Categories

Japon – L’été à Aomori – Le musée et l’oeuvre de Munakata Shikô

Après les estampes de Nakajima Tsuzen au style japonais traditionnel, un artiste du XXe siècle : Munakata Shikô au style novateur et fortement expressif dont l’œuvre reste fort méconnue en dehors du Japon

La ville d’Aomori a consacré en 1975 un musée à la gloire de cet artiste né à Aomori en 1903 et mort à Tokyo en 1975

Le bâtiment principal construit sur pilotis de béton

L’architecture du bâtiment mêlant le béton et l’acier est un hommage au style des constructions en bois de l’époque de Nara au VIIIe siècle

En plein centre ville d’Aomori, le jardin de style japonais est assez grand pour que l’on y oublie pour un moment l’agitation trépidante alentour

Lanternes de pierre ponctuant le parcours initiatique

Le jardin est conçu selon le style de ceux de l’époque d’Edo période qui va du XVIIe au XIXe siècles

L’inévitable pont de pierre, en l’occurrence en béton !

Il s’articule autour d’une pièce d’eau, la promenade se fait autour du bassin, la vue plongeant à chaque détour sur l’élément liquide

Le bruit d’eau de la cascade comme sensation apaisante

La végétation soigneusement taillée laisse imaginer un monde en miniature

Une nymphe, ajout légèrement incongru mais pas déplaisant dans ce jardin japonais

Un jour d’été au soleil de plomb et à la chaleur étouffante, la visite du musée en atmosphère climatisée était un pur bonheur !

Aka Tombo, la libellule rouge, symbole de l’été au Japon

Munakata Shikô, né à Aomori dans une famille trop pauvre pour lui assurer les études artistiques auxquelles il aspire, part à Tokyo en 1925 afin d’y réaliser son rêve d’adolescence car après avoir vu une médiocre reproduction d’un tableau il veut « Devenir le Van Gogh japonais » ! Tel sera son leitmotiv !

Munakata Shikô en plein travail dans les années 1960

A la différence des artistes japonais traditionnels du début du siècle, aux styles empreints d’élégance précieuse et de fraîcheur poétique, Munakata déploie une vitalité primitive, une énergie débordante qui fait de lui un éminent représentant de la renaissance de l’estampe au Japon au XXe siècle

Chants de l’exil – Illustration d’un poème de Yoshii Isamu – Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 1953

Après avoir beaucoup pratiqué la peinture à l’huile de style occidental sans grand succès, c’est avec la gravure d’estampes, dans le monde des Avant-Garde du début des années 1930, qu’il forme peu à peu son propre style

Il en fera un art novateur lié fortement à la tradition populaire de sa région natale, le Tohoku, pays de neige, au climat rigoureux mais au riche et robuste folklore

Tohoku Kimon – Illustration du poème « Porte des esprits malfaisants »- Gravure sur bois – 1937

Sa personnalité insoumise, peu influencée par l’Occident et loin du genre sophistiqué, s’éloigne du conservatisme de la grande partie du monde artistique japonais de son temps

Fervent bouddhiste, loin de l’attitude individualiste de l’artiste moderne, il est persuadé que son œuvre nait ou ne se fait que parce que guidé par une instance jugée supérieure, à laquelle il ne fait que s’abandonner

Munakata Shikô à New York en 1959 lors d’une exposition de ses gravures – « La chasse parmi les fleurs » – Photo Life

Adepte du bouddhisme appelé Amidisme, mouvement qui, en psalmodiant inlassablement son nom, s’en remet à l’intercession du Bouddha Amida pour bénéficier de sa compassion, il illustrera les thèmes bouddhiques tout au long de sa vie

Ses gravures s’inspirent largement d’ailleurs, de l’ancienne iconographie bouddhique populaire chargée de diffuser les images et les textes pour propager la bonne parole parmi le peuple

1010_3-2-japon Japon – Séjour à Aomori – Le musée et l'oeuvre de Munakata Shikô

Les disciples Shûbodai et Furuna – Gravures sur bois – 1939

Sa série des dix grands disciples du Bouddha Sakyamuni en 1939, personnages importants du panthéon bouddhique, affirme la puissance et la maîtrise d’une personnalité forte qui sait imposer sa présence spirituelle

Les figures, réduites aux formes essentielles, debout en habits noirs aux mines sévères ont une force énergique audacieuse donnée par les masses noires et blanches, l’expressivité des gestes singuliers et des visages anguleux

Munakata est le premier artiste à présenter ses estampes montées sur paravents, chaque gravure des 10 grands disciples mesure quand même 101,5 x 35 cm !

1010_1-Munakata Japon – Séjour à Aomori – Le musée et l'oeuvre de Munakata Shikô

Les Boddhisatva Fugen et Monju – Gravures sur bois

Après la guerre, faisant renaître l’esprit des anciennes gravures, son style s’adoucit, manifestant un équilibre entre les pleins et les vides, entre le noir et le blanc aux lignes douces et incurvées

Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 1955 – 45 x 32 cm

Compagnon de route du mouvement Mingei fondé par le théoricien Yanagi Soetsu pour partir à la recherche des sources esthétiques du Japon afin de valoriser les objets d’artisanat où résident, selon lui, beauté et fonction, esprit et matière, Munakata trouve chez les artistes-artisans du Mingei une compréhension pour son art novateur aux caractéristiques populaires nées de la tradition

Yanagi Soetsu et Munakata Shikô – Fin des années 1950 – La photo d’origine était déjà floue !

Au lieu de faire appel à plusieurs intervenants comme c’était le cas pour les estampes traditionnelles, Munakata esquisse, grave et imprime lui même ses propres œuvres

Il est le premier à utiliser la technique de l’imprégnation de la couleur sur l’envers du papier, technique permettant d’adoucir les lignes de la gravure même avec des couleurs primaires aux forts contrastes

Le réalisme et la perspective l’intéressant fort peu, c’est par la stylisation des images dans le jaillissement de son imagination, que les femmes, les animaux, les paysages se réduisent à des formes essentielles et à des symboles dynamiques

Nyonin Kanzeon, le Bodhisattva Kannon – Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 1949

Le débordement bouillonnant de sa personnalité aboutit à une œuvre abondante réalisée avec une méthode de travail très rapide, sans longue méditation, avec une technique directe de gravure sur le bois, sans dessin préalable et sans dernières retouches

Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 29 x 38 cm

Affligé dès l’enfance d’une myopie sévère, il attaque directement le bois au ciseau, la joue collée sur le support, travaillant vite, en suivant son inspiration, soufflant ou chantonnant sans s’embarrasser de finesse ou de sophistication

Gravure sur bois rehaussée de couleurs

Munakata, par amour pour la littérature japonaise, pour la poésie romantique surtout, en donne naturellement des références constantes en parsemant ses estampes de textes gravés aux sentiments littéraires et religieux accompagnant les figures avec le plus grand naturel

Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 1968

Les gravures que je préfère entre toutes sont les séries qu’il consacra à Sarasvati, déesse hindoue de la connaissance dont l’iconographie bouddhique reprit la figure symbolique sous le nom de Benzai ten, déesse de la parole et de l’enseignement, mère des lettres et de la musique souvent représentée avec un luth

Sarasvati – Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 1969

Ses estampes représentent les innombrables entités accompagnant les personnages divins, en train de voler dans les nuées, de nager comme les Apsaras dans les eaux célestes ou encore les gardiennes des points cardinaux du paradis bouddhiste

Kanzeon Botatsu – Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 39 x 72 cm

Les lignes sont fluides, les mouvements sont tout de douceur et de liberté…

Gravure sur bois rehaussée de couleurs

…les couleurs ajoutent du charme à ces figures sensuelles aux volumes si pleins et aux contours si souples et pourtant dénuées d’érotisme

L’imagination débordante de cet artiste plein d’espièglerie représente ainsi souvent le bodhisattva Kannon, primitivement portraituré sous des traits masculins mais comme Kannon figure la compassion, qualité attribuée ordinairement à la gent féminine, petit à petit les traits d’une femme se sont imposés, Munakata le prouve assez bien !

1010_18---Munakata Japon – Séjour à Aomori – Le musée et l'oeuvre de Munakata Shikô

Gravures sur bois rehaussées de couleurs – 55 x 28 cm et 86 x 52 cm

Munakata est le premier artiste à prendre, dans ses gravures, comme thème de prédilection le corps des femmes, habitude nouvelle au Japon où le nu féminin n’était pas représenté dans les estampes (à part les estampes érotiques bien sûr)

1010_20 - Munakata Japon – Séjour à Aomori – Le musée et l'oeuvre de Munakata Shikô

Benzai ten – Gravures sur bois rehaussées de couleurs

Pour Munakata, ces corps épanouis symbolisent la délicatesse, la pureté mais aussi une éblouissante force de vie

Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 1966

C’est la Vitalité du monde qu’il exalte dans ses merveilleuses estampes de femmes au charme spontané qu’il travaille en plusieurs séries

Nostalgie d’Aomori – Gravure sur bois rehaussée de couleurs – 1970

Les légendes du vieux Japon intéressaient beaucoup Munakata, les héros de ces histoires à multiples rebondissements sont très connus des enfants japonais encore maintenant

Momotaro  – L’enfant de la pêche – Peinture à l’encre et couleurs – 1970

Ces peintures sont dédiées aux enfants du grand potier Hamada Shôji (1894-1978), un autre pilier du mouvement Mingei

Kintaro – L’enfant de l’or – Peinture à l’encre et couleurs – 1970

Les estampes de paysages sont fort appréciées depuis longtemps et le thème traditionnel des étapes qui jalonnent le Tokaido, la route allant de Tokyo à Osaka, a été bien exploité par les artistes depuis le XVIIIe siècle

Munakata ne fera pas exception à cette règle et par deux séries différentes, une en noir et blanc et l’autre avec couleurs appliquées, il en représentera les principaux relais bien que de façon plus abstraite, rendant ainsi un hommage à Hiroshige…

20 stations du Tokaido – Gravures sur bois – 1964

…Dont l’exposition à Aomori mettait en parallèle les estampes de ces deux artistes par delà le temps, ainsi que sa vision cosmogonique dans les séries du Fuji San

Fuji d’or – Gravure sur bois – 1971 – 22,5 x 22,5 cm

Très nostalgique de son pays natal, cette région d’Aomori si âpre dont il portait en lui la rudesse et une certaine sauvagerie mais aussi la générosité fut une source d’inspiration constante tout au long de sa vie

Figures du Nebuta d’Aomori – Gravure sur bois

La ville d’Aomori organise chaque année en été le Nebuta, un festival où le déchainement d’énergie physique des jeunes hommes un peu ivres qui se dénudent pour danser, chanter et tirer d’immenses chars surmontés de figures de guerriers aux expressions féroces peintes de couleurs vives, est d’un dynamisme spectaculaire

Char du Nebuta d’Aomori – (mes enfants donnent l’échelle des figures !)

Char du Nebuta d’Aomori

Pour le Nebuta, la ville d’Aomori est décorée pendant plusieurs semaines de grands cerfs volants peints aussi de figures de guerriers, Munakata n’a pas manqué de participer avec enthousiasme à ses décorations extraordinaires

Les Sagittaires d’Aomori – Autoportrait – Gravure sur bois – 1972

Munakata, artiste comblé de son vivant, lauréat de nombreux prix prestigieux, coutumier de grandes expositions, reste paradoxalement parmi les artistes contemporains encore largement ignoré

Mais il a eu le mérite de s’être consacré à célébrer avec force, passion et émotion l’âme du Japon

« Amour inépuisable

Surprise infatigable

Joie illimitée

Chagrin inapaisé

Telle est la gravure » (Sore ga Itaga desu)

(D’après notre traduction ! non officielle !)

Auto-portrait –  » Repos après un banquet » – Une de ces dernières gravures

12 comments to Japon – L’été à Aomori – Le musée et l’oeuvre de Munakata Shikô

  • merci belle découverte pour moi !
    je connaissais le mouvement Min Jei et notamment grâce à une expo au musée des arts premiers et à ma connaissance de Charlotte Perriand…
    les visages féminins sont d’une vitalité tout à fait réjouissante avec ses rehauts de couleur oui merci !
    Bon Soir

    • chambre.des.couleurs

      Merci Marie-Hélène, en effet Charlotte Perriand a travaillé au Japon pendant la guerre, et a côtoyé les membres du mouvement Mingei, et ses œuvres en gardent quelque influence…Je trouve quand même son design assez daté années 1950 !
      L’expo du Musée du Quai Branly était intéressante mais trop modeste à mon goût
      Je prépare un article sur le mouvement Mingei car c’est quasi inconnu en France, même pour les amateurs d’art japonais !

  • Jacqueline Fischer

    Merci Marie-Claude , de nous faire découvrir ces artistes!
    J’aime beaucoup les femmes vues par Munakata, à la fois aériennes et plantureuses, ce n’est pas si facile d’allier ainsi la douceur et la vitalité !

  • Béatrice

    A l’extérieur de Tokyo, il y a un charmant musée folk crée par le philosophe qui a lancé le mouvement Mingei. Là, sont exposés des céramiques de Hamada Soghi, entre autres. Marie Monique en a fait un sujet sur un de ses postes. http://art-monie.blogspot.com/
    Nous sommes fan, toute les deux de votre blog. Je vous recommande son blog.
    Je parlerais de ce musée, dans quelques mois, puisque je suis allée le visiter quand je suis rentrée à Tokyo, à la fin de mon voyage.

    • chambre.des.couleurs

      Moi aussi, j’apprécie beaucoup les poteries de Hamade Shôji, Bernard Leach et autres membres du mouvement Mingei, je n’ai pas encore eu l’occasion de voir ce musée, le Japon, c’est loin !

  • Béatrice

    C’est étrange de découvrir des bodhisatwas vus par un artiste Japonais du 20ème siècle. Il me fait un peu penser à Matisse, sans vouloir à tout prix l’apprécier avec un esprit comparatif.

  • Luc Moreau

    Bonjour,
    Je découvre Shiko Munakata. En cherchant sur internet un peu plus d’info sur cet artiste, j’arrive sur votre blog. Un des rares blogs en français parlant de Munakata. Peut-être pourrez-vous me dire sur quel type de papier sont imprimées ses œuvres? les couleurs sont-elles coté impression ou vues en transparence ?
    Je fais modestement de la linogravure ( http://lucmrezegalerie.blogspot.fr/search/label/Linogravure ) et ces précisions m’intéressent pour l’ajout de couleur.
    Merci et bravo pour votre blog riche en informations
    Luc

    • chambre.des.couleurs

      Je suis ravie, Luc, que vous aimiez aussi Munakata Shikô, j’essaie de ne pas manquer une exposition quand je suis au Japon, car ses estampes sont encore plus impressionnantes en vrai !
      Le papier utilisé pour les estampes est toujours du Washi, qui n’est pas du tout le « papier Japon » comme on le connaît en France, c’est un papier doux, légèrement fibreux et surtout extrêmement résistant
      Munakata appliquait ses couleurs bien épaisses sur l’envers du bois, cela n’est valable, m’a t-on dit, uniquement avec le papier Washi qui détient un pouvoir d’absorption inégalé et quand on voit ses estampes aux couleurs si fines, cela reste fascinant

      • Luc Moreau

        Merci pour ces précisions, je vais essayer de trouver ce fameux Washi sur Nantes. La culture japonaise est pour moi une terra incognita. J’aimerais un jour pouvoir aller au Japon.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>