Balades dans la ville – II –

Voyage d’été à Aomori

Japon – Séjour à Aomori – Balades dans la ville – autres articles :
I | II | III | IV |

La balade se poursuit en franchissant la « grande » rivière Tsutsumi qui descend de Hakkoda san, la plus haute montagne du Tohoku, avant de se jeter dans la mer…

La Tsutsumi gawa au long cours de 32 km !

…laissant sa rive gauche à la ville commerçante et aux quartiers d’affaires…

Passerelle peut être provisoire sur la « Tsutsumi gawa »

… la rive droite étant dévolue aux maisons modestes entourées de jardinets voisinant avec de petites usines pas tout à fait à la pointe du progrès !

Avec de petits jardins touffus et fleuris

Trouver une adresse au Japon est un véritable jeu de piste ! Les numéros des maisons sont attribués suivant leur date de construction ou d’après leur situation par rapport à un bâtiment administratif, les numéros dans une même rue qui souvent n’a pas de nom, ne se suivent donc pas, le recours au voisinage est donc souvent indispensable

Drôle d’endroit pour distraire les enfants près de la rivière Tsutsumi

Dans les quartiers aux nombreuses petites maisons, demander son chemin est une affaire d’importance, on choisit généralement de s’adresser à une personne âgée qui semble connaître le quartier …mais un bon quart d’heure plus tard, si l’adresse reste toujours mystérieuse malgré les 4 à 5 personnes qui se sont joints à la recherche, il ne reste plus, après force salutations et remerciements qu’à s’adresser à un obligeant policier qui lui, en principe peut ne pas nous égarer un peu plus !

C’est pour agrémenter l’accueil dans ce poste de police que ma belle-mère y réalisait chaque semaine un Ikebana, l’arrangement floral

Le poste de police de proximité dans le quartier Tsutsui

Les abords du port d’Aomori ont bien changé en 1994 avec la construction d’un pont échangeur qui enjambe la voie de chemin de fer, les trajets pour se rendre des quartiers Est à l’Ouest de la ville y ont gagné de précieux raccourcis

A Bay Bridge de 1219 m de long

Quelques années auparavant, Aomori s’était doté d’un office de tourisme à la forme assez surprenante, pourvu de 15 étages, il culmine à une hauteur de 76 mètres au dessus du port

Comme l’usage, au Japon, est d’affubler les nouvelles constructions de vocables anglo-saxons, ce bâtiment est connu sous le nom « ASPM » A Sightseeing Products Mansion, mais que l’on prononce ASPAM pour plus de commodité !

Triangle équilatéral de l’ASPM

La forme du bâtiment se justifie officiellement par la correspondance avec la majuscule A de Aomori, ce qui reste bien prosaïque…

Le Nebuta Matsuri (grande fête estivale) commence toujours au pied de l’ASPM

Quant à moi, j’y vois plutôt une évocation des toits très hauts et triangulaires des antiques fermes de la région ou encore, suggestion de mes enfants moqueurs, la forme d’un Onigiri, la boulette de riz servant d’en-cas que l’on façonne souvent en triangle !

L’ASPM vu des chantiers du port

Avant 1988, date de mise en service du long tunnel sous-marin de Seikan, reliant l’île principale Honshu à Hokkaido, Aomori était le point d’embarcadère pour la traversée en ferry jusqu’à Hakodate de l’autre côté du détroit de Tsugaru

Sur les quais, un antique ferry m’a replongé dans les souvenirs d’anciens étés où les traversées étaient un peu longuettes mais combien vivifiantes…

Relique d’un temps qui fut…

Retour au centre ville en passant dans de nouveaux quartiers où la tendance de l’immobilier à construire haut et toujours plus étroit nous laisse pantois

Les larges trottoirs du centre ville se parent de multiples fontaines sensées apporter un peu de fraîcheur pendant les mois d’été…

Sur Shinmachi Dori, la grande avenue d’Aomori

…elles s’ornent des symboles attachés à Aomori : les produits de la mer, crustacés et coquillages…

Rafraîchissant, non ?

…Et plus spécialement la coquille Saint Jacques sous toutes ses formes…Même les plus cocasses !

Une conque aux abords de l’ASPM

Un des nombreux O’Tera, temple bouddhique en plein centre ville, encaissé entre les immeubles permet un petit moment de sérénité au milieu d’une foule indifférente pressée de  vaquer à ses occupations

Le temple bouddhiste Ichinen-Ji de l’obédience Jodo-Shi ou bouddhisme de la Terre Pure

Construction moderne mais dans le style traditionnel où les décorations habituelles sculptées dans le bois voisinent avec le béton omniprésent

Sous le toit du Hondo, le bâtiment principal, lanternes portant les noms de généreux donateurs

La salle principale restant fermée en dehors des célébrations…

Dragons protecteurs sous le linteau de la porte

…Il nous reste la minuscule cour d’entrée sans recul pour admirer les décorations sculptées disposées sous l’auvent du toit

Tsuru, la grue comme symbole de longévité

Les beaux revêtements en granit fin qui parent les édifices respectables du centre ville, sont aussi présents sur les murs du temple donnant sur la rue et servant de fond aux statues de pierre

Les lampions de la grande fête du mois d’août à Aomori sont ici aussi présents !

Les petits moulins à vent représentent les âmes des enfants morts avant la naissance, le Bodhisattva Jizô se charge de les guider dans l’autre monde

Les statues de Jizô alignés à l’entrée du temple

Plusieurs représentations de Jizô sama, le bodhisattva de la compassion s’alignent ainsi sur le trottoir au milieu de petits moulins à vent représentant les âmes enfantines évanouies dans l’au-delà

Jizô de pierre coiffé d’un chapeau, autour du cou le sac porté habituellement par les moines

Les parents endeuillés sollicitent son intercession en faveur des  enfants disparus, revêtent ses effigies de bavoirs ou de bonnets d’enfant pour qu’il assure leur protection sur le chemin abrupt du passage vers l’autre monde en espérant que son entremise évite aux enfants les pièges de la traversée infernale

Bosatsu ou bodhisattva à l’expression méditative

Il existe de nombreuses figures de Jizô selon les fonctions qu’on lui attribue et pour lesquelles il porte des noms différents, mais c’est en moine au crane rasé tenant un bâton de pèlerin à la main qu’il est le plus souvent représenté

Bassin pour les ablutions, la pierre est vilaine et le plastique, hélas, a remplacé le bambou !

Quelques courses encore sous les arcades des rues commerçantes arborant les sympathiques Kingyô (poissons rouges) de la fête du mois d’août …

Le Nebuta enflamme chaque année tous les cœurs !

…J’ai un très gros faible pour les magasins de vaisselle…surtout pour les Chawan, les tasses à thé …

Le problème avec la vaisselle c’est le poids dans les bagages de retour !

Rayon vaisselle dans une boutique de thé

Une halte dans une pâtisserie avant de rendre visite à des membres de la famille résidant dans un quartier excentré, pour partager le goûter

Tentant gâteau de style occidental

En dépit de leur présentation raffinée, les gâteaux de style occidental, biscuits très légers garnis d’une crème aérienne mousseuse, sont sans consistance et sans vraiment de goût !

Gâteau léger au Matcha ou poudre de thé vert

La maison de notre tante est traditionnelle, donc les repas se prennent assis sur les tatamis

Maison typique japonaise avec dans une pièce-réception qui sert de chambre pendant la nuit, l’autel bouddhique de la famille où l’on prie chaque jour pour le repos des personnes décédées, il est dans les usages habituels, lors de visites, de venir s’incliner devant l’autel pour rendre hommage aux défunts

Butsudan, l’autel bouddhique habituel dans les demeures traditionnelles

Nous laissons les enfants tâter l’expérience du jeu dans une salle de Pachinko, où des sortes de machines à sous mâtinées de flipper absorbent l’attention des joueurs dans une ambiance électrique accompagnée d’un bruit assourdissant…

Salle typique d’un Pachinko avec ses joueurs absorbés devant leur machine

Le but du jeu est de gagner un grand nombre de billes échangeables contre des marchandises, lesquelles peuvent être échangées à leur tour, dans des magasins spécifiques, contre de l’argent

Ce passe-temps plébiscité par un grand nombre de Japonais reste un business très lucratif pour les exploitants des salles

Ma fille et sa moisson de billes…à perdre !

Mes enfants, peu familiarisés avec cette sorte de jeu, en perdant évidemment leur mise ont récolté des babioles comme lot de consolation !

Peluche-champignon, reflet absurde de la société de consommation

Le repas du soir se prépare chez des amis qui résident dans un appartement moderne, c’est à dire que nous dégustons le repas assis sur des chaises, ce qui change agréablement des courbatures sur tatamis !

Mon fils et sa grand-mère s’occupe du Sukiyaki (légumes et lamelles de viande de bœuf sautés)

La nuit est tombée sur Aomori…tranquille promenade vespérale pour profiter des lumières du port

La nuit camoufle bien toutes les laideurs du port !

La chaleur des soirs d’été est toujours aussi tenace, heureusement partout où l’on va, des distributeurs de boissons sont là pour les rafraîchissements

Alignements habituels de distributeurs rencontrés absolument partout, en ville et à la campagne !

…La suite de la balade se fera en petite montagne aux alentours d’Aomori…
—————–
Japon – Séjour à Aomori – Balades dans la ville – autres articles :
Balades dans la ville I |
Balades dans la ville II |
Balades dans la ville III |
Balades dans la ville IV |

2 réflexions sur « Balades dans la ville – II – »

  1. Bonjour Marie Claude.
    Les adresse introuvables me rappelle Venise !

    Ouah, la vaisselle a aussi toute mon attention. J’adore ! J’en ramène chaque fois… ne serait-ce les petits bols à sake qui me servent pour placer les perles aux trous à agrandir.
    Il a bien fallu choisir dans les parois mobiles de cette boutique d’Ise. Je les aurais bien tous ramenés.
    Ramenée aussi de la vaisselle vendue au abord du marché aux poissons de Tokyo. Balade dans d’autres marchés de la ville. Je ne m’en lasse pas.

    je n’ose penser à cette vaisselle * giclant* pendant le tsunami.

    A mon premier voyage, guidée par le mari Japonais d’une Brésilienne, amis d’une amie Italienne résidant en Suisse, vous me suivez !?
    Dans un temple de Yokohama, un alignement de Gisos (?), représentant les enfants morts avant la naissance. Les parents les habillent d’habits d’enfants.
    Inexistants à ma deuxième visite, seule, Tout enlevé. Les parents doivent pleurer dans leur cœur, et non sur des statues. Ai-je bien compris ? La communication étant très difficile !

    • Nous partageons, chère Béatrice, les mêmes goûts ! Comment peut-on résister devant les innombrables magasins de vaisselle ?
      Je n’ai jamais vu ailleurs qu’au Japon, dans les librairies, autant de livres et de revues sur les céramiques, c’est impressionnant !

Répondre à rouge béatrice Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.