Categories

Japon – Musée historique de la préfecture d’Aomori – Quelques bribes de l’histoire régionale

Musée historique de la préfecture d’Aomori
autres articles : I | II | III | IV

Les peuples établis dans l’extrême nord du Tôhoku qui correspond aujourd’hui à la préfecture d’Aomori ont été, du fait des expéditions militaires envoyées par le pouvoir central, soumis au fil des siècles

A la fin du XVIe siècle, le Shôgun Hideyoshi, réorganisateur du pays, partagea les territoires du nord entre deux de ses affidés dont l’un Tsugaru Tamenobu fut en charge de gouverner l’actuelle région d’Aomori

121028_438 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Histoire de la ville

Tsugaru Tamenobu – Premier Daimyô de Hirosaki
Réplique de la statue en bois faite à Kyôto en 1607 dont l’original est déposé dans le grand sanctuaire shinto d’Hirosaki – H. 70 cm

Le successeur de Hideyoshi, Ieyasu Tokugawa entérina le pouvoir de ces Daimyô sur la région qui se perpétua jusqu’à la fin du XIXe siècle

Puis la révolution dynastique de l’empereur Meiji supprima les privilèges et les anciennes possessions aristocratiques pour découper le territoire en préfectures

121028_448 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Histoire de la ville

Tsugaru Nobumasa – Quatrième Daimyô de Hirosaki
Réplique de son portrait fait à Edo au XVIIe siècle – Nobumasa fut le bâtisseur du château d’Hirosaki

Les Daimyô du clan des Tsugaru se firent portraiturer lors de leur voyage à Kyôto, mais comme ils moururent prématurément pendant leur séjour dans l’ancienne capitale, leurs fils et successeurs exposèrent leurs effigies dans les grands sanctuaires d’Hirosaki (ici), la capitale de leur domaine comme symbole de légitimité de leur dynastie

121028_426 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Histoire de la ville

Cloche en bronze donnée au temple bouddhiste Chôshôji de Hirosaki – Datée de 1306 avec les noms des donateurs gravés dans le bronze

Si la province en leur possession prit le nom de leur clan Tsugaru, ce nom reste encore fréquemment utilisé de nos jours pour désigner une partie de la préfecture d’Aomori

121028_430 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Histoire de la ville

Kara Shishi – Chiens-lions imaginaires chargés de la protection des temples contre les mauvais esprits – Sculptures en bois du XVIe siècle

Le musée d’histoire d’Aomori recèle quelques souvenirs des étrangers ayant visité le Japon à la fin du XVIIIe siècle comme la délégation officielle d’Adam Laxman venu solliciter en 1792 l’échange de relations commerciales entre la Russie de Catherine II et le Bakufu de Edo

121028_469 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Adam Laxman en résidence à Hokkaido, croqué par l’envoyé japonais qui décrit minutieusement son accoutrement…

Mais le Shôgunat tenant à garder ses frontières fermées ne donnera pas suite aux négociations et Laxman repartira bredouille en Russie non sans qu’un envoyé du gouvernement japonais habitant Hirosaki n’en fasse une relation manuscrite assez cocasse

121028_461Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

…ainsi que les étranges coutumes des exotiques voyageurs de sa suite sans oublier de souligner l’extraordinaire longueur de leur nez, sujet d’étonnement incroyable pour les Japonais !

Même dans un Japon replié sur lui-même, de précieuses marchandises venant du grand empire voisin, et importées par des commerçants Ainu du nord du Tôhoku finissaient par être échangées pendant tout le XIXe siècle

121028_456 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

« Ezo Nishiki Ryumon uchishiki » – Nappe d’autel bouddhique
Ce brocart de soie de la dynastie Qing au dragon à cinq griffes, attribut exclusif de l’empereur de Chine, a pourtant été détourné et offert à un temple de la région d’Aomori

Les tissus luxueux étaient très prisés pour servir de décoration sur les autels des temples bouddhiques

121028_476 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Sac brodé pour la protection d’une mandoline chinoise importée au Japon – Dynastie des Qing

La population autochtone des Ainu, bien que repoussée aux cours des siècles, toujours un peu plus vers les terres inhospitalières du Nord, avait gardé, jusqu’à l’époque Meiji, une intense activité d’échanges commerciaux avec les Japonais venus du Sud pour s’installer dans le Tôhoku

Les Ainu qui se sont peu à peu intégrés à l’ensemble de la population japonaise en abandonnant leur mode de vie ancestral de chasseurs-cueilleurs, revendiquent actuellement à juste titre, la reconnaissance de leur culture originale

Même si de nos jours, un certain exotisme de pacotille attribué aux peuples dits primitifs rencontre beaucoup de succès dans les régions touristiques de Hokkaido

121028_445 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Textiles ainou

Chijiri – Vêtement-kimono traditionnel brodé des peuples Ainu tissé en fibres tirées de Ohyô (variété d’orme) ou de Shinanoki (variété de tilleul)

Ces genres de textiles datent tout au plus d’une centaine d’années, mais si l’influence de la culture japonaise est évidente dans la coupe des vêtements, leurs décorations originales restent typiquement Ainu

Le coton étant inconnu dans ces régions froides du Nord, les Ainu de façon ingénieuse utilisèrent des matières naturelles pour fabriquer leurs « Atsushi » vêtements en langue Ainu (mot traduit phonétiquement en japonais)

12102_446  Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Textiles ainou

Chijiri – Vêtement brodé des peuples Ainu tissé en fibres tirées de Ohyô (variété d’orme) ou de Shinanoki (variété de tilleul)

Après de longues et pénibles transformations, les fibres tirées de la pulpe de bois des ormes et des tilleuls étaient tissées sur de petits métiers puis les étroites largeurs obtenues cousues entre elles pour former le vêtement

Ce n’est qu’au moment où le coton put être importé du sud du Japon, à l’époque Meiji, que les Ainu commencèrent à décorer leurs vêtements d’applications de fines bandes de coton généralement teintes à l’indigo

121028_450  Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Textiles ainou

Chijiri – Détail des broderies au point de chaînette sur des bandes de coton indigo

Les précieux fils de coton se démocratisant, différentes broderies au point de chaînette apparurent comme décorations supplémentaires exploitant des motifs originaux à chaque village mais ayant tous en commun la fonction propitiatoire de protéger le porteur du vêtement des mauvais sorts en conjurant les forces maléfiques

121028_447 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori - Textiles Ainou

Chijiri – Les broderies recouvrent toute la surface du vêtement en coton teint à l’indigo

Ces vêtements ainsi décorés de broderies, communs aux hommes et aux femmes, furent réservés peu à peu aux vêtements de fête ou de cérémonie

121028_478 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Dôchû Gappa – Manteau Ainu de voyage contre la pluie

Quand les Ainu adoptèrent le mode de vie devenu la norme, combiné avec leur propre culture, comme sur ce manteau destiné à protéger de la pluie, mais toujours tissé en fibres d’écorce d’orme, ils privilégièrent les formes typiquement japonaises des vêtements

Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Détail du Kappa – Rayures obtenues avec astuce en tissant des fibres d’orme de couleurs différentes
Les parements sont teints en indigo

A l’époque Edo, les courriers importants étaient portés par des messagers qui parcouraient les routes vêtus d’un manteau et d’un chapeau reconnaissables entre tous pour se protéger des intempéries

Les Hikyaku (litt. les pieds qui volent !) pouvaient courir sur une distance de 100 km par jour, le nom de leur chapeau Sando Gasa est une allusion au fait qu’en général, ils courraient trois fois par mois sur les distances entre Edo, Osaka et Kyôto

121028_481 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Sando Gasa – Chapeau en fibres tressées de bambou, porté par les porteurs de courrier et aussi par les marchands ambulants –

Avant que le port et la ville d’Aomori ne soient détruits pendant la seconde guerre mondiale par des raids américains, les populations étaient encouragées à soutenir l’effort de guerre

121028_483 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Jouets destinés à encourager les sentiments patriotiques

Les années 1950-1960, précédant le Japon contemporain aux technologies de pointe, sont devenues des époques de nostalgie …

121028_408 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Époques où le bakélite était à l’honneur …

…dont les objets obsolètes de la vie quotidienne, en usage lors de son enfance, ont bien attendri mon époux !

121028_407 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

…où la TV n’entrait pas encore en concurrence avec les fêtes populaires !
Cerf-volant du Nebuta

Dernière incursion dans notre siècle avec la pomme qui reste la grande affaire d’Aomori ! Qui ne connaît la variété Fuji cultivée depuis plus de 75 ans dans la région d’Aomori et exportée dans le monde entier ?

Même si actuellement c’est la Fuji chinoise au goût insipide qui inonde les marchés

Ce n’est pourtant qu’à l’époque Meiji, en 1875, que des greffons de pommiers furent octroyés à la province afin d’y développer une nouvelle économie, le chemin de fer qui ne désenclava la région qu’en 1892 permit pourtant déjà l’exportation à grande échelle vers Tokyo, puis vers la Russie au tout début du XXe siècle

121028_399 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Aomori et ses 50 variétés de pommes dont 40 sont actuellement commercialisées

Les ingénieurs agronomes japonais n’ont eu de cesse en un siècle de faire fructifier les trois premiers greffons originels pour arriver à obtenir des cultivars de grande qualité

Mais le goût des Japonais pour les bananes importées puis pour les mandarines cultivées dans le Sud, dans les années 1964-66, vint ébranler l’industrie de la pomme qui ne retrouva plus jamais le record d’exportation de la glorieuse année 1963, même si ce fruit fait encore les beaux jours du côté d’Aomori !

121028_396 Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Un cultivar de bonne taille que je n’ai pas eu la chance de croquer !

Je ne peux finir décemment cette série d’articles sur Aomori sans mentionner les Kokeshi si chères aux artistes-artisans du Tôhoku -ici-

121028_416  Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Le style si particulier à Aomori des Kokeshi de Mori Shintaro avec l’effigie de Daruma (ermite bouddhiste)

Laissant le musée à ses pommes, et pour nous réconforter d’avoir cascadé sur des siècles d’histoire, quelques douceurs toujours de notre siècle !

PICT6101Japon - Musée historique de la préfecture d'Aomori

Juste goûté !
Manjû – Petits gâteaux fourrés avec de l’Anko, pâte de Azuki haricot rouge sucré

Les articles suivants descendront plus au sud…

N B : J’ai reçu de la direction du « Musée historique de la préfecture d’Aomori » toutes les autorisations de photographier et de publier les collections de ce musée pour mon blog

Ces autorisations n’incluent pas les copies qui pourraient en être faites sur d’autres sites ou blog
————————
Musée historique de la préfecture d’Aomori :

La civilisation Jômon
Arts et traditions populaires
Les textiles du monde rural
Quelques bribes de l’histoire régionale

6 comments to Japon – Musée historique de la préfecture d’Aomori – Quelques bribes de l’histoire régionale

  • Sylvie Barrière

    Toujours aussi intéressantes ces jolies escapades dans un pays totalement inconnu pour moi. Je n’ai jamais voyagé alors devant vos reportages…je rêve et me cultive! Merci encore! Sylvie63.

    • chambre.des.couleurs

      Merci Sylvie, de m’écrire si courtoisement que mes petits reportages peuvent apporter quelques dépaysements
      J’ai l’opportunité de voyager en ce moment et j’en profite pour partager mes expériences avant que le destin n’en décide autrement !

  • Françoise Boissier Aurenty

    Il ne doit pas exister beaucoup de blogs aussi instructifs que le vôtre, et aussi agréablement présentés, texte et images.Aussi je m’efforce de ne pas en manquer un seul chapitre.J’ai l’impression qu’au cours des années se constitue un club de fans de Marie Claude! Salut donc aux autres lectrices, et à vous mes amitiés fidèles.

    • chambre.des.couleurs

      Chère Françoise, vous mettez encore ma modestie à rude épreuve !
      C’est pour moi un grand plaisir d’écrire mes articles, alors s’ils sont lus avec autant d’attention, je ne peux qu’être satisfaite du partage !

  • Catherine

    Oui, c’est un vrai bonheur de vous lire. J’avais justement besoin de me changer les idées. Voilà qui est fait et agréablement fait. Bonne journée.

    • chambre.des.couleurs

      Ah ! Catherine, merci, je suis vraiment ravie que la lecture de mes articles arrivent à égayer momentanément le quotidien ! Le partage n’est donc pas un vain mot

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>