Categories

Japon – De Fukushima à Nagano – Voyage d’hiver en train dans les Alpes japonaises – IV – Karamushi à Shôwa mura

autre articles : I | II | III | IV | V | VI

Nous partîmes le matin, sous une neige tournoyante agitée par un vent glacial pour visiter le musée de Karamushi, le nom au Japon pour désigner la ramie, plante exploitée dans la région d’Aizu

140327_060 Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Shôwa mura au petit matin

Le musée était encerclé d’amas de neige de hauteurs impressionnantes, et il régnait à l’intérieur du bâtiment aux grandes baies vitrées un froid humide qui nous transit peu à peu

Nous avions deux heures de latitude pour la visite avant de reprendre l’autocar nous ramenant vers la gare de Tadami sen… mais grande déception, les collections surtout constituées de photos se sont révélées très pauvre en textiles

140327_058 Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Shôwa mura – Le musée de Karamushi sous la neige

Nombre de plantes libériennes, ainsi que des fibres tirées des écorces d’arbre sont utilisées dans le monde pour fabriquer des textiles depuis des millénaires

Au Japon, l’histoire de la ramie dont les fibres obtenues sont d’une solidité exceptionnelle, remonte au IIIe siècle de notre ère

140327_036m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Ohyô – Fibres tirées d’une variété d’orme avec lesquelles les Aïnous tissaient leurs vêtements

La ramie cultivée au Japon, est une des 40 variétés de la grande famille des orties, plantes dont on exploitait les avantages pour la production de textiles essentiels à la protection vestimentaire de la majorité des habitants des campagnes

140327_062m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

De gauche à droite, ramie de Corée, ramie d’Ichigo, ancienne province située à Niigata ken, sur la mer du Japon, ramie de Miyako jima à Okinawa et enfin Karamushi, ramie de Shôwa mura

Au Japon, avant l’arrivée massive du coton à la fin du XIXe siècle, ces fibres étaient travaillées par les sociétés paysannes en même temps que le chanvre afin de confectionner vêtements traditionnels et autres objets nécessaires à la vie quotidienne

140327_037m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Bashô – Fibres de bananier naturelles et teintées
Fibres obtenues et utilisées au sud du Japon

La région de Shôwa mura, grande productrice de ramie exportait dans d’autres régions les fibres préparées en vu du tissage, les communautés rurales trouvant dans cette activité un débouché venant augmenter leurs maigres ressources habituelles

140327_044m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Karamushi – Ramie de Shôwa mura – Devant
Taima – chanvre de Shôwa mura – Au fond

Le Karamushi produit à Shôwa mura était exporté et transporté à dos d’homme en gros ballots de 30 kg pour être tissé à Ichigo, situé de l’autre côté des montagnes, dans la préfecture de Niigata, sur la côte de la mer du Japon

140327_051m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Tissage de Karamushi pour un tissu de kimono
Classé bien culturel important

Le gouvernement japonais a classé le travail ancestral de Karamushi, de la plante aux fils prêts à être tissés comme Mukei Jûyô Bunkazai, patrimoine culturel important

Actuellement, pour perpétuer la tradition, les villageois continuent l’exploitation de la ramie, mais ce n’est plus qu’une activité de loisirs destinée à de jeunes citadins qui viennent à Shôwa mura pendant l’été s’initier à la préparation des fils et à leur tissage

140327_058m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Choma – Ramie tissée à Ichigo, ancienne province sur la mer du Japon

Le travail pour obtenir à partir de la plante cultivée des fibres prêtes à être tissées, nécessite une main d’œuvre abondante pour effectuer des tâches longues et pénibles

140327_061m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Choma – Ramie originaire de Miyako jima,dans la préfecture d’Okinawa, îles situées au sud du Japon

Le travail commencé à partir de la première lune du mois de mai, consiste en brûlis sur les terres suivis d’épandage d’engrais, à Shôwa mura les déjections de poulaillers ! puis de paillage afin de garder une bonne humidité résiduelle

140327_057m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Choma – Ramie originaire de Miyako jima, dans la préfecture d’Okinawa

Des clôtures brise-vent bien ajustées obligent les plantes à pousser en masse compacte, les tiges devant rester bien droites pour une bonne utilisation ultérieure

140327_048m-2 Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Karamushi – Fibres fines de ramie

Fin juillet, les plantes ayant atteint deux mètres de haut, coupées une à une à une longueur précisément désirée, les feuilles enlevées, sont mises à tremper dans l’eau froide afin de faciliter l’épluchage de l’enveloppe extérieure puis les fibres constitutives de la plante sont grattées, liées en faisceau et restent immergées jusqu’à la prochaine étape

140327_048m-4 Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Karamushi – Écheveau de fibres de ramie prêtes à être tissées

Le jour choisi, les fibres amollies mises à sécher à l’ombre, sont déchirées plus finement afin de confectionner en les tressant un fil épais propre à être filé sur un rouet

140327_048m-3 Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Karamushi – Fils pour monter la chaîne – A droite
Fils pour tisser la trame – A gauche

Dans les périodes d’exploitation intensive de la ramie, le travail de tissage venant parachever ces minutieuses préparations, était confié à des artisans spécialisés

140327_050m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Kamishimo – Vêtement porté dans les occasions officielles par les membres du clan du Daimyô de la région d’Aizu
Karamushi teint en indigo

De nos jours, quelques personnes ayant gardé ou ré-appris la pratique initient au tissage, pendant les mois d’été, des personnes intéressées par les anciennes techniques artisanales

140326_087m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Shôwa mura – Métier à tisser préparé avec une chaîne en Karamushi
Dans l’annexe du musée, plusieurs métiers sont destinée à l’initiation au tissage

Tisser un Obi, la ceinture fermant les kimonos, généralement d’une longueur comprise entre 3,60 à 4,50 mètres sur une largeur de 30 cm environ, nécessitait 3 à 4 mois de préparation de fibres de ramie pour fournir la quantité de fils nécessaire à disposer sur le métier

Les kimonos tissés en Choma, la ramie, étaient extrêmement recherchés par les classes aisées pour leur confort à être portés pendant les mois d’été

140326_092m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Détail – la chaîne montée en Karamushi

La boutique du musée proposait de l’artisanat local, de beaux paniers…

140326_098m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Paniers de fabrication locale
Je fus très tentée mais nos bagages étaient déjà pléthoriques…Et le séjour était loin d’être achevé !

…de petits objets confectionnés avec les tissus rayés artisanalement d’Aizu

140326_096m Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Porte-monnaie en Aizu momen, les superbes tissus rayés d’Aizu
La tentation était grande aussi !

…et quelques tous petits ouvrages en Karamushi

150208_003 Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Karamushi tissés à Shôwa mura

Utilisés au Japon comme dessous de tasses à thé, je les ai alloués à mes derniers Maneki neko !

150209_005 Japon - De Fukushima à Nagano - Voyage d'hiver en train dans les Alpes japonaises - IV - Karamushi à Shôwa mura

Un peu de préciosité rustique ne peut pas nuire !

La suite de l’article conclura le voyage d’hiver dans les Alpes japonaises

————————
Japon – Printemps 2014 Voyage d’hiver en train dans les Alpes japonaises :
I – Tadami sen
II – Shôwa mura
III – Minshuku à Shôwa mura
IV – Karamushi à Shôwa mura
V – Un restaurant populaire à Kaneyama
VI – Fin du voyage

8 comments to Japon – De Fukushima à Nagano – Voyage d’hiver en train dans les Alpes japonaises – IV – Karamushi à Shôwa mura

  • Sylvie Barrière

    Toujours très instructif, impressionnant tout ce travail des fibres végétales. A chaque pays ses fibres et le travail qui en découle. Chez nous c’était plutôt le chanvre. Merci beaucoup pour toutes ces leçons textiles et autres et à bientôt. Sylvie63.

    • chambre.des.couleurs

      Oui, Sylvie, travailler le chanvre et la ramie était une nécessité vitale pour les sociétés paysannes dans tant de pays
      Je suis toujours étonnée en constatant les trésors d’ingéniosité que les humains ont mis en œuvre pour exploiter les ressources qu’offrait la Nature
      Maintenant, la ramie est exploitée à très grande échelle par la Chine avec toutes les conséquences écologiques catastrophiques qui en découlent…Autre temps, autres pratiques…

  • Monique

    hé bien voilà, je viens d’apprendre ce qu’était le « ramie ». tissu que j’ai acheté il n’y a pas longtemps et avec lequel je prévois une tunique pour ma petite fille. ce tissu est vraiment d’une douceur incomparable. pour le chanvre, je savais ce que c’était, mais j’ai découvert de la laine en comportant chez Bergère de France. cela fait trois fois que je vais au ravitaillement pour des petits paletots. malgré les lavages intensifs et portés par deux petites, les boléros sont partis pour être porté vers d’autres horizons. merci merci pour les explications et les photos très parlantes. bonne soirée Mdereims

    • chambre.des.couleurs

      C’est moi, Monique, qui vous remercie de passer du temps à lire mes petits articles alors que je constate que vous êtes très occupée !

  • Adrien

    Un grand merci de nous donner toutes ces magnifiques informations, là je n’ai qu’une envie, utiliser toutes ces belles matières pour faire des vêtements!

    • chambre.des.couleurs

      Oui, parfait pour des vêtements mais est-ce si facile à trouver dans nos contrées ?
      Car toutes ces fibres qui viennent de Chine sont exploitées de façon tellement catastrophique pour l’environnement hélas

  • Je réalise du papier végétal (paille de blé, ortie, canne de provence, folle avoine,lin, prêle…) aussi aubier de murier, kozo….. que je peins ou je fais des grotesques du moyen âge ou quelques dessins japonais….et j’aimerai pouvoir trouver des tiges de ramie…. mais je ne sais où m’adresser. Si vous pouviez (ou non) m’aider, je vous en remercie infiniment. Je continue mes recherches…..

    • chambre.des.couleurs

      Avec l’utilisation de tels matériaux naturels, nul doute, Béatrice, que votre démarche se révèle passionnante…
      En revanche, je suis désolée mais je n’ai aucune piste valable pour trouver des tiges de ramie en France

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>