Categories

Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon – 2ème partie – Les kimonos Tsumugi

autre articles : I | II | III

Les artisans qui tissaient les kimonos luxueux avec la seule soie grège pour les classes dirigeantes du Japon ancien, gardaient pour leur usage personnel la soie de deuxième qualité afin de confectionner des kimonos en pongé de soie, les kimonos Tsumugi, qui devinrent peu à peu très prisés dans toutes les classes de la société

150107_074 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Fukumi – Églantines – 2002 – Kimono Tsumugi
Teinture : rose, brun (arbre Ilex peduncolosa) et jaune (gardénia) filaments de feuilles d’or

150107_075 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Détail du « patchwork » tissé aux subtiles nuances de bruns

Shimura Fukumi a commencé son travail artistique comme tisserande afin de poursuivre la tradition du tissage artisanal dans l’esprit du mouvement Mingei, devenu après la guerre, le manifeste d’une véritable culture populaire

150107_064 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos tissés

Shimura Fukumi – Vent dans la plaine – 1993 – Kimono Tsumugi
Teinture : indigo et jaune (Miscanthus tinctorius)

150107_066 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos tissés

Détail – Des broderies remplacent les Mon, les armoiries communément situées au dos et sur les épaules des kimonos

Mais c’est par l’usage des teintures élaborées par elle-même avec des pigments tirés des végétaux, qu’elle s’est démarquée de tant d’autres artisans tisserands de son époque

150107_060 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos tissés

Shimura Yôko – Orage d’hiver – 2012 – Kimono Tsumugi
Teinture : violet (grémil du teinturier) et jaune (gardénia)

150107_086 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos tissés

Détail – Tissage en damier au bas du kimono

Les couleurs servent à l’expression de l’artiste qui ne prépare jamais un plan préconçu avant de commencer le tissage, les motifs et les graduations de teintes s’imposent au fur et à mesure de son travail suivant ses pensées ou ses idées du moment

150107_092 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Marie – 2010 – Kimono Tsumugi
Teinture : rouge (Sappan), brun (pelures d’oignons) filaments de feuille d’or

150107_095 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Détail des motifs Kasuri

L’esthétique du vêtement ancrée dans la tradition japonaise lui sert de cadre pour son travail même si quelquefois l’exigence à perpétuer un certain esprit mémoriel pose des doutes dans un monde contemporain au mode de vie si différent d’un passé pourtant pas si éloigné

150107_102 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Othello – 2008 – Kimono Tsumugi
Teinture : jaune (pelures d’oignons) et indigo

150107_105 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail des motifs Kasuri en indigo

La créativité contemporaine de Mme Shimura évolue donc entre l’héritage du passé qui marque sa propre identité et l’innovation s’appuyant sur la riche tradition des textiles au Japon

150107_107 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Lac rouge – 2008 – Kimono Tsumugi avec fils de soie grège
Teinture : rouges (Sappan et garance) et indigo

150107_115 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Évocation de la surface d’un lac duquel pourrait jaillir le magma d’un volcan
« Les dégradés de rouge et de bleu affrontés suscitent un sentiment de violence » affirme Shimura Yôko

Shimura Fukumi pratique un art dit décoratif qui, utilisant diverses matières et techniques, pour une tisserande les fils et leur disposition sur un métier, n’est plus considéré dans notre monde contemporain, comme relevant du « grand Art » communément admis…

150107_119 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Fukumi – La danseuse – 2013 – Kimono en soie grège
Teinture : rouge (Carthame des teinturiers), violet (grémil des teinturiers), jaune (Miscanthus tinctorius), jaune(gardénia) et indigo

150107_121 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Ce kimono n’a pas été conçu pour pour être porté dans la vie réelle, mais pour revêtir une danseuse imaginaire

…Pourtant, affirme Mme Shimura, les couleurs et les motifs peuvent, en transcendant les contraintes techniques, concrétiser parfaitement les représentations et les images mentales propres aux artistes

150107_148 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Shikishima – 2007 – Kimono Tsumugi
Teinture : jaune (Miscanthus tinctorius), brun (pelures d’oignon) et indigo

150107_151Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail des parties teintes en indigo
Évocation d’un poème célébrant les fleurs de cerisiers dans le Japon antique
Shikishima est un des anciens noms désignant le Japon

Évoquer ses connaissances du monde, des souvenirs, des émotions surgissant à tout moment, et les projeter dans la création d’étoffes est une tâche exigeante, les noms donnés volontairement à chacune de ses créations leur assure une singularité et un caractère propre

150107_156 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Fukumi – Ciel et lac – 2007 – Kimono Tsumugi
Teinture : indigo

150107_163 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 2 ème partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Reflets du ciel au dessus du lac Biwa dans la plaine d’Ômi

Dès le début de la civilisation japonaise, l’esthétique des couleurs se trouva associée aux sentiments humains, cette spiritualité s’épanouit dans la littérature et surtout dans la poésie classique

150107_143 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Fukumi – Éternelle jeunesse – 2013 – Kimono Tsumugi
Teinture : gris anthracite (lilas des Indes), gris clair (fraise chinoise), filaments de feuilles d’or

150107_166 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Inspiration venant d’un personnage du théâtre Nô, symbole de l’énergie vitale d’une vieille femme ayant traversé bien des épreuves et qui revit une nouvelle jeunesse

Comme beaucoup d’artistes-artisans, Mme Shimura en véritable créatrice lettrée, elle est d’ailleurs essayiste, insuffle dans ses tissages nombre de références littéraires et poétiques

150107_131Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Fukumi – Lac sous la lune – 1985 – Kimono Tsumugi
Teinture : brun (pelure d’oignons) et indigo

150107_134 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Souvenir d’une attente pour admirer la montée de la lune au-dessus du lac Biwa

Situé au Nord-Est de Kyôto, le lac Biwa, le plus grand lac du Japon, a depuis les temps les plus anciens, été célébré par les poètes et les artistes et reste le thème de prédilection de Mme Shimura dont l’atelier se situe dans une campagne proche de Kyôto

Elle peut faire des promenades autour du lac qui lui offre toujours des paysages aux aspects enchanteurs et surprenants dont elle tisse les émotions ressentis dans la trame de ses étoffes

150107_127 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Fukumi – Tout au bout du lac Biwa – 2007 – Kimono Tsumugi
Teinture : jaune (Miscanthus tinctorius) et indigo – Filaments de feuilles d’or

150107_129 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Souvenir du lac Biwa baigné par les rayons de lune
La couleur verte est obtenue en superposant du jaune aux fils teints à l’indigo au préalable

Les deux tisserandes voyagent aussi à travers le monde à la recherche des spiritualités ayant engendré des traditions textiles, l’Inde et le Moyen-Orient demeurent des sources d’inspiration continue

150107_188 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Le grand encensoir – 2008 – Kimono Tsumugi
Teinture : jaunes (Miscanthus tinctorius et gardénia) et indigo

150107_191Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Souvenir du chemin de St Jacques de Compostelle et de l’immense encensoir vu dans la cathédrale

Les kimonos Tsumugi sont uniquement tissés avec des fils déjà colorés, contrairement aux autres kimonos tissés en fils blancs ou naturels qui seront teints ensuite pour recevoir un décor peint à la main ou au pochoir rehaussé de broderies éventuelles

Les deux artistes s’adonnent aussi en toute liberté à la technique du Kasuri (ikat) avec des fils teints partiellement au préalable selon le dessein recherché

150107_201Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Fukumi – Chemin parcouru – 1999 – Kimono Tsumugi
Teinture : jaune (gardénia) et indigo

150107_205 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Kimono au décor sobre et élégant en Kasuri d’une précision étonnante…et remarquable !

Les tisserandes créent des lés d’étoffes pour kimono, et même si elles ne les cousent pas (je suppose qu’un atelier de couture s’en charge) leur travail prend toujours en compte, pendant le tissage, les décors placés sur le vêtement définitif

Le décalage des motifs souvent observé des deux parties du dos résulte de la couture d’assemblage des parties tissées pour confectionner le kimono

150107_195 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Sainte Claire – 2013 – Kimono Tsumugi
Teinture : gris (feuilles et branches de chêne, feuilles de bambou) violet (grémil des teinturiers)

150107_196 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Détail – Le tissage selon la technique Kasuri est chargé de rendre l’expression recherchée

Les kimonos au Japon ne sont pas toujours destinés à être portés, ils servent aux créateurs de support sur lequel leur art peut se déployer, remplaçant « la toile » si familière aux Occidentaux

Mais Mmes Shimura mère et fille s’habillent avec les œuvres qu’elles tissent, la sobriété de leurs tenues renforce la noblesse de leurs attitudes

150107_237 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Chant du soir de Tagore – 2007 –  Détail d’un panneau tissé en pongé de soie
Teinture : Rouge (sappan) et gris (glands de chêne)
L’inspiration vient d’une lecture attentive de l’œuvre du poète Indien

Exempte de chronologie, l’exposition affichait idéalement les kimonos des deux artistes côte à côte

150107_243 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Des roses pour Gabriel – 2010 – Détail d’un panneau tissé en pongé de soie
Teinture : Rouge (sappan), jaune (Miscanthus tinctorius) et indigo
Comme le lys offerte à la Vierge, la créatrice aimerait offrir des roses à l’archange Gabriel !

Il était difficile de départager les kimonos de la mère de ceux de la fille tant leurs œuvres vibraient en écho, Shimura Yôko se révèle peut être un peu plus audacieuse dans l’emploi des couleurs et dans les références revendiquées à l’art occidental

150107_174 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Shimura Yôko – Opéra – 2010 – Kimono Tsumugi brodé avec des fils d’or
Teinture : gris (fraise chinoise), brun (Pelures d’oignons), jaune (Miscanthus tinctorius) indigo et filaments de feuilles d’or

150107_178 Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon - 1ère partie - Les kimonos Tsumugi

Le mot Opera brodé en lettres d’or comme un bon résumé de toute l’œuvre de Shimura Yôko

Pendant la durée de l’exposition, des kimonos et des panneaux tissés ont été remplacés par d’autres œuvres, mes photos ne reflètent donc que ma visite des derniers jours

————————
Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon :
1ère partie – La couleur
2ème partie – Les kimonos Tsumugi
3ème partie et fin !

16 comments to Paris – Exposition : Tisser les couleurs – Maison de la Culture du Japon – 2ème partie – Les kimonos Tsumugi

  • Andrée

    La beauté ! Le rêve !
    « Lac sous la lune » magique !

    • chambre.des.couleurs

      Je comprends Oh ! combien, Andrée, aussi fait-il partie de mes 16 œuvres préférées sur les 23 exposées !
      En vérité je les ai toutes aimées mais l’article était déjà bien long !

  • J’aime particulièrement « le chemin parcouru » mais je ne comprends pas bien votre commentaire
    « Les kimonos Tsumugi sont uniquement tissés avec des fils déjà colorés, les deux artistes s’adonnent aussi en toute liberté à la technique du Kasuri (ikat) avec des fils teints partiellement au préalable selon le dessein recherché »

    l’expo indigo est à la Bibliothèque Forney j’aime ce lieu, rue du Figuier dans le 4ème (l’hôtel de Sens) et -ouh là, il y aune quarantaine d’année !-j’y avait vu une expo de patchwork

    amitié

    • chambre.des.couleurs

      Ah ! Cette fois, j’ai péché par manque de didactisme !J’ai donc ajouté quelque explication complémentaire dans mon article !
      Les kimonos en pongé de soie Tsumugi ont la spécialité d’être tissés avec des fils teints au préalable, contrairement aux autres kimonos tissés en fils blancs qui seront teints ensuite et qui recevront un décor peint à la main ou au pochoir
      Tisser en Kasuri ne peut se faire qu’avec des fils teints sur une partie qui formeront des dessins au moment du tissage, ce qui demande une grande maîtrise du tisserand pour obtenir des motifs harmonieux
      Merci Ella, pour l’information, j’irais bien sûr, voir cette exposition sur l’indigo

  • Je reste sans voix…
    Moi aussi, si je devais en choisir un, ce serait le lac sous la lune.
    Merci Marie-Claude !

  • Chaque Kimono est une splendeur ! et que dire des couleurs, magnifiques dans la simplicité je viens de passer un bien agréable moment à doucement rêver grâce à vous, merci.

  • Françoise Boissier Aurenty

    Eh bien, je suis complètement à court d’adjectifs…Je me suis dit que j’allais choisir ma préférée parmi ces merveilles, et je n’ai pas pu: J’AIME TOUT !
    Merci pour ces instants de bonheur.

  • Sylvie Barrière

    J’adore, c’est magnifique!! Les couleurs sont changeantes à souhaits!!! Que de merveilles!!! MERCI beaucoup!!!! Sylvie63.

    • chambre.des.couleurs

      Sylvie, je suis ravie que vous appréciez aussi cette exposition si exceptionnelle…Même à Paris, une expo de cette qualité reste rare

  • Adrien

    Sublissime tous ces kimonos! Ces japonais sont vraiment des génies en tout!

  • Adrien

    chère madame,

    Je voudrai vous faire parvenir par mail quelques photos d’un magnifique plastron entièrement brodé de fil d’or, il a été malheureusement déposé sur le devant d’une robe assez laide, en satin vert sombre!

    Peut être que vous aurez quelques idées sur son origine, copte ou africaine, même si le pense que ce travail est plutôt oriental!

    Salutations Adrien Taraskoff

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>