Categories

Japon – Printemps à Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Le site d’Arashiyama
autres articles : I | II | III | IV

Les grands temples bouddhiques regroupent toujours, dans l’espace géographique qui leur est dévolu, plusieurs temples annexes partageant la même obédience, le zen de la branche Rinzai pour le Tenryûji, mais consacrés, selon les vœux des donateurs, à des figures différentes du panthéon bouddhiste

140331_279 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Printemps au Tenryûji – Cerisiers et montagnes brumeuses en fin d’après-midi

Dans le complexe du Tenryûji, se succèdent plusieurs temples indépendants, qui en dehors des célébrations religieuses sont souvent fermés à la visite

140331_031m Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Une belle allée où les pierres taillées contrastent avec des galets mène au Myôchi-in

Mais si ces temples possèdent un jardin remarquable ou des peintures murales, la visite est possible contre le prix modique d’accès de 500 Yens (environ 3 €50 en 2014)

140331_028m Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Myôchi-in – Temple annexe du complexe du Tenryû-ji
Le bâtiment principal est entouré de beaux pins droits taillés « en nuages »

Ces modestes temples, qui n’ont pas l’honneur d’une mention dans les guides de voyages, ne drainent pas les foules de touristes, c’est pourquoi nous aimons tant nous y promener en étant sûrs d’y trouver calme et recueillement…et souvent une tasse de thé offert par une aimable personne affectée au temple se trouvant en veine de bavardage !

140331_033m Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Myôchi-in – Décoration intérieure de la porte d’entrée
Fréquemment représenté dans les temples anciens, le chrysanthème à 16 pétales n’est réservé à la famille impériale que depuis la fin du XIXe siècle

Le plus important de ces temples annexes, le Kôgenji, a été édifié à l’époque Muromachi, au XVe siècle par un membre du puissant clan militaire des Hosokawa…

140331_223 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Kôgenji – Entrée vers la salle où s’épanouissent de superbes peintures de fleurs sur des cloisons mobiles

…à qui fut attribué le titre honorifique de Kaizan, celui qui « ouvre la montagne » selon la formule désignant le fondateur d’un temple

140331_440 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Kôgenji – Détails des peintures de l’époque Edo exposées dans le temple
Affiche extérieure car les photos sont en général interdites à l’intérieur

Le Kogenji possède un petit jardin dans lequel sont réunis les éléments indispensables d’un Kare sansui, le jardin sec typique du bouddhisme zen, une mer de graviers blancs, des pierres-îles et le Shakkei, le paysage « emprunté » à l’horizon

140331_229 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Kôgenji – Koshô no Niwa, le jardin sec avec paysage « emprunté » Arashiyama en arrière-plan
Couleurs douces d’une visite de printemps en fin d’après-midi

Ce jardin serait l’œuvre du petit-fils de Musô Soseki, Supérieur de plusieurs temples à qui est attribué la création des premiers espaces zen à Kyôto, la tradition orale et secrète de maître à élève étant une constante dans l’art des moines-jardiniers

140331_227 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Évocation d’une crique avec son lit de graviers blancs personnifiant la mer

Comme il était d’usage poétiquement d’assimiler le rugissement du tigre au grondement de la terre, le nom du jardin Kôsho no Niwa, « jardin du Tigre rugissant » est aussi une métaphore du moment de l’Éveil spirituel dans le bouddhisme zen

140331_239 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kogenji

Les flots d’un gravier parfaitement ratissé comme des vagues venant lécher deux îles de rochers

Les jardins secs, situés au sud de la résidence du Supérieur, sont généralement accompagnés d’un ou plusieurs jardins « verts » où l’eau courante sous la forme d’un bassin et d’un ruisseau devient l’élément indispensable

Au Kogenji, une petite pièce d’eau bornée par de belles pierres savamment disposées évoque l’image familière d’un puits, comme le symbole d’une eau toujours claire et pure

140331_231 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenj

Kôgenji – Petite pièce d’eau conçue à l’image de la margelle d’un puits

Les jardins de ces temples secondaires sont passionnants à arpenter car chaque pouce du terrain est propice à l’observation !

140331_221Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Le printemps sur le sable du jardin du Kôgenji !

En ces temps de cerisiers en fleurs, les moines qui ratissent chaque matin le gravier du jardin sec, se plaisent à dessiner aussi de façon ludique le sujet de ce printemps tant espéré !

140331_255 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Le jardin sec peut parfois s’humaniser !

Souvent ces jardins, espaces quelquefois bien encombrés, démentent l’ordonnancement classique si savant et si admiré par ailleurs !

Des pots de fleurs se disséminent au pied des rochers, les lanternes de pierre disparaissent sous une végétation anarchique et des effigies bouddhiques sans trop de style achèvent de brouiller la belle harmonie de l’espace

140331_048m Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Kôgenji – Sous l’ombrage d’un beau et grand pin

Mais tels qu’ils sont, ces jardins ne laissent pas d’être vivants et échappent avec bonheur à la standardisation quelque peu hermétique des jardins zen dans d’autre lieux plus renommés !

140331_042m Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Kôgenji – Grande effigie de Monju Bosatsu dans le jardin du temple

Des statues en bronze de grande taille, offertes au temple par des dévots particulièrement généreux, servent à réviser sa grammaire des représentations des déités bouddhiques !

140331_247 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Monju Bosatsu – Le bodhisattva de la beauté et de l’intelligence tenant l’épée de feu symbolisant la sagesse et un rouleau de Sûtra à hauteur du cœur pour l’affirmation de la foi

Des lanternes de pierre sont dispersées en des points du jardin particulièrement intéressants à contempler, elles peuvent encore servir à éclairer le cheminement de nuit

140331_268 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Une lanterne de pierre envahie insidieusement par le végétal

Ces Ishidôrô, lanternes de pierre, de factures très diverses, sont un des grands charmes des jardins japonais, mais au-delà d’un rôle décoratif…

140331_044m Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Lanterne de pierre moins classique…

… beaucoup d’entre elles, offertes par des croyants, témoignent toujours d’une piété populaire encore très vivante dans le Japon de notre siècle

140331_045m Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

…et d’un style qui se souvient des pagodes en maçonnerie originaires de Chine

Le jardin n’est jamais silencieux, en dehors des pépiements d’oiseaux ou des croassements moins mélodieux des corbeaux, la contemplation s’accompagne de l’écoulement de l’eau d’un ruisseau, d’une fontaine mais aussi du bruit de la brise agitant de petites cloches accrochées sous les auvents des toitures

140331_250 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Kôgenji – Le tintinnabulement rafraîchit l’atmosphère les jours d’été

De l’architecture typique du zen, j’ai un faible pour les Katô mado, les fenêtres cintrées si élégantes avec leur treillis de fines baguettes de bois …

140331_225 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Kôgenji – Katô mado du Kôdô, le bâtiment principal du temple
Fenêtres particulièrement larges de chaque côté de la façade

… les courbures de leurs châssis plus ou moins accentuées…

140331_248 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Kôgenji – Katô mado du Kôdô, le bâtiment principal du temple

…et leurs formes toujours reconnaissables et pourtant jamais les mêmes !

140331_264 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Kôgenji – Katô mado plus sobre sur un bâtiment annexe

Les édifices fermés à la visite sont signalés généralement par une barrière de bambou à ne pas franchir, mais au Kôgenji, un pot de fleurs disposé sur une dalle placée devant la porte close remplit cet office de façon bien plus bienveillante !

140331_243 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Kôgenji – Défense d’entrer !

Au Kôgenji comme ailleurs, les démons malfaisants rôdent près des temples, mais ils doivent, avant de nuire, affronter les redoutables Shishi, chiens-lions empruntés à la mythologie chinoise, qui veillent jalousement sur les toitures des temples

140331_442 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Ne pas se fier à leur taille, les Shishi sont de bons gardiens pour le Kôgenji !

La fin d’après-midi s’achève, les portes se referment dans le complexe du Tenryûji…

140331_433 Japon – Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

Belle porte de bois dans une enceinte qui se souvient de l’architecture chinoise

…Notre balade devenue nocturne s’attardera dans une forêt de bambous avant de regagner le centre de Kyôto…dans le prochain article…
————————
Voyage de printemps 2014 – Kyôto – Le site d’Arashiyama :

I – Arashiyama
II – Le Tenryûji
III – Le Kôgenji
IV – Autour du Tenryûji

6 comments to Japon – Printemps à Kyôto – Arashiyama – III – Le Kôgenji

  • Catherine

    Quelle paix, quelle esthétique aussi…
    Amitiés.

    • chambre.des.couleurs

      Oui Catherine, c’est le Japon traditionnel, le but de mes voyages ! Mais c’est aussi celui des touristes pressés qui « font » trois temples majeurs en une matinée ! Tout cela reste un peu en dehors de la vie réelle, quand même …

      • Catherine

        Oui, merci Marie-Claude de me ramener sur terre…

        • chambre.des.couleurs

          Ah ! Catherine, la vie au Japon est empreinte de beauté et d’harmonie bien sûr dans la visite des temples, des musées, lors de ses achats dans de nombreux magasins traditionnels…et de laideur, de bruit et de trivialité, les villes (Kyôto en dehors de ces temples avec jardins est une ville sans grâce) et leurs poteaux électriques et panneaux encombrants en tout genre, l’anarchie des bicyclettes roulant sur les trottoirs, la circulation automobile démente et la pub agressive partout, la musique d’ascenseur omniprésente et je ne parle même pas de la télévision à laquelle on ne peut échapper qui atteint le degré zéro de la bêtise et de la vulgarité !
          Et même si visiter le Japon est déroutant et si je navigue dans ces contradictions avec un peu de schizophrénie, je n’aurais de cesse d’y retourner encore… avant que la vie n’en décide autrement !

  • @ bientôt, Marie-Claude, merci
    dans les lanternes, pour éclairer, de l’huile, de la cire, de l’électricité (?)

    • chambre.des.couleurs

      Mais oui Ella, des bougies dans les lanternes au-dehors qui se trouvent ainsi à l’abri des courants d’air
      A l’intérieur des temples, l’électricité évidemment dont les câbles rampent un peu partout…sans grand souci de l’esthétique ! Mais c’est cela aussi le Japon !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>