Categories

Paris – Exposition – Art du Gandhara – Musée Guimet

J’ai toujours rêvé à ce que dans la littérature enfantine on appelait les terres de légendes, terrains idéaux pour les grandes aventures de nos héros préférés, comme l’Inde féerique et ses trésors de Golconde !

L’exposition que le Musée Guimet a consacré fin 2010 à l’art du Gandhara, période mythique du passé indien est venue rappeler que certaines civilisations disparues font toujours rêver les grands !

Petit préambule à cet article pour exprimer mon étonnement et ma stupéfaction car l’exposition de sculptures venant des musées du Pakistan était jalousement surveillée par un bataillon de gardiens soupçonneux à la limite de l’agressivité !

Appareils photos soigneusement rangés dans nos sacs bien fermés, à l’abri des yeux inquisiteurs de la gent gardiennesque, nous avons parcouru les salles au milieu d’innombrables et lassants fragments de pierre, les explications très savantes des cartouches étaient à peu près incompréhensibles, à moins d’avoir fait plusieurs années d’études d’archéologie orientale !

Heureusement que deux ou trois très belles statues étaient quand même à admirer !

Très dépités, nous sommes ensuite allés revoir mes sculptures préférées, dont les seules photos illustrent cet article, dans les collections du musée Guimet, tranquillement, car le département consacré aux antiquités du Pakistan et de l’Afghanistan n’est guère assailli par les visiteurs

Deva et Bodhisattva - Gandhara - Ie-IIIe siècle

Le Gandhara est un ancien royaume gréco-bouddhique qui trouve son essor entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère et que l’on situe au Nord-Ouest de l’actuel Pakistan

Terre d’invasions et d’échanges commerciaux florissants de longue date avec les mondes iranien et parthe, le Gandhara voit naître et se développer une civilisation hybride, apparentée aux traditions grecques tardives, souvenirs des conquêtes d’Alexandre le Grand

Par le truchement de l’activité commerciale de Rome, l’influence de la culture hellénistique de l’Orient romain permet à l’art du Gandhara de présenter de curieuses réminiscences classiques illustrant à l’occidentale des thèmes essentiellement bouddhiques

Bodhisattva - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste gris bleuté

Ces échanges entre différentes cultures ont joué un grand rôle dans le développement iconographique et l’expansion du bouddhisme hors de l’Inde, et les éléments gréco-bouddhiques se retrouveront dans les représentations bouddhiques qui jalonneront la Route de la Soie jusqu’au lointain Japon

La grande innovation du Gandhara est la création de la personne historique du Bouddha prenant une place dans les scènes où il n’était avant représenté que par des symboles, création peut-être due à des artistes gréco-romains originaires d’Asie occidentale mais fixés de longue date dans cette région

Les canons artistiques se précisent dans les gestes et les attitudes et se compliqueront par la représentation d’un panthéon bouddhique de plus en plus considérable

Le Bouddha apparait sous les traits apolliniens d’un jeune adulte au nez rectiligne en prolongement du front, la bouche fermement dessinée, seules les lourdes paupières recouvrant à demi les yeux légèrement saillants, l’empâtement du visage et l’allongement du lobe des oreilles étiré par le poids des bijoux trahissent son type oriental

Bouddha debout - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste

Vêtu d’une robe dissimulée par un vaste manteau monastique qui lui couvre les deux épaules, il parait drapé dans un himation adhérant au corps et dont les plis concentriques saillent fortement en relief

Bouddha debout - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste

Déjà il possède les signes symboliques affirmant sa sainteté comme entre les yeux la loupe de poils, ses cheveux en ondulations régulières sont réunis sur le sommet de la tête en un chignon serré à la base par une cordelette ouvragée

Bouddha debout - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste

C’est la déformation de ce chignon mal interprété qui donnera naissance à la protubérance crânienne dont tous les types de Bouddha seront dotés par la suite !

Bodhisattva - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste

Les bodhisattvas portent le costume classique de prince indien mais traité à l’antique par des « drapés mouillés », les coiffures, les bijoux indiquent une origine de l’Asie des steppes

Bodhisattva - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste

Ces séduisants bodhisattvas vêtus et parés comme des Râja aux visages aux traits métissés, agrémentés d’une fine moustache ondulante, semblables à des personnages profanes…

Maitreya - Le bodhisattva de l'avenir - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste

… laissent supposer que de tels bodhisattvas, au demeurant nombreux, représentaient sûrement des souverains locaux

Maitreya - Le bodhisattva de l'avenir - Région du Gandhara - I-IIIe siècle - Schiste

Le site archéologique de Hadda, dans la région du Gandhara qui, par sa situation géographique favorisa un brassage de populations et de cultures a exhumé nombre de statues en stuc ou modelées en terre crue, séchée et peinte…

Le visage du Bouddha d’une facture expressive visant le réalisme, la finesse dans le traitement de la bouche délicatement ourlée, confère à ces traits une expression songeuse, renvoyant à l’époque hellénistique finissante…

Tête de Buddha - Afghanistan - Site de Hadda - III-IVe siècle - Stuc

…Prouvant la connaissance des artistes, peut-être eux-mêmes de culture gréco-bouddhique, témoignant d’un retour à la tradition grecque en délaissant les influences indiennes

Tête de jeune femme - Afghanistan - Site de Hadda - III-IVe siècle - Stuc

Des programmes de grandes sculptures illustraient des épisodes de la vie du Bouddha et constituaient le décor du site

Tête de bodhisattva - Afghanistan - Site de Hadda - III-IVe siècle - Stuc

D’autres visages au profil élégant, au front haut, aux joues pleines, à l’ovale arrondi, sont encadrés d’une chevelure libre et bouclée …

Tête de Buddha - Site de Hadda - III-IVe siècle - Stuc

…illustrant parfaitement ce renouveau hellénisant combiné à une plastique résolument indienne

Bodhisattva - Site de Hadda - III-IVe siècle - Terre crue séchée

A la fin de la civilisation du Gandhara, les influences occidentales au réalisme hellénistique s’intègrent dans un art nouveau…

Bodhisattva - Afghanistan - VIIe siècle - Terre séchée avec traces de polychromie

…où la grâce efféminée au charme quelque peu alangui fait écho à certaines origines iraniennes

Bodhisattva - Afghanistan - VIIe siècle - Terre séchée avec traces de polychromie

La civilisation du Gandhara disparaît peu à peu après les invasions des Huns, traduisant la fin d’un monde antique mais laissant en héritage un art qui influencera durablement tous les pays d’Asie

10 comments to Paris – Exposition – Art du Gandhara – Musée Guimet

  • merci pour ce reportage
    le musée Guimet est pour moi très hermétique tant je suis peu cultivée en art asiatique
    Bon Jour

    • chambre.des.couleurs

      On peut justement commencer par l’art du Gandhara qui a bien des points communs avec notre art occidental antique
      Comme le musée Guimet n’attire pas les foules, on peut aussi juste se laisser aller sereinement à la contemplation !

  • Jacqueline Fischer

    Au fond un « patchwork » de deux civilisations…dont il est intéressant sur les images de cerner les caractéristiques grâce aux commentaires!

    • chambre.des.couleurs

      Échanges culturels dont l’intensité dans la spiritualité permet des représentations si sereines…est-ce donc si éloigné de notre culture ?

  • Jacqueline Fischer

    On souhaiterait un pareil métissage serein, partout où les intégrismes et fanatismes s’affrontent …
    l’art et l’artisanat d’art comme vecteurs de conciliation, on peut rêver !

    • chambre.des.couleurs

      Hélas, cette histoire a été de courte durée et on ne peut faire que des conjonctures hasardeuses sur l’entente entre ces peuples divers…
      La volonté de conquêtes et de puissance inhérentes à l’esprit humain a vite repris ses droits et cette culture a été anéantie comme tant d’autres !

  • Françoise Boissier Aurenty

    Merci pour cette promenade savante au Musée Guimet, un de mes préférés à Paris.Je ne me lasse pas d’y voir et revoir les collections permanentes.Quant aux expositions, elles m’ont parfois déçue: trop de monde dans des espaces exigus, un personnel de mauvaise humeur, des cartels illisibles, cryptiques pour les non spécialistes et-le comble- pleins de fautes d’orthographe…Mais ne soyons pas grognons, chaque visite procure de beaux moments, comme vous nous le prouvez ici.

    • chambre.des.couleurs

      Merci Françoise, ce musée depuis sa rénovation a gagné beaucoup en clarté, même si je regrette que beaucoup d’œuvres que j’ai admirées autrefois soient maintenant reléguées dans les réserves
      J’ai un faible pour les musées dans le style du XIXe siècle avec un foisonnement de tableaux comme dans le musée de Chantilly !
      Maintenant les musées jouent la carte du chic en donnant beaucoup d’importance aux scénographies, peut-être dans l’espoir de plaire à un public habitué aux expositions à la mode ?
      En tout cas, je suis consciente d’avoir beaucoup de chances de profiter ainsi de tous ces lieux où l’on peut compléter sa culture !

  • Poinsot

    J’ai été souvent berser par les récits grecque de la mitologie je m’intéresse beaucoup au boudhisme ces derniers temps et je suis très surpris de voir ces représentations de boudha, elles sont vraiment magnifique . Merci pour votre travail

    • chambre.des.couleurs

      Je suis ravie, Jean Jacques, d’avoir pu, par cet article, vous faire connaître d’autres représentations artistiques du bouddhisme peu connues, il est vrai

Leave a Reply to Jacqueline Fischer Cancel reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>