School Houses – Les petites écoles

Le modèle des petites écoles ou petites maisons m’a toujours attirée, les quilts anciens dans un style sobre et en couleurs unies sont ceux que je préfère parmi toutes les variations de ce sujet

Ce quilt est ma version d’un petit modèle de la quilteuse japonaise Murakami Miharu, que j’ai vu au Japon en 1986, lui même inspiré d’un ancien quilt américain du XIXe siècle

165 cm x 205 cm – Cousu et quilté à la main – 2000

Quand j’ai commencé à faire des quilts, à la fin des années 1980, les tissus américains pour patchwork étaient rares et chers…

Heureusement, j’avais quantité de tissus français et japonais destinés à la confection, car ayant beaucoup cousu de vêtements pour mes enfants, il me restait de nombreuses chutes, gardées précieusement

Évidemment, ces tissus étaient moins séduisants que les beaux coupons américains, aussi devais-je adapter les modèles de quilts admirés dans les livres à la matière première dont je disposais

Quilt inspiré d’un modèle japonais, lui-même inspiré d’un modèle américain

Un jour, en visite dans un salon de loisirs créatifs, je tombe en arrêt devant un tissu rouge foncé, couleur que j’apprécie, imprimé de lettres noires placées de façon aléatoire, tissu de la créatrice américaine Debbie Mumm, qui contribuera à lancer la grande vogue du style country aux USA

Tissu de base imprimé de lettres quilté sous forme de grille

Ce genre de tissu m’évoquait irrésistiblement les sévères tableaux noirs de l’école de mon enfance, où les belles lettres avec pleins et déliés étaient savamment dessinées par les institutrices de l’époque

Dans les années 1955-60, le style d’enseignement, très IIIe République n’avait pas encore été jeté aux orties !

Un tissu japonais inspiré des calligraphies occidentales

Ce tissu de base assez austère convenait à merveille comme fond à des blocs blancs et noirs

Des blocs à dominante noire aux fenêtres blanches et d’autres blancs complétés de noir

Des écossais, restes de petits chemisiers d’enfants

Il y a quelques années, on trouvait fréquemment sur les marchés du satin fermière de bonne qualité et souvent réversible

Bloc en satin fermière

J’ai utilisé, quand c’était possible, les imprimés des deux côtés

Quelques provençaux, peu fréquents en noir et blanc, complétaient la gamme, ainsi que des tissus japonais plutôt originaux

J’ai aussi recyclé les rayures et écossais, tissus assez nombreux dans les stocks des couturières !

Tissus Souléiado

J’ai eu l’opportunité de trouver la doublure, en solde à moitié prix, juste à la fin de l’ouvrage et convenez qu’elle va à merveille avec le top !

Doublure à petits carreaux blancs et noirs

Ce quilt était régulièrement accroché au mur, à la toute fin des vacances d’été et rappelait à mes enfants le moment de la rentrée au lycée !

Il est maintenant sagement rangé, en attendant la venue de petits-enfants écoliers…(que je n’ai pas encore !)