Exposition « A l’aube du japonisme » – II –

Paris – Maison de la culture du Japon

 « A l’aube du japonisme » – Maison de la culture du Japon – autre articles : I | II | III | IV | V

Le Japon, au milieu du XIXe siècle, sous la menace des navires américains du commodore Perry, se vit contraint d’ouvrir trois ports aux navires occidentaux et signa en 1858 des traités commerciaux avec cinq pays, dont la France

Hokusai – 100 vues du Mont Fuji
Livre illustré rapporté par les membres de la première ambassade française

Grâce à l’ouverture des ports de Nagasaki, de Shimoda et de Hakodate, les membres de la première ambassade française et les officiers des armées intervenantes en Chine en 1860, faisant escale au Japon, rapportèrent des livres, sujets de curiosité jusqu’alors inconnus, et nombre d’objets luxueux en usage au Japon à cette époque

Hokusai – Aveugles traversant une rivière
Livres populaires et bon marché très répandus à l’époque au Japon

Différents des exportations destinées à la Chine, ces objets beaucoup plus recherchés témoignaient de la vie raffinée des citadins à la fin de l’époque Edo

Plateau circulaire
Laque, nacre et vannerie – 25 cm de diamètre
Le motif du croissant de lune est rare dans la décoration, la pleine lune a plutôt les faveurs des artistes !

Les loisirs pratiqués auparavant par l’aristocratie furent imités à la fin du XIXe siècle par les populations urbaines qui appréciaient les objets luxueux, signes ostentatoires de leur réussite

Détail d’un plateau circulaire
Laque, nacre et vannerie
Les ondulations des motifs décoratifs seront une inspiration pour l’Art Nouveau

Les réunions festives pour aller admirer les cerisiers en fleurs ou les érables rougeoyants en automne demandaient des accessoires pratiques mais élégants pour emporter les repas

Des boîtes en bois laqué dont les compartiments superposés renferment les mets s’accompagnent de flacons contenant du saké pour profiter au maximum de l’excursion…

Tesage jûbako – Nécessaire à pique-nique
Bois laqué rouge, nacre de couleur, or et argent, flacons pour le saké en métal
33 x 32 x 18 cm

…sans oublier de se munir aussi d’un ensemble portatif pour le plaisir d’après repas !

Tabakobon – Nécessaire de fumeur
Bois laqué, décor or et argent, métal
14,5 x 26 x 17 cm
Le récipient en métal contient du charbon de bois pour allumer les pipes, les feuilles de tabac sont rangés dans les tiroirs

Les joutes poétiques au Japon, passe-temps favori des classes aisées, requéraient de posséder des écritoires, boîtes habituellement luxueuses, contenant pierre à encre et pinceaux, matériel nécessaire à la calligraphie

Suzuribako – Écritoire
Bois laqué noir, nacre, or et aventurine – XVIIIe siècle
4,5 x 25 x 22 cm

Les objets rapportés en France étaient généralement contemporains du temps des ambassades, quelquefois complétés par l’acquisition d’articles anciens comme ces splendides écritoires réalisés en maki-e, laque avec ajout de poudre d’or

Détail de l’écritoire et des glycines en nacre
 L’Art Nouveau sera fortement influencé par ce genre de motif

Les Japonais entretenant une relation intimiste avec la nature, les décors de ces écritoires font appel le plus souvent à un répertoire végétal, motifs floraux, animaliers ou symboliques des saisons

Détail du revers du couvercle de l’écritoire
Dessin en relief obtenu avec davantage de couches de laques recouvertes de poudre d’or

Un goût prononcé pour l’asymétrie, pour les jeux contrastés avec le vide, rend l’ornementation de l’objet en plein accord avec sa fonction

Bunko –  Boîte à documents (même artiste laqueur que l’écritoire)
Détail du revers du couvercle
14 x 43 x 37 cm – XVIIIe siècle
La laque aventurine a un fond saupoudré d’or ou d’argent

Le thème des saisons reste toujours une inspiration constante des artistes, l’automne pétille sur l’écritoire au décor de jeunes cerfs, le frémissant buisson de lespédèzes emplit l’espace de ses couleurs ardentes

Suzuribako – Écritoire
Bois laqué noir, laque rouge, or et argent, aventurine
4,5 x 22 x 24,5 cm

Sur un autre écritoire, une stylisation proche de l’abstraction, rend pourtant concrète l’entrée d’un jardin aux teintes de l’automne

Suzuribako – Écritoire
Bois laqué noir, laque rouge, or et aventurine
3,5 x 21 x 22,5 cm

Les voyageurs français furent aussi passionnés par les porcelaines qui n’étaient plus réservées à l’aristocratie mais devenues, à cette époque, en usage courant dans toutes les classes de la société

Plat carré – Four d’Arita – Milieu du XIXe siècle
Style Imari kinrande, Imari de brocart – Porcelaine à décor d’émaux polychromes et or

Mais si les décors de ces porcelaines correspondaient davantage au goût des Japonais, les Occidentaux marquaient une nette préférence pour les pièces luxueuses où les couleurs vibrantes de rouge se trouvent rehaussées abondamment d’or !

Petit bol – Four de Seto près de Nagoya – vers 1860
Porcelaine Sometsuke, décor bleu et blanc, recouvert de laque et d’or

Les laques se démocratisant, cette matière va recouvrir de façon assez extravagante jusqu’à des supports en porcelaine

Petite assiette (appelée soucoupe dans l’expo ! )
Four de Seto près de Nagoya – Vers 1860
Laque brune avec décor de feuillages en or

De la laque brune enrichie de rinceaux d’or laisse apparaître sur des petits bols des trouées de porcelaine bleu et blanc dont les dessins ne présentent aucune correspondance avec le décor laqué

Petit bol – Four de Seto près de Nagoya – vers 1860
Porcelaine Sometsuke, décor bleu et blanc, recouvert de laque et d’or

Dans l’exposition, ces bols en porcelaine laquée étaient mentionnés comme « tasses avec soucoupes » ce qui m’a laissée dubitative ! mais qui correspond en définitive aux habitudes et à la présentation occidentales

Selon l’usage au Japon, et encore de nos jours, ces « tasses » et « soucoupes » s’apparentent plutôt à des bols à thé et à de très petites assiettes à gâteaux !

Petite assiette (appelée soucoupe dans l’expo ! )
Four de Seto près de Nagoya – vers 1860
Laque brune avec décor de rinceaux en or

La joliesse, la minutie du travail et le fini des très petites pièces en ivoire n’ont cessé de fasciner les voyageurs occidentaux

Manjû Netsuke, Netsuke rond en forme de bouton
Ivoire sculpté, nacre,corail, turquoise et or
2,2 x 5,3 cm
Être volant fabuleux vivant dans le paradis bouddhique

Ceux-ci, recherchant avec passion ces miniatures dus à l’habileté des seuls artistes japonais, en ignoraient évidemment l’usage

Netsuke
Ivoire sculpté gravé et patiné
2,9 x 3,6 cm

Les Netsuke, sont en fait des objets utilitaires !

Un cordon passé dans deux trous prévus à cet effet permet de retenir l’Inrô, petite boîte à compartiments glissée dans la ceinture du kimono, l’empêchant ainsi de glisser

Netsuke
Ivoire sculpté gravé et patiné
4,7 x 3 cm

Ces objets, passés dans la ceinture accompagnaient souvent les blagues à tabac mais ne concernaient que la gent masculine !

Netsuke à l’effigie de Hotei
Bois sculpté polychrome et doré – 4,5 x 3,2 cm
Un des 7 dieux du bonheur d’origine chinoise, Hotei avec son sac sur l’épaule incarne la prospérité

A la fin du XIXe siècle, le kimono traditionnel fut remplacé par le costume à l’occidentale

Les Netsuke décoratifs ayant perdu leur usage, les voyageurs étrangers pouvaient ainsi se les procurer chez les brocanteurs

Netsuke à l’effigie de Shiba Onkô
Bois sculpté polychrome doré et argenté – 3 x 3,5 cm
Histoire légendaire d’un héros chinois qui brise une jarre dans laquelle son ami allait se noyer

Les objets de culte bouddhique, n’étant pas destinés à l’exportation, mais en pratique sur le marché intérieur japonais, furent rapportés, écrivirent les voyageurs du temps, uniquement  dans un but ethnologique !

Zushi, chapelle portative du culte bouddhique  – Effigie de Fudô san, un des terribles gardiens de la loi bouddhique
Bois laqué doré
21,5 x 11 x 7,5 cm

Une expérience ethnologique…à la manière du XIXe siècle ! dans le prochain article

————————
Paris – Exposition « A l’aube du japonisme » – Maison de la culture du Japon
-I- | -II- | -III- | -IV- | – V –

8 réflexions sur « Exposition « A l’aube du japonisme » – II – »

  1. Toujours aussi passionnants,ces compte rendus de voyages,expositions et travaux d’aiguille!
    Merci de partager, nous donner à admirer mais surtout a comprendre ,cela représente sans doute du plaisir mais aussi bcp de travail !

    • Si la rédaction de mes articles demande en effet beaucoup de recherches, c’est aussi une bonne manière d’étudier et d’approfondir des sujets qui me passionnent
      La recherche permet aussi d’entretenir ma mémoire et de contrer les neurones qui ont une fâcheuse tendance à disparaître !
      Alors quel plaisir de savoir que mes articles sont lus avec autant d’attention, merci Marie Renée

  2. En cherchant désespérément un catalogue (à un prix abordable !) de l’exposition bien ancienne : »Le Japon au fil des saisons », c’est avec un plaisir extrême que j’ai découvert vos articles.
    Provinciale, je reviens tout juste de Paris où la saison Japon-Japonisme s’achève. N’ayant pu voir que l’exposition du MAD et une autre à la Maison de la Culture du Japon, c’est dire si j’en ai manqué beaucoup… C’est donc une grande consolation de vous lire !!
    Vos explications, descriptions, photos… sont merveilleuses. Je les lis, relis et me permets d’en faire de petits recueils à garder précieusement !

    MERCI !!!
    Isabelle

    • Merci Isabelle, aviez-vous vu cette expo « Le Japon au fil des saisons » ? j’ai fait quelques articles en son temps sur cette expo merveilleuse
      J’ai fait aussi 2 voyages à Paris à la fin de l’année passée pour voir le maximum d’expos sur la saison japonaise, mon mari a pris beaucoup de photos (quand c’était permis !) et je prépare des articles mais le temps me fait défaut…
      Je suis aussi provinciale maintenant et ne peux voir tout ce que j’aimerai à Paris…Ainsi va la vie !

  3. Oui, j’avais admiré l’expo « Le Japon au fil des saisons », peu après un merveilleux (et unique) voyage à Kyoto et Tokyo. J’avais longuement préparé ce voyage en lisant, entre autres, des romans anciens, contemporains et je n’ai pas arrêté depuis d’approfondir la culture de ce pays qui m’a toujours fascinée.
    Je n’ai pas vos connaissances mais je tente de comprendre cette civilisation et ces mentalités si différentes, voire à l’inverse, des nôtres.
    Il me semble avoir vu que vous exposiez à Carhaix (?), j’habite moi-même en Bretagne tout près de Lorient ! Mes voyages parisiens se font dans le cadre d’un circuit familial Bretagne – Italie (où j’ai une petite fille) – retour par Paris (où habite mon fils) et les expo parisiennes sont alors très préparées ; cette année, je n’ai malheureusement pu profiter de la merveilleuse saison « Japon-Japonisme » ; je me contente de catalogues et revues, tellement moins détaillés que vos « articles ».
    Merci encore de ces partages passionnants et facinants,
    Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.