation P.Bergé-Y.Saint Laurent – I –

  • Catherine

    Bonsoir Marie-Claude,
    Bien sûr que la suite est attendue. C’est un article passionnant. Une question, est-ce que cette symbolique est, ne fut-ce qu’un peu, encore utilisée autre part qu’au théâtre ?
    Bonne soirée.

    • chambre.des.couleurs

      Les costumes du Kabuki sont bien spécifiques et ne sont jamais portés ailleurs qu’au théâtre
      La symbolique dans les costumes est quand même présente dans la société où les motifs sur les kimonos suivent le cours des saisons, par exemple les kimonos revêtus au printemps portent des fleurs de prunier et de cerisier, des iris en été, des feuilles d’érable en automne et en hiver pins et bambous
      La symbolique des couleurs est aussi présente que dans notre monde occidental, exception faite du blanc pour la mort et du rouge pour le mariage entre autres….
      Catherine, je rédige la suite de l’article…dans quelques jours…

  • merci Marie-Claude
    @ bientôt donc…

    • chambre.des.couleurs

      Je suis ravie, Ella, que vous aimiez ! Le Kabuki me passionne !!!
      Je mettrais quelques liens vers des vidéos pour l’action !

  • Jacqueline Fischer

    Quelles merveilles , je bois des yeux (et de l’esprit! )

    • chambre.des.couleurs

      Ah ! Je savais que cela te plairait ! Les costumes et leurs broderies sont exécutés par les meilleurs artisans du Japon quand même ! Extravagance sûrement mais quelle joie pour les yeux quand on aime les textiles…

  • Annie

    J’ai visité cette superbe exposition et suis heureuse de lire tous ces commentaires à posteriori.
    Continue, Marie Claude , à nous faire partager tes passions , tes recherches et ton souci de perfection et d’originalité pour réaliser ces séquences aussi élaborées et vivantes
    Annie

    • chambre.des.couleurs

      Merci, Annie, l’exposition était petite mais combien séduisante, admirer de près tous ces costumes éblouissants quelle aubaine !
      Je suis très touchée de tes remarques mais qui mettent ma modestie à rude épreuve !

  • Ben voilà une exposition que j’ai manqué. Tristesse.

    • chambre.des.couleurs

      Il y aura d’autres expositions, chère Béatrice, le Japon restant à la mode depuis des décennies en France
      Je serais ravie si mes petits reportages pouvaient apporter quelque consolation aux personnes n’ayant vu ces expositions !

  • sylvie huguet

    Votre site est une merveille de délicatesse, le soin avec lequel vous nous faites partager vos découvertes me transporte à chaque fois…. tant de beauté, merci.
    Je ne vais pas à Paris aussi souvent que je le souhaite. C’est donc pour moi un grand plaisir de visiter avec vous les expositions. Vos commentaires sont impeccables, érudits intéressants et la qualité de vos photos « me recharge » d’énergie dans ce début d’hiver morose.
    Un grand merci.
    Je pratique le patchwork et souhaiterai vous remercier en vous envoyant quelques morceaux d’étoffes. faites moi part de ce que vous cherchez (texture, couleurs, matières) ce modeste présent s’ajoutera à votre collection sans doute conséquente. Nous pourrions ainsi partager une de nos passions, si cela vous amuse.
    Encore merci

    • chambre.des.couleurs

      Merci Sylvie, je suis ravie que mes articles vous plaisent, nous partageons ainsi le même enthousiasme pour beaucoup de découvertes !
      Je suis actuellement au Japon, dès mon retour en France, je vous contacterais, car votre proposition m’enchante !

  • Hélène De Strass

    Bonjour,

    Que voilà un site intéressant… avec une personne qui aime le Japon ! Comme je vous comprends !
    Je vais moi-même me rendre prochainement dans ce beau pays ainsi qu’à Taiwan. Pour l’heure, j’attends de savoir quand et où se produira le « Trésor National Vivant » du Kabuki : Bandô Tamasaburô. J’ai pris contact avec l’office de tourisme de Paris pour en savoir un peu plus. A Taiwan, j’ai des contacts, ce ne sera donc pas compliqué. J’ai un peu plus de craintes par rapport au Japon.
    En tout cas, merci de nous avoir transmis ces photos magnifiques du théâtre kabuki. La culture japonaise est une merveille !
    Avez-vous lu « Tôzai » le dernier ouvrage sur le bunraku publié par François Bizet, qui enseigne au Japon ? Je vous le conseille.

    Bien cordialement.
    Hélène

    • chambre.des.couleurs

      Merci Hélène, entre fans de Bandô Tamasaburô, on peut s’entendre ! Il se produira à Kyôto au mois de juin mais pas de spectacle de Kabuki, mais des danses des îles Ryû Kyû et du Jiuta
      Voilà, bon voyage au Japon !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>