Categories

Japon en automne – De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Japon – Voyage d’automne 2012
autre articles : I | II | III | IV | V | VI |

Nouvelle année bien commencée, articles divers, récents ouvrages en patchwork …Il est temps de reprendre, avec beaucoup de retard, la suite de mon voyage d’automne 2012 pour oublier cet hiver interminable !

Fin octobre, les changements de couleurs de l’automne arrivaient un peu en retard sur le calendrier habituel, sur les pentes du mont Adatara dans la préfecture de Fukushima, les teintes roussies battaient en brèche le vert dominant de l’été

A l’assaut du mont Adatara par une journée d’automne brumeuse

Le mont Adatara, volcan toujours en activité, culmine à 1700 mètres, il est entré avec succès dans la liste des 100 plus belles montagnes du Japon, nomenclature qu’adore les Japonais toujours prêts à classer ainsi les beautés de leur pays !

121026_044 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizuwakamatsu

Les couleurs de l’automne se fraient un chemin sur les pentes de l’Adatara

Si les pentes se couvrent au printemps d’une couverture épaisse de Shakunage (rhododendrons), il prête ses flancs, l’hiver, aux amateurs de ski, qui à l’instar de la famille impériale, ne dédaignent pas venir faire du sport dans le Tôhoku !

Dans le lointain brumeux, la ville de Nihonmatsu

Cette région volcanique est parsemée de sources chaudes, de nombreux Onsen se pressent au pied de la montagne, des établissements luxueux qui offrent par leurs grandes baies vitrées une vue imprenable sur la montagne comme de plus modestes surtout fréquentés par les pensionnaires des maisons de retraite des alentours qui ne craignent pas les 43° de l’eau dans les bassins où ils passent le plus clair de leur temps !

Aux couleurs de l’automne…Inspiration pour un prochain quilt !

Le but du voyage était l’inauguration du restaurant Yakitori récemment ouvert par le neveu de mon époux, à Sanjô, petite ville de la préfecture de Niigata sur la mer du Japon

La ville et le port de Niigata sont modernes et n’offrent pas d’intérêt touristique évident, à part les innombrables restaurants !

Restaurant « Torichô » de Kushi Yaki ou brochettes de poulet grillées

Notre seul neveu (contre 6 filles dans sa génération) a fait ses preuves dans plusieurs établissements un peu partout au Japon avant de réaliser son rêve : ouvrir enfin son propre restaurant spécialisé dans des grillades de poulet, de porc et de fruits de mer au feu de bois, accompagnées cela va sans dire de boissons alcoolisées, bière ou saké

Il propose évidemment les brochettes de poulet traditionnelles mais il aime innover et proposer plutôt à ses clients ses propres choix du moment …ce soir-là nous avons profité de ses talents de cuisinier

121026_204 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Hironori à l’œuvre derrière le comptoir de son restaurant

Il tient à choisir de bonnes volailles pour ses brochettes, le poulet « premier prix » n’a pas ses faveurs, aussi les viandes étaient-elles moelleuses à souhait sans cette sauce faussement caramélisée qui inonde généralement ce type de cuisine destinée à remplacer la saveur inexistante de pauvre poulet !

Brochettes servies nature avec juste un soupçon de sel

Quittant le département de Niigata…

121027_018

Dans la petite ville de Sanjô, pour éviter de se cogner la tête en regardant le Shinkansen filer sous les fenêtres de l’hôtel, les vitres exhibent un triangle prudent !

…nous rentrons à Nihonmatsu par le chemin des écoliers…

121027_037 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Le département de Fukushima et ses beaux paysages de montagnes et de forêts

…pour aller prendre une leçon d’histoire au Aizu jô, le château d’Aizu, appelé autrefois aussi Tsuruga jô « le château des grues » mais qui porte depuis presque 80 ans l’appellation officielle de la région : Wakamatsu jô

121027_057 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Les fossés en eau du château du côté de l’enceinte de l’Ouest

Le château pendant l’époque Edo était la résidence principale des Daimyô de la province d’Aizu

Ce clan de seigneurs féodaux extrêmement puissants possédait des troupes aguerries qui guerroyèrent dans le nord du Tôhoku, avant de servir de renfort à la police de Kyôto pour restaurer l’ordre public lors des troubles dans cette ville vers la fin du Shôgunat

Visite en famille par un beau jour d’automne

Le Daimyô d’Aizu, proche parent du dernier Shôgun (chef militaire suprême) s’opposa ensuite à la restauration du pouvoir impérial de Meiji à l’époque de la guerre de Boshin et entra en conflit avec les troupes impériales qui remportèrent finalement la victoire en 1868

Pendant la bataille, le château fut incendié, l’édifice et une grande partie de la ville furent complètement détruits

Les fenêtres, le long des façades sont factices, seul le dernier étage offre une vue sur l’extérieur

Dans les années 1960, on décida de rendre un peu de lustre à la région et un château fut reconstruit, en s’inspirant largement des photos du XIXe siècle, juste avant l’incendie du bâtiment, qui reprit sa place au milieu des murailles d’enceinte qui, elles, avaient été conservées

Les puissantes murailles du château encore en place

La construction est en béton peint en blanc mais l’illusion, de loin, est presque que parfaite ! Quoique les fenêtres soient factices et que le dernier étage comporte de grandes baies vitrées et une balustrade de sécurité pour le confort des visiteurs en guise de tour de guet !

121027_089 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

De beaux pins au pied des remparts

La vie à l’intérieur d’un château à l’époque Edo est évoquée par quelques mises en scène et par des pièces historiques venues de collections privées (donc impossibilité de prendre des photos)

Ainsi les sous-sols du château abritaient-ils les réserves de sel, précieux stocks indispensables, dans un bâtiment loin de la mer, à la conservation des denrées alimentaires

121027_063 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

La réserve de sel, richesse indispensable à entreposer dans les sous-sol du château

Des reconstitutions de la société guerrière entourant un grand Daimyô, gouverneur d’une province, avec ses mœurs et ses codes…

121027_078 121027_089 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Matsudaira Katamori le dernier Daimyô d’Aizu vers 1862
En situation dans son château !

…Jusqu’à quelques vestiges rescapés miraculeusement de l’incendie comme des paravents ou des Fusuma peints, un tantinet trop restaurés peut être

121027_072 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Copie ? d’un des grands Fusuma qui ornaient le château

La plus somptueuse pièce du château s’appelait la « Chambre d’or » car elle abritait de précieuses peintures sur fond d’or ornant les Fusuma (cloisons mobiles en papier sur cadre de bois)

Cette magnifique peinture d’un bœuf qui se détache sur un fond d’or dont il reste quelques traces a été miraculeusement épargnée au moment de l’incendie, sauvée par un Samurai familier du château qui avait sûrement un amour particulier pour cette œuvre…ou pour les bœufs !

121027_075 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Les fleurs de la région sont peintes sur une feuille d’or ce qui leur donne un éclat particulier

Les us et coutumes de la région de Aizu-Wakamatsu sont retracées sur les murs…

121027_081-84 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Activités populaires de fête avec la Danse du lion et de travail avec la marchande de sardines

…Ainsi que les activités gravitant dans la ville autour du château comme les ateliers de poterie qui fournissaient les différentes résidences seigneuriales en vaisselle et en tuiles pour les toits

121027_068 1027_078 121027_089 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Industrie florissante pendant la période Edo

La ville d’Aizu Hongo, dans les parages du château, conserve d’ailleurs des fours anciens qui font d’elle le plus ancien centre de poterie du Tôhoku

121027_073 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Grand vase crème à couverte bleue, typique de la céramique de la région d’Aizu

L’artisanat de la région fait appel au matériau peu coûteux du papier mâché pour toutes sortes d’objets populaires, peints…

121027_066 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Masques de Kitsune (renard) animal emblématique dans les rites du Shinto

…ou bien en papier recouvert de laque…

121027_065 121027_066 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Aka Beko si mignonnes…

…comme les représentations des célèbres Aka Beko , petite vache rouge, jouets que l’on offrait aux enfants, la couleur rouge, symbole de vie, était censée les protéger contre les maladies et les épidémies

121027_064 027_065 121027_066 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

…et combien attendrissante sur un petit chariot !

Ces jouets sont devenus emblématiques de la région d’Aizu, d’ailleurs j’en possède quelques unes de ces vaches à la tête dodelinante, car je les trouve irrésistibles !

Du dernier étage du château, vue imprenable sur la montagne toute proche

Le dernier étage en haut du château offre une vue plongeante sur les douves, sur l’enceinte herbue et sur la ville qui, comme jadis se blottit toujours au pied de la forteresse

Vue sur une Yagura , une tour de guet reconstituée

Les grands enfants n’ont pas résisté à l’attraction « comme si vous y étiez »

121027_093 121026_204 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

En situation devant les murailles du château en costume -presque- d’époque !

Après une longue visite à monter et descendre de nombreux escaliers…

121027_076 121027_093 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Exposition didactique à l’intérieur du château

…halte fort appréciée au pied du château pour se restaurer de Soba (nouilles de sarrasin) repas léger qui restaure les forces en permettant de garder sa vigilance pour la suite du voyage

Tororo soba –  Soba froid, délicieux mélangé avec de l’igname râpé

Les excursions dans la région d’Aizu empruntent des routes qui se coulent entre les chaînes de volcans accompagnant le plus grand d’entre eux, Bandai san, le mont Bandai, que l’on surnomme aussi Aizu Fuji, chaque région voulant emprunter un peu de la célébrité du plus fameux symbole du Japon

Cette montagne au cône effondré lors de sa dernière éruption culmine à 1816 mètres d’altitude, Bandai san remplit aussi les critères pour faire partie de la liste des 100 plus célèbres montagnes du pays !

121027_106 027_076 121027_093 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

Les rizières au pied de la chaîne de volcans

Sur la route, faite évidemment pour être vue de loin, une statue monumentale du Bosatsu (Bodhisattva) Kannon haute de 57 m, érigée en avant-garde d’un des nombreux complexes bouddhiques modernes appartenant à l’école Jodo Shu , « École de La Terre Pure » (du Bouddha)

Haute silhouette blanche de Aizu Dai Kannon du Hoon-ji Jodoshu , temple bouddhique

Nous sommes arrivés vers la fin de l’après-midi, à 16 h 30 en automne le soleil commence à décliner et la fraîcheur s’accentue surtout en montagne, au but de notre partie de campagne, Goshiki Numa, les étangs aux cinq couleurs

Les flamboyances de l’automne sur les rives des Goshiki Numa

Lors de la dernière éruption du mont Bandai en 1888, les gigantesques amas de pierres expulsées par l’effondrement d’une partie du volcan barrèrent les cours des rivières, donnant naissance à plusieurs centaines de lacs et d’étangs, transformant ainsi la région en zone marécageuse

Le bleu intense de Bishamon Numa, le plus grand étang du groupe des cinq

Parmi les pièces d’eau ainsi formées, les Goshiki Numa sont des étangs aux couleurs extraordinaires allant des verts céladon aux bleus cobalt, couleurs variant à toute heure du jour et selon les saisons, dues aux minéraux charriés par le volcan et par les algues qui tapissent les fonds

121027_120  027_076 121027_093 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

En rouge et or au soleil couchant

Le site, naturellement très touristique, propose des promenades en barque sur le plus grand des étangs, je m’y suis embarquée sans crainte…

140322_057 Japon - Voyage d'automne 2012 - De Niigata à Aizu-Wakamatsu

En bateau …

…promenée sans effort car ce n’est pas moi qui tenait les rames !

Les ombres s’allongent au soleil déclinant

Qui dit lieu touristique, dit aussi boutiques de souvenirs, gargote et rafraîchissements…Mais frigorifiée par la promenade au ras de l’eau, un café bien chaud s’imposait

Sans être une inconditionnelle du café, je trouve que cette boisson a gagné ses galons de qualité au Japon depuis quelques années, bien loin de ce café allongé à la mode américaine qui prévalait auparavant

Le style unique des années 1950 remis au goût du jour !

Le paradoxe c’est que j’ai bu souvent du mauvais thé ! Mais ce sera une autre histoire…
————————
Japon – Voyage d’automne 2012 :

I – De Tokyo à Nihonmatsu
II – Nihonmatsu – Le festival des chrysanthèmes
III – Nihonmatsu – Le château
IV – Autour du château de Nihonmatsu
V – De Niigata à Aizu-Wakamatsu
VI Aizu Momen – Les tissus à rayures d’Aizu

10 comments to Japon en automne – De Niigata à Aizu-Wakamatsu

  • Du mauvais the ? Au Japon ? Je suis dans l’attente de cette autre histoire, Marie-Claude !
    Vous avez fait une belle visite, dommage de ne pas etre montes un peu plus au nord…

    Bisous !!!

    • chambre.des.couleurs

      Si, si, je suis montée plus au Nord…avant de descendre plus bas vers le centre ! Les articles viendront…
      Quant aux thés, à Kyoto même, on peut en boire de très mauvais, tout comme faire de mauvais repas et cela c’est nouveau au Japon pour moi

  • merci pour ce voyage en images !
    Bon Jour

  • Françoise Boissier Aurenty

    Quel plaisir de rependre ce périple plein d’enseignements, de surprises et de belles images, en votre compagnie.Je serai de la balade aussi!
    Amitiés de Françoise

    • chambre.des.couleurs

      Bien, avec autant d’encouragement, Françoise, je vais donc continuer, parmi les prochains articles il y aura des textiles anciens du nord du Töhoku qui ne seront pas des « Boro » !

  • Les photos sont magnifiques, le texte si instructif… Merci Marie Claude !
    Les couleurs d’automne sont particulièrement superbes avec les essences d’arbres de terre acide… surtout avec ce ciel si bleu ! Evidemment, inspiration pour un quilt…

    Les assiettées simples et raffinées me donnent l’eau à la bouche !

    Bien sûr, encore et toujours, nous serons heureuses de connaître la suite…

    • chambre.des.couleurs

      Merci, chère Katell de continuer à m’accompagner dans cet automne qui sera de plus en plus flamboyant au fur et à mesure des articles…Mais à la vitesse où je les écris ces articles, l’automne 2012 rejoindra vite l’automne 2013 à venir !

  • Annick29

    Merci, Marie-Claude, pour ce nouvel épisode de votre dernier voyage au Japon et bonne chance au restaurant « Torichô »! Ses brochettes de poulet sont très appétissantes ! J’ai admiré les couleurs flamboyantes de l’automne japonais, un vrai feu d’artifice et me régale par avance de votre prochain reportage sur les textiles anciens du nord du Tohoku.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>