Histoires de thé – III –

Suite de ces petits articles destinés à approcher la culture du thé au Japon

Sous-tasses à thé en bois fabriquées dans un atelier japonais employant des handicapés

Ce style de dessins est issu des recherches graphiques de l’époque Edo

Un dernier thé très populaire, Genmaicha, est un thé vert mélangé à proportion égale avec des grains de riz brun soufflés

Ce thé développe un goût particulier de noisette et comme il contient peu de théine, il peut se boire à tout moment de la journée

Genmaicha se boit généralement dans de grands Chawan
Genmaicha – Thé vert avec grains de riz complet

Au Japon, la dénomination « thé » est employée pour d’autres boissons consommées de la même façon mais qui ne contiennent pas du tout de thé !

Sobacha est une préparation de grains de sarrasin grillés, infusé un peu plus longtemps que le thé, le sobacha très rafraîchissant a un goût de céréales torréfiées

Difficile à trouver au Japon, j’en ai récemment acheté dans le magasin bio de ma petite ville et à ma grande surprise il s’agissait de graines de sarrasin « made in Breizh » !

Sobacha en sachets à infuser et graines de sarrasin breton

Parmi les boissons privilégiées au Japon mais complètement inconnues à l’étranger, Kombucha, le « thé » aux algues qui ne contient pas non plus de feuilles de thé !

Kombu est une algue employée en cuisine comme base de bouillon pour les soupes

Réduite en poudre et parfumée par exemple avec des fleurs de prunier, elle se boit chaude … toutes les vertus des algues dans une tasse !

Kombucha, « Thé » aux algues avec fleurs de prunier (en rose) garanti sans produits chimiques ajoutés ce qui n’est pas le cas du Kombucha en boîte, produit vendu couramment dans tous les supermarchés au Japon

Quelques Chawan utilisés couramment à la maison selon le genre de thé préparé et selon notre humeur du jour !

Chawan en porcelaine – Traditionnels en bleu …
…Décors plus épurés, toujours en bleu…
…traditionnels …en rouge…
…sur le thème des saisons…
…Chawan de grande contenance ! décors avec tous les noms de poissons ou encore avec des proverbes

Une petite théière trouvée dans une brocante, très laide mais suffisamment intrigante à essayer de se faire passer pour un ormeau !

Les poteries de ce genre sont proposés fréquemment sous l’appellation « Poterie de Vallauris » alors que c’est une importation japonaise de l’époque Taishô ( 1912-1926) au moment où les objets de bazar faisaient les délices des classes populaires passionnées d’exotisme !

Si le cœur vous en dit…une tasse de thé en passant dans mon petit coin de centre Bretagne ?

6 réflexions au sujet de « Histoires de thé – III – »

  1. J’ai déjà testé le thé en centre Bretagne…..toujours très bon, avec une amie, qui sait recevoir….. alors j’ai toujours envie d’y retourner 😉
    Belle journée à toi Marie-Claude et à bientôt….

  2. En parcourant ces articles on ne cesse de s’instruire et ce n’est jamais ennuyeux!
    Je me suis offert récemment une longue promenade dans tous les chapitres de votre blog et ce fut délicieux. Mon admiration pour votre talent ne faiblit pas, bien au contraire. Merci Marie Claude, et à bientôt.
    Françoise

    • J’ai imaginé que la nouvelle mouture du blog serait destinée à redécouvrir, peut-être, mes articles « de fond » ! Je suis ravie de lire que vous y avez pris quelque plaisir, merci Chère Françoise

  3. Vos quilts reçus ce jour par mail sont magnifiques
    Quant à la théière en oribe, j’ai trouvé il y a peu le petit pot à crème (10cm) similaire!! le coquillage c’est sazae que vous avez sûrement mangé au japon .
    栄螺【さざい】 (n) (uk) turban shell (any mollusc of the family Turbinidae, esp. the horned turban, Turbo cornutus).
    https://en.wikipedia.org/wiki/Turbo_cornutus
    https://ja.wikipedia.org/wiki/%E3%82%B5%E3%82%B6%E3%82%A8
    Bien amicalement à vous

    • Cette théière est bien de style Oribe yaki, style tellement copié ensuite même pour des objets de bazar ! Je l’ai trouvé en brocante avec un cendrier et un petit pot (peut-être le même que le vôtre)
      Quant au coquillage サザエ ou さざえ l’ormeau, j’en ai effectivement mangé une seule fois car c’est un produit de grand luxe !
      J’ai appris le japonais avec une méthode originale, celle d’un dessin animé qui s’appelle Sazae san dans laquelle les personnages portent des noms de poisson ! C’est vieux mais toujours amusant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.