Categories

Japon – L’automne à Kyôto – Le Ryôanji – I – Le jardin paysager

 Suite de la visite des grands temples au Nord-Ouest de Kyôto, après une belle matinée à admirer le Kinkakuji …

121116_652 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

L’automne dans les jardins du temple Ryôanji « le temple du repos du dragon »

…nous consacrâmes la fin d’après-midi à revoir le jardin Karesansui, le jardin de pierres et de sable rempli de mystère du Ryôanji, temple affilié au Myôshin-ji, une des cinq plus grandes écoles du Rinzai-shû, branche du bouddhisme zen

121116_382 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Plan du complexe monastique du Ryôanji

Dès la grande porte franchie, l’itinéraire emprunté s’étire doucement, en cette saison, sous des frondaisons aux couleurs automnales

121116_686 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Sanmon – La grande porte d’entrée du complexe de temples zen

Le chemin en cette presque fin d’après-midi, soulagé des flots incessants de touristes, permettait aux seuls chants d’oiseaux d’animer les lieux redevenus calmes et paisibles

121116_884 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Les érables s’enhardissent sur le chemin de promenade

Sur le sentier, du côté des grands murs de pisé enserrant des temples secondaires, les érables couronnaient de leur feuillage d’or les barrières de bambous

121116_646 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Les feuilles dorées des érables ne se décidaient pas encore pour le rouge flamboyant !

Le sentier desservant tous les bâtiments monastiques, longe une partie de l’étang…

121116_387 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Kyôyôchi – « Au miroir de l’étang »
Au soleil déclinant en toute fin d’après-midi
Des fleurs de lotus et des nénuphars recouvrent presque la totalité de l’étang

…il mène au célébrissime jardin minéral mais arrivés devant l’entrée et malgré l’heure tardive, la véranda face au jardin demeurait encore trop fréquentée à notre goût !

121116_675 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

La période de Kôyô, la saison des feuilles rougeoyantes, déploie ses couleurs autour de l’étang

Nous décidâmes alors de continuer tranquillement la visite du superbe jardin vert paysager ordonné autour de son étang, avant de revenir tenter notre chance un peu plus tard !

121116_636 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Sur le chemin d’accès, des haies de bambous comme clôtures de temples secondaires

Le touriste lambda ne s’attardant pas au-delà des lieux « à voir absolument », notre déambulation se déroula donc dans la plus grande quiétude afin de profiter sereinement des attraits offerts par la promenade

121116_476 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Haie de bambous écorcés succédant aux murs d’enceinte délimitant les temples

Le chemin, légèrement vallonné sinue entre de sveltes et grands pins, des érables, des cerisiers au tronc noueux et des buissons de camélias, la variété des essences d’arbres se devant animer en couleurs ce jardin au fil des saisons

121116_464 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Simplicité et beauté des matériaux naturels mis en œuvre tout au long du parcours

Les sous-bois du jardin naturel, souches d’arbres, racines et belles pierres sont entièrement recouverts d’un tapis velouté de mousses de différentes espèces, qui loin d’être considérées comme envahissantes participent au charme et à la quiétude des lieux

121116_447 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Les rochers aux formes tourmentées ont toujours une place de choix dans les jardins
Selon les croyances du Shinto, les Kami, les déités, aiment s’y reposer

Le complexe monastique s’élevant sur une colline en pente douce au Nord Ouest de Kyôto, les temples bâtis au-dessus de l’étang situé au pied du vallon demandent d’emprunter de grands escaliers empierrés pour accéder aux saints des saints !

121116_442 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Un des trois imposants escaliers menant aux différents temples

Avec la promenade autour de son étang, le passage sur ses ponts ou encore le détour sur ses îles, ce jardin qui invite à la promenade est encore du style des arrangements des époques antérieures à l’époque Muromachi (1333-1573) période où l’esthétique Zen favorisa l’aménagement de jardins secs minéraux uniquement conçus pour la méditation

121116_405 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Koke niwa, le jardin des mousses, à l’entretien extrêmement soigné

Un temple premier fut construit au milieu du XVe siècle sous l’égide de Hosokawa Katsumoto (1466-1507) sur un terrain reçu en héritage de sa puissante famille des Fujiwara

121116_431Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Sur le mur en pisé de l’enceinte légèrement oblique, le toit largement débordant prévient les dégradations de  la pluie
La pièce de bois soutient les chevrons et termine la poutre faîtière
Le petit fossé d’écoulement des eaux, au pied du mur, se situe sous le soubassement de pierre

Issu de la classe des Buke, l’aristocratie militaire, Hosokawa tint une fonction de haut fonctionnaire auprès du Shôgun Ashikaga Yoshimasa mais pour une question de légitimité du pouvoir, il provoqua la désastreuse Ônin no Ran, la guerre d’Ônin, qui pendant dix ans ( 1467-1477) mit la capitale Kyôto à feu et à sang en détruisant une grande partie de son patrimoine ancien

121116_428 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Ces rustiques murs aux teintes délavées sur lesquels la lumière joue et s’attarde sont représentatifs de l’esthétique Wabi-Sabi, une préférence pour la simplicité et le goût pour la patine du temps

Mais ce foudre de guerre était aussi un esthète, passionné de philosophie zen, et pour concrétiser ses aspirations il fit réaliser entre 1458-1462, un jardin conçu pour la contemplation et selon de vieilles chroniques il l’orna « de pierres de goût étrange » !

121116_433 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Seigen-in – Porte d’entrée d’un des temples auxiliaires du Ryôanji
Le bâtiment aurait été édifié à la toute fin du XVe siècle

Le temple premier fut incendié pendant la guerre qu’Hosokawa engagea de manière imprudente mais les bâtiments reconstruits par son fils furent de nouveau détruits à la fin du XVIIIe siècle, les constructions actuelles sont donc postérieures à ce nouvel incendie survenu en 1797

121116_438 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Seigen-in – Une sente dallée avec art conduit au temple niché dans la verdure
L’accès au temple n’est autorisé qu’à certaines périodes

Le Ryôanji, célèbre grâce à son jardin minéral intrigant prospéra ensuite sous la protection du Shôgun Hideyoshi qui vint y admirer en 1558, honneur suprême ! des Shidarezakura, les majestueux cerisiers en pleine floraison

121116_427 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Chokushi mon – Porte donnant accès au temple principal du Ryôanji réservée exclusivement à l’envoyé du Tennô, l’empereur, ou encore au messager du Shôgun

121116_429 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Chokushi Mon – Détail de l’imposte ajourée et du pignon du toit incurvé de type Karahafu typiquement japonais

Les temples secondaires du complexe monastique présentent une architecture et des caractères spécifiques au style de construction du bouddhisme Zen

121116_411 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Au-delà d’une porte imposante, encore un charmant petit temple secondaire
Katô mado, les fenêtres, affectent une forme très sobre

Murs de pisé blanchis à la chaux en contraste avec les bruns des poutres de soutènement, toits de tuiles vernissées, élégants treillis de minces baguettes de bois protégeant le papier Washi masquant les fenêtres

121116_409 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Même les petites cours devant les appartements des moines se doivent de laisser place à la nature, source de vie

Selon le syncrétisme en vigueur dans les lieux de culte, des Torii du Shinto côtoient les lanternes de pierre habituellement rencontrées dans les complexes de monastères bouddhiques

121116_401 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Torii laqué de rouge délimitant une aire sacrée

Au mi-temps du chemin, une entrée se signale par un treillage de bambous, une porte ouverte et des dalles de pierre invitent à faire une pause dans un restaurant végétarien

121116_454 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Yudofuya – Entrée du restaurant végétarien
Le Noren, petit rideau, est déployé : c’est ouvert !

121116_455 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Shôjin Ryôri – Menu végétarien constitué autour du plat principal de Yudofu, du Tofu servi chaud

La suite de la visite sera bien sûr pour ce fameux jardin de pierre

121116_615 Japon – L'automne à Kyôto –  Le Ryôanji - I -

Entrée sur le Karesansui, le jardin le plus célèbre du Japon !

8 comments to Japon – L’automne à Kyôto – Le Ryôanji – I – Le jardin paysager

  • cette promenade fut un enchantement pour moi
    les couleurs ,actuellement , doivent être ,le mot est faible , magnifiques
    très belles photos
    marie dominique

    • chambre.des.couleurs

      Merci Marie Dominique, de me suivre en voyage !
      Les couleurs de l’automne, il est vrai, sont particulièrement intenses au Japon et c’est la saison que je préfère !

  • après cette visite de méditation merci !@ bientôt

    une question tout à fait anecdotique : que disent les caractères sur le noren ?

    • chambre.des.couleurs

      Le nom du restaurant n’est pas comme à l’habitude inscrit sur le Noren mais comme nous sommes dans un temple bouddhique Zen alors c’est une maxime : Maru wa tenka ichi traduit à peu près par le rond, sous-entendu l’esprit dénué d’aspérités, est le meilleur au monde (car il pourra entendre la Loi)
      Ella, le voyage se poursuivra vraiment dans la contemplation

  • Hélène

    Aah, merci beaucoup pour cette magnifique promenade!
    Quel beau sentiment de calme cela procure.
    Je me réjouis de la suite!
    Il faut que je regarde de nouveau mes livres du Japon.
    Belle journée!

  • isa debat

    un peu trop vide pour moi mais très joli quand même
    biz isa

    • chambre.des.couleurs

      Isa, vous faites allusion au Karesansui du 2ème article, je pense…
      Il est vrai que si l’on peut méditer dans un lieu moins austère, d’après mon expérience, le « vide » favorise mieux la concentration de l’esprit

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>