Categories

Promenade dans le Vexin jusqu’à Giverny

Pour le dernier jour très chaud de juin, nous avons décidé de nous rendre à Giverny

Partie de Paris, la balade suit les boucles de la Seine, de l’Ile de France aux confins de la Normandie en longeant les falaises crayeuses du plateau du Vexin

090629_124 Promenade dans le Vexin jusqu’à Giverny

Les falaises de craie surplombant le cours de la Seine

A une cinquantaine de kilomètres de Paris, première halte à Mantes-la-Jolie, ancienne ville royale, où Henri IV installa son quartier général, attendant de conquérir Paris pour réunifier le royaume à la fin des guerres de religion

Il y fit venir sa maitresse en titre, la belle et ambitieuse Gabrielle d’Estrées en lui envoyant ce billet –  » Je suis à Mantes, ma jolie ! » – D’où le nom de la ville actuelle !

Manie bien compréhensible des élites municipales voulant toujours rattacher leur ville à quelque fait marquant  profitable pour le tourisme, mais celui là en l’occurrence est assez charmant bien qu’inattendu ! Si l’histoire est vraie !

Quelques pieds de vigne à Mantes-la-JolieQuelques pieds de vigne à Mantes-la-Jolie

La collégiale, monument  impressionnant dans une ville somme toute assez petite, est une petite sœur de Notre Dame de Paris, avec une élégance dans les proportions et une unité de style typique de l’architecture gothique d’Ile de France

090629_062r Promenade dans le Vexin jusqu’à Giverny

Le portail dit des échevins et sa dentelle de pierre

La façade s’orne d’une rose d’une stupéfiante beauté, rare vestige contemporain de la construction de l’édifice au début du XIIIe siècle

Les peintures sur verre dépeignent le jugement dernier dans des couleurs flamboyantes évocatrices du temps des cathédrales et de leurs vitraux, reflets des lumière du Paradis

090629_037

Le Christ trônant dans une mandorle préside le jugement dernier

090629_043

Les trompettes des anges et la pesée des âmes par Saint Michel

Un peu plus loin, Vétheuil et son église peinte si souvent par Monet, puis La Roche-Guyon, joli village et  lieu de villégiature se blottit dans un méandre de la Seine

L’énorme donjon, seul vestige du château médiéval construit sur une butte calcaire gardait la frontière avec le duché de Normandie

Sa vue imprenable sur le fleuve devait en faire une défense redoutable

090629_122

Les boucles de la Seine et le donjon médiéval de La Roche Guyon

Les falaises crayeuses sont creusées d’une multitude de cavités ayant servi de refuges et aussi d’habitations

Les troglodytes étaient encore en usage au début du XX°siècle, puis furent peu à peu abandonnés, je n’y ai vu, fortement étayés, que des abris pour voiture, ou des espèces de caves pour marchandises

090629_098

Petite tour au-dessus d’un cimetière accroché à la falaise

Arrivée à Giverny, dans l’Eure et déjà en Normandie, village mondialement connu grâce au nom de Claude Monet

Le village très fleuri, avec ses roses trémières courant le long des murs des maisons à colombages dans un style normand réinventé, reste charmant malgré tout, malgré ses troupes de touristes, malgré ses galeries de peintures un peu trop chic exposant des croûtes, malgré sa superbe boutique sur le thème du jardin et ses prix délirants

090629_132

Colombages ou la Normandie rêvée

Au cœur de Giverny, l’ancien hôtel Baudy, étape obligée des artistes peintres, dont les propriétaires souvent payés en tableaux, chouchoutaient les artistes et leur réservaient même un atelier dans le jardin pour qu’ils s’adonnent à leur passion en toute quiétude

L’hôtel, maintenant simplement restaurant, propose des menus simples et pas trop onéreux

090629_152

L’ancien hôtel Baudy et son atelier d’artiste niché dans le luxuriant jardin

Malgré notre méfiance dans un tel lieu touristique, nous avons eu l’agréable surprise d’être servis, avec le sourire, de deux plats copieux et délicieux

J’espère que les touristes ainsi gâtés se rendent compte de leur chance, nous oui !

La concession à la Normandie ce fut pour le cidre bien frais, bien venu par temps de canicule

090629_139-140 Promenade dans le Vexin jusqu’à Giverny

Salade landaise avec confit de canard et salade avec jambon de pays et légumes confits… sous les parasols oranges !

Nous étant attardés quelque peu sous la tonnelle, le jardin de Claude Monet était ainsi libéré du plus gros de ses touristes quand nous y sommes arrivés

090629_349

Dans le jardin de Monet

Le mouvement impressionniste, appelé ainsi par dérision, au vu du tableau de Monet « Impression, soleil levant »  n’a connu à l’époque que les sarcasmes des critiques et l’indifférence du public

Pour rompre avec la peinture sclérosée de l’après Romantisme au milieu du XIXe siècle, les artistes de la nouvelle génération bouleversent l’ordre établi des Académies. Ils installent leur chevalet dans la campagne pour réinventer la nature sur leur toile. Cette révolution picturale a mis du temps à s’imposer

Monet connut des décennies de galère, vivant difficilement de sa peinture, toujours à court d’argent, et ce n’est que dans la deuxième moitié de sa vie, l’aisance enfin venue qu’il devint propriétaire à Giverny d’une maison et de son jardin

090629_195

L’allée principale menant à la maison

Passionné de jardinage, il modifia le jardin selon son goût, fit planter des multitudes de fleurs dont la palette colorée lui inspira de nombreux tableaux

Monet prenait un soin extrême à garder un jardin fleuri en toutes saisons afin d’avoir ainsi toujours des motifs à peindre

Passionné aussi par l’art japonais, le « japonisme » étant très à la mode au tournant du siècle, il créa de toutes pièces un « jardin d’eau » avec ponts en dos d’âne, bambous et nénuphars

Celui-ci est fortement inspiré par les jardins japonais tels qu’il les voyait sur ses estampes collectionnées et  toujours exposées dans la maison

090629_3351

L’étang aux nymphéas

Monet peignit inlassablement « ses paysages d’eau et de reflets » en séries, avec obstination, dans lesquels touches et couleurs sont fragmentées pour traduire les vibrations de la lumière

090629_3041

Le pont japonais

090629_267

Le petit pont

090629_227

Les nymphéas

Le terme de nymphéas est en fait l’appellation scientifique d’une variété de nénuphar blanc, mais il reste désormais évocateur du nom de Monet

090629_357

La maison en crépi rose

L’intérieur de la maison est décevant, avec un mobilier et une décoration d’époque assez laide

Seule, la salle à manger en jaune et bleu devenue, dans les magazines de décoration, un incontournable du bon-goût à la mode campagnarde, reste séduisante

giverny_salleamanger

La salle à manger, ses estampes et ses porcelaines japonaises – (Photo musée Claude Monet)

giverny_cuisine

La cuisine et ses carreaux de faïence de Rouen – (Photo musée Claude Monet)

Quelques fleurs à emporter comme souvenirs…

090629_281-1651pg Promenade dans le Vexin jusqu’à Giverny

Nénuphars dans le jardin d’eau – Pavots et coquelicots

090629_198-206jpg Promenade dans le Vexin jusqu’à Giverny

Grands pavots – Aux couleurs de l’été

Une nouvelle balade dans le Vexin en automne 2013 (ici)

4 comments to Promenade dans le Vexin jusqu’à Giverny

  • Katell

    J’aurais aimé faire de mon jardin un Giverny, mais notre climat méridional nous en empêche… et où aurais-je trouvé le temps ?
    Et cette salle à manger reste vraiment élégante, on ne se lasse pas de l’admirer !

  • marie-agnès

    votre blog est très sympa . j’ai eu plaisir à voir vos belles photos et lire vos commentaires instructifs .
    j’habite tout près de Mantes la Jolie , donc je connais très bien la Roche Guyon et Giverny . cela fait partie de mes promenades préférées
    merci pour votre belle page !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>