Categories

Archives

Paris – Exposition « A l’aube du japonisme » – Maison de la culture du Japon – I –

Cette exposition, achevée au début de cette année, était le prémisse des manifestations à venir en 2018-2019 afin de célébrer les 150 ans de l’ouverture du Japon aux puissances étrangères

Tortues sur un rocher
Terre blanche vernissée en brun – Kyôto – Fin du XVIIIe siècle
Pièce achetée en Chine et exposée à Paris en 1840 puis acquise par le Musée de la Céramique à Sèvres en 1842

Même si le Japon resta opiniâtrement fermé au reste du monde depuis le début du XVIIe siècle…

Vue de la ville et de la rade de Nagasaki
Aquarelle attribuée à Kawahara Keiga, seul interprète, autorisé par les autorités, auprès des marchands Hollandais
Nagasaki était le seul port ouvert aux négociants étrangers

…quelques bribes de cette civilisation parvinrent tout de même en Europe par l’intermédiaire des négociants chinois et des marchands Hollandais, seuls autorisés à commercer entre l’archipel et l’Occident

Grande tabatière à quatre tiroirs
Bois laqué, nacre de couleurs, ferrures et poignée en argent – 1840-1844
25 cm x 25 x 38 cm – Coffret destiné au marché chinois

Les exportation de grand luxe comme les étoffes, les armes, les estampes, les céramiques et les laques furent collectionnés passionnément tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles afin de décorer les palais de l’aristocratie européenne

Grande tabatière à quatre tiroirs
Bois laqué, nacre de couleurs, ferrures et poignée en argent -1840-1844
 22 x 22 x 33 cm – Coffret destiné au marché chinois

De somptueux ensembles de laques d’or japonais ornèrent les salons de Mme de Pompadour puis de Marie Antoinette, avant que les élites bourgeoises du début du XIXe siècle, éprises de raffinement et d’exotisme, s’intéressent à leur tour aux arts de ce Japon encore bien mystérieux

La constitution de cabinets d’arts orientaux devint une preuve de distinction et de culture pour les artistes et les intellectuels du temps

Grande boîte ronde avec un paysage dans un cartouche ovale décorant le couvercle
Laque noire, nacre de couleurs – 32,5 cm de diamètre
Forme de boîte destinée au marché chinois

Dans l’impossibilité de se rendre au Japon, pays strictement fermé aux étrangers, les laques aux décors de nacre polychrome furent rapportés en France par les membres des missions diplomatiques au milieu du XIXe siècle

Les délégations étaient chargées de passer des accords avec la Chine afin d’obtenir l’ouverture de cinq ports aux commerçants français

Vase – Bois laqué et nacre polychrome – 1840-1844
24,5 x 12 de diamètre – Objet destiné au marché chinois

Ces boîtes, coffrets et vases de toutes tailles exportés du Japon vers la Chine afin de satisfaire les penchants esthétiques des lettrés fortunés, furent aussi du goût des voyageurs français !

Petit secrétaire aux panneaux coulissants
Bois laqué et nacre polychrome
33 x 34 x 22 cm – Petit meuble destiné au marché chinois

La ville de Nagasaki, située au sud du Japon, seul port où les négociants chinois pouvaient aborder, avait développé des ateliers d’artisans spécialisés dans le travail d’objets en laque noire enrichie d’éclats de nacre polychrome

Cabinet à tiroirs et à portes coulissantes
Laque sombre, nacre polychrome, ferrures en métal
56 x 64 x 30 cm – Coffret destiné au marché chinois

Ce travail se reconnaît au style exubérant et à la décoration surchargée s’étendant sur l’ensemble de la pièce au détriment du fond, les vides sont comblés par la dissémination de petites branches ou de bouquets fleuris

Détail du décor du cabinet à tiroirs

Les motifs évoquant le Japon traditionnel flattaient le goût pour les scènes pittoresques appréciées des étrangers

Détail du décor du cabinet à tiroirs

Les paysages, souvent dans des cartouches ovales, sont remplis de détails, panoramas de montagnes et d’eau, pavillons reliés par de petits ponts, voiles de bateaux dans le lointain…

Détail d’un plateau carré
Bois laqué et nacre polychrome – 1840-1845
36,5 x 36,5 – Objet destiné au marché chinois

…décors naturalistes d’oiseaux et de fleurs,  groupes de voyageurs et des personnages engagés dans diverses activités, tous ces détails sont traités avec une minutie et un savoir-faire remarquables

Détail du décor des côtés du cabinet à tiroirs
Décor typique de l’art décoratif japonais

Les objets rapportés par les délégations diplomatiques et par des voyageurs intrépides furent très tôt proposés aux amateurs en salle de vente

Choka – Verseuse à alcool en grès à couverte « peau de requin »
La texture granuleuse samehada ou peau de requin est obtenue par rétractation volontaire de la couverte à la cuisson
Cette pièce magnifique est aussi illustrée dans mon article précédent sur les collections de la Manufacture de Sèvres !

Les musées comme la Manufacture de Sèvres, intéressée par l’étude des différentes techniques de la céramique se porta acquéreuse de faïences au style décoratif alors inconnu, pièces confondues sur les catalogues avec des productions chinoises !

Jatte avec couvercle en forme de chrysanthème – 25 cm de diamètre
Faïence polychrome – Début du XIXe siècle
Acquise par le musée de la céramique à Sèvres en 1842

Ces céramiques satisfaisant un public friand de pittoresque asiatique, restent surprenantes par leur réalisme assez pesant ou par leur décor naïvement fruste

Kyûsu – Théière à décor de paysage
Grès à émaux polychromes – XIXe siècle
Acquise par le musée de la céramique à Sèvres en 1842

Les us et coutumes du Japon passionnèrent les conservateurs des musées nationaux, des modèles réduits de maisons vinrent ainsi compléter, dans les années 1842-1845, les départements ethnographiques

Modèle réduit d’une maison japonaise de la classe aisée
Bois, vannerie, tatami et papier Washi

Les pièces rapportées à grand frais mais considérées sans beaucoup de prestige s’éparpillèrent de musée en musée, la raison d’être de ces objets isolés fut longtemps ignorée

Ce palanquin miniature est sans doute un élément constituant l’exposition de poupées et d’accessoires, afin de célébrer la fête des petites filles, au mois de mars au Japon

La poupée masculine assise à l’intérieur est d’ailleurs une méprise, ce palanquin laqué noir et or était destiné uniquement aux femmes de la noblesse !

Norimono – Modèle réduit de palanquin
Bois laqué noir et or, passementerie et métal
23 x 26 x 18 cm

Les laque noirs aux décors anecdotiques traités en nacre dans des couleurs vives, destinés uniquement à l’exportation, manquent de la subtilité et de l’élégance rencontrées dans les pièces élaborées pour le marché intérieur japonais…

Ce sera le thème du prochain article

2 comments to Paris – Exposition « A l’aube du japonisme » – Maison de la culture du Japon – I –

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>