Categories

Archives

Voyage aux confins de la Bretagne – Le Mont Saint Michel -I- L’arrivée au Mont

Nouvelle visite au Mont Saint Michel par une froide mais belle journée d’hiver où nous avait donné rendez-vous le cousin de mon époux, venu de son lointain Japon, visiter la Merveille de l’Occident

En arrivant de Pontorson, le Mont vu du sud

Chaque fois que j’ai l’occasion de m’y rendre, je choisis toujours le plein hiver afin d’échapper quelque peu au flux touristique irrépressible !

Incessantes variations des bans de sable de la baie du Mont St Michel façonnée par les marées

Tant de reportages ont été publiés sur la situation exceptionnelle du Mont, sur la mer qui avance « à la vitesse d’un cheval au galop », sur la querelle dérisoire du Mont en « Bretagne ou en Normandie » …

A 3 km du Mont, l’ îlot de Tombelaine surgit de la grève à marée descendante
Tombelaine fut occupée par les Anglais pendant la guerre de Cent ans

…que je me bornerai dans ces articles à narrer mes impressions et à préciser quelques observations sur l’architecture qui j’espère ne seront point trop fastidieuses

Le Mont surplombe le rocher abrupt, cône de granulite haut de 80 mètres

L’abbaye et les bâtiments monastiques s’élèvent au-dessus d’un gros bourg qui abrita pendant tout le Moyen Age, une population dense, des hommes d’armes pour la protection du Mont et des villageois dévolus au service de la classe sacerdotale…

Les murailles des remparts au pied du Mont chargées d’assurer sa protection

… reflétant l’ordre immuable de la société médiévale « ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent »

La Porte du Roi fermait la rue principale et protégeait l’accès au Mont
Porte munie d’un pont-levis et d’une herse au-dessus d’un fossé

Le Mont au fil des temps se verra cerné par des fortifications de plus en plus élaborées …

Mouvement ascendant des remparts à l’est et la tour Boucle au pied du Mont, construite à la fin du XVe siècle
Ouvrage défensif d’artillerie, exemple de fortifications admiré par Vauban !

…afin de se prémunir des attaques anglaises pendant la Guerre de Cent Ans, les murailles protégeant l’accès au Mont seront encore renforcées aux XIVe et XVe siècles

L’entrée fortifiée de l’abbaye, couronnement de l’ascension mais aussi poste de commandement des remparts
Photo prise en fin d’après-midi d’hiver au moment où la pierre, accordée au ciel, devient uniformément grise

Les remparts protègent le Mont en le transformant en véritable place forte avec à sa tête un abbé, autorité seigneuriale administrant tout le Mont comme dans un véritable domaine féodal

Mont St Michel

L’abbaye avec les 2 masses de la nef et du chœur réparties autour du clocher domine les palais abbatiaux édifiés du XIVe au XVIe siècle mais beaucoup remaniés aux époques postérieures
Les logis sont couronnés de chemins de ronde à caractère défensif

Une fois franchi la porte d’entrée donnant sur l’artère principale, il est impossible d’échapper à la surenchère commerciale de la Grande Rue…même si les pèlerins de l’époque médiévale étaient aussi sollicités pour acquérir des objets de piété, la protection de l’Archange Saint Michel-au-péril-de-la-mer valait bien quelques sacrifices pécuniaires !

Dans la Grande Rue où sévit un ersatz de Moyen Age

Délaissant les restaurants et leur prix délirants (il faut débourser 25 € pour l’omelette de la Mère Poulard) et les boutiques de babioles « médiévales » made in China, nous montons vite à l’assaut du rocher

Montée entre les murs de pierre des ruelles jusqu’à l’abbaye

Nous grimpons de raides escaliers, cheminons par un dédale de venelles qui escaladent les pentes jusqu’au pied des murailles de l’abbaye

Le Mont Saint Michel

Le rocher sur lequel fut édifié le village et l’abbaye affleure au détour des ruelles

Perpendiculaires à la Grande Rue, les maisons aux murs de pierre s’étagent sur des parcelles exiguës, des échappées ménagent des vues sur la baie que l’hiver teinte des nuances subtiles de gris

L’hiver offre un lavis de gris délicats

Les habitations traditionnelles du village ancien ont disparu au fil des temps, elles ont cédé la place, pendant le XIXe siècle à des maisons au confort moins spartiate mais reconstruites dans le style post-médiéval si habituel de ce temps

Les tours massives aux moellons apparents pastichent bien une architecture de style médiéval …revisité !

Les maisons plus anciennes aux murs latéraux en pierre quelquefois élevés avec les déblais du rocher, possèdent des façades en colombage, bien qu’elles soient très enserrées leur encorbellement leur permet de capter un peu plus de lumière

L’abbaye, surplombant les maisons à pans de bois, se dévoile peu à peu

Les remparts et les fortifications qui entourent et protègent l’abbaye la transforment en véritable château-fort

L’abbaye et son châtelet d’entrée, à l’extrême gauche, flanqué de deux tourelles surmontées de créneaux

Arrivés en haut du village, nous entrons enfin dans l’abbaye voir la Merveille ! Mais le chemin pour y parvenir ménage encore bien des surprises !

De l’époque médiévale jusqu’à la fin du XVIe siècle, les premières défenses du châtelet passées, d’autres obstacles étaient encore à franchir à partir de la salle des Gardes, enfin une herse barrait l’accès à l’escalier du Grand Degré

La salle des Gardes, entrée de l’abbaye, donne accès à l’escalier du Grand Degré

Les fortifications de l’abbaye tellement imposantes rendait le monastère imprenable, cette architecture militaire érigée à la fin du XIVe siècle sera prise comme modèle dans d’autres constructions du temps

L’escalier du Grand Degré vu de la salle des gardes, laisse l’église à sa droite

Les abbés successifs, chargés de la gestion des nombreux domaines apportant au monastère une source importante de revenus fonciers, ne cessèrent au fil du temps d’agrandir leur logement

Montée du Grand Degré longeant les murs de l’église à gauche

L’immense logis abbatial aligne ses bâtiments parallèlement au monastère, il en est séparé par l’escalier du Grand Degré mais en est rattaché par des ponts suspendus

Pont suspendu reliant le logis abbatial à gauche et l’église

Arrivés enfin sur le parvis de l’église abbatiale, nous retrouvâmes notre cousin et son épouse trop contents d’échapper à leur groupe de touristes !

On a beaucoup glosé sur la spiritualité se dégageant du Mont…mais le parcours touristique trop bien balisé, avec son tumulte, n’incite guère à la contemplation

La silhouette du Mont se détachant sur la baie en fin d’après-midi

Seules les échappées se profilant sur la baie peuvent être propices, en l’absence d’agitation, à de longues rêveries…Il faut prendre le temps…

Dans le prochain article, nous entrerons dans l’église…

Clair-obscur à l’entrée de l’église abbatiale

6 comments to Voyage aux confins de la Bretagne – Le Mont Saint Michel -I- L’arrivée au Mont

  • Françoise Boissier Aurenty

    Reprendre en votre compagnie les promenades, quel plaisir. Il y a fort longtemps( 30 ans, ou plus) j’ai découvert le Mont et je le redécouvre aujourdhui, guidée par votre regard sensible.Trop bien, comme dirait ma petite fille !
    Amitiés de Françoise

    • chambre.des.couleurs

      Votre réflexion, chère Françoise, m’amuse beaucoup…car c’est ce que j’ai entendu autour de moi : « OH là là ça fait drôlement longtemps que j’y suis allé » ! d’où mon idée de l’article ! Souvenirs, souvenirs…

  • Et moi je rêve d’y aller depuis ma lecture de La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et d’avoir entendu un ami y avoir été lors d’une messe de minuit…
    Bonne journée !

    • chambre.des.couleurs

      J’ai lu aussi ce livre, chère Catherine, il y a quelque temps, cela m’avait plu à l’époque…Mais entre l’imaginaire et et une visite prosaïque, telle que le parcours touristique nous l’impose, je crains que la déception soit grande

  • helen

    Bonjour et Merci pour votre article!
    Jamais je n’oublierai notre voyage et visite de cette merveille en avril 2012! Et cela doit être encore beaucoup plus beau à cette époque de l’année.
    Moi aussi, je lis tout ce que je peux trouver en rapport avec le Mont St. Michel, même une bd…
    Je me rappelle également une très belle émission (sauf erreur Des Racines et des Ailes) où plusieurs résidents avaient accepté la tv dans leurs demeures! Pour lesquelles je les envie mais pas pour les flots de touristes (et je m’y inclus) qu’ils ont pendant la belle saison, et pas que.
    Je me réjouis déjà de lire la suite et vous souhaite une très belle semaine!

    • chambre.des.couleurs

      Merci Helen, comme nos cousins venus du Japon, je me suis considérée aussi comme une touriste ! C’est une telle chance de pouvoir venir admirer ce lieu extraordinaire entre eau, terre et ciel…Et je sais que j’y retournerai encore !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>