Kamakura – III – Hase Dera (Hase Kannon)

Hase Kannon (Nom plus usité) – Deuxième partie

La montée sur la colline par des sentiers sinueux nous offrit des perspectives sur les toits recouverts de tuiles des bâtiments, vision éblouissante dans ce jour ensoleillé

Vue sur les toits superposés du Kannon dô
Toit revêtu de plaques de cuivre ou de zinc
La ville de Kamakura se dessine aux abords proches du temple

Rien dans l’aménagement des jardins n’est laissé au hasard !

Même dans une ordonnance savante d’un sous-bois pour lui donner une apparence due à la seule nature !

Les pas de pierres au milieu des bambous

Le cheminement dans le sous-bois s’effectue sur des pas de pierre disposés selon les courbes du sentier mais en respectant le regroupement classique de deux et trois pierres alternées

Lanterne de pierre au chapeau bien emboîtant !

Des stèles sculptées de petites figures bouddhiques émergent par endroit d’une dense végétation printanière

En montant la colline …
Méditation au milieu des lys !

Le haut de la colline est aussi peuplée d’une foule dense de Jizô Bosatsu…

De nouvelles séries de statues de Jizô sama

… souvent reproductions à grande échelle d’un même modèle assez prosaïque

Sourire esquissé d’un Bosatsu à la fleur !

Quelques exceptions toutefois avec des figures plutôt attendrissantes !

Une méditation que même une fleur ne saurait troubler …
De lanterne moussue …

Des lanternes toutes différentes intéressantes à observer ponctuent la montée

…en lanterne de pierre de forme Sôtô (stupa ou pagode) à 5 étages

La cloche en bronze du temple figure parmi les trois plus anciennes de son espèce au Japon

Le clocher du temple

Maintenant reléguée dans le musée, celle du clocher consiste en une réplique qui la remplace avantageusement !

Le clocher et sa cloche avec le long bâton permettant de la toquer

Les jardins de Hase Dera sont célèbres pour leur diversité florale au fil des saisons

Sakura aux fleurs roses
Les cerisiers, blancs ou roses, images emblématiques du printemps au Japon !
Yuri – Lys
Soshin-roubai ou Chimonanthus praecox
Tsutsuji – Azalées

Se promener, admirer et profiter d’un beau printemps à Kamakura …

Promenade en harmonie avec la nature

Le restaurant du temple propose des menus végétariens évidemment …

Karê raisu – Riz avec curry végétarien

Les grands temples, dans leur enceinte, abritent toujours des boutiques de souvenirs, quelquefois des cafétérias ou encore des restaurants de cuisine monastique comme au Hase Dera

Udon – Nouilles de blé dans un bouillon avec légumes

Se restaurer légèrement près de la baie vitrée du restaurant permet de profiter d’une vue panoramique sur la plage de Kamakura …

Yuigahama – La plage de Kamakura dans la baie de Sagami

… en suivant les évolutions des milans noirs tournoyant à la recherche de leur pitance

Tombi – Les milans occupent le ciel au-dessus du Hase Dera

Dans l’enceinte du Hase Dera, une grotte consacrée à Benzaiten est couverte, dans la roche, de sculptures en bas-reliefs exécutés dans les années 1960

Bentenkutsu – Benten (ou Benzaiten) occupant une place de choix dans sa grotte !

Sarasvati, déesse hindoue de la connaissance dont l’iconographie bouddhique reprit la figure symbolique sous le nom de Benzaiten, mère des lettres et de la musique, souvent représentée avec un luth, est la figure principale du lieu

Benzaiten jouant du Biwa (luth)

Reconnue comme déité de la fertilité, son culte est aussi associé à l’eau et plusieurs temples près de la mer lui sont consacrés ainsi qu’au Hase Dera, l’eau sourçant dans la grotte creusée au flanc de la colline

Un des 16 serviteurs de Benzaiten

Contre une petite obole, les visiteurs écrivent au dos d’une minuscule figurine de Benten leur nom et leur souhait, et la dépose ensuite dans une anfractuosité de la roche

Les figurines sont déposées où il est encore possible de trouver une place !

Nous quittâmes le Hase Dera pour une promenade dans la ville et explorer d’autres lieux renommés…

Sortie du temple sous la lanterne rouge de la grande porte

Mais avant notre départ …une dernière visite dans un jardin, un peu excentré dans le temple, sera encore l’objet du prochain article …