Exposition de dentelles

Paris – Salon l’Aiguille en fête – La Villette – 2011

Cette année, le salon avait pour thématique « La folie de la dentelle »

Deux boutiques, l’une venue de Bruges ‘t Apostelientje et l’autre de Louvain « Serena », exposaient et vendaient de superbes dentelles anciennes

Les personnes en charge de ces magasins en plus d’être charmantes et attentives, étaient expertes à reconnaitre et à dater les dentelles faites main de celles mécaniques, comme a pu le constater la détentrice d’une magnifique dentelle repartie dépitée de ne posséder en fait qu’une dentelle récente et mécanique !

J. Vermeer – La dentellière – Vers 1660

De petites expositions montrant des dentelles travaillées résolument dans un esprit contemporain avec recherche de formes nouvelles, de volume, de surfaces animées, de couleurs mêlées tentaient de donner une autre approche de cet art confirmé avec plus ou moins de bonheur inventif

Les photos de ces travaux, exposés dans un Salon grand public, étant interdites, je remercie d’autant plus les deux boutiques qui donnaient la permission de photographier leurs trésors

Donc un survol succinct de quelques différents points de dentelles anciennes, généralement du XIXe ou de la première moitié du XXe siècle présentes dans ce salon, avec des dentelles… en peinture photographiées lors de ma dernière visite au Louvre !

Collections du magasin ‘t Apostelientje – Bruges

A commencer par le plus ancien, le point de Venise et ses innombrables copies, célèbre pour l’élégance des grands motifs floraux, des rinceaux et des festons en fort relief sur un fond composé de brides et de barrettes irrégulières souvent ornés de picots

Dentelle au point de Venise

La dentelle de Venise à l’aiguille, toujours en fil de lin était plutôt portée à plat sur les costumes religieux et profanes dans toute l’Europe du XVIIe siècle, surtout sur les cols-rabats des élites masculines

Dentelle au point de Venise

La dentelle de Venise étant l’objet d’un véritable engouement et de dépenses inconsidérées, Louis XIV et son ministre Colbert, toujours soucieux de préserver les finances de la France, par un édit somptuaire firent interdire l’entrée en France de dentelles étrangères, surtout italiennes

Aurillac puis Alençon seront choisis par Colbert pour y créer des manufactures royales du point de France, dans le but d’imiter et de remplacer ces fameuses dentelles italiennes

Simon Vouet – Louis XIII –  Détail du col plat en dentelle italienne

La dentelle dite de Venise sera copiée ensuite à toutes les époques avec des sujets charmants et frivoles…

Dentelle au point de Venise

…Convenant plus aux toilettes féminines !

Dentelle au point de Venise

Ce style de dentelle dite de Bruges se caractérise par un décor abondant de fleurs faites séparément et réunies ensuite entre elles…

Dentelle de Bruges

…Sur le fond, entre les motifs, en réseau de petites mailles hexagonales

La dentelle agrémentent les habits des prélats comme sur le portrait de l’évêque de Meaux, dans une pose solennelle, peinture élégante…

H.Rigaud – Portrait de Bossuet – 1702

… Où la dentelle souligne la distinction et le prestige

H.Rigaud – Portrait de Bossuet – Détail de la dentelle du rochet

La dentelle de Bruxelles a des motifs cernés par un fil de contour épais ce qui leur donne du relief

Dentelle de Bruxelles – XIXe siècle

L’intérieur des motifs est rempli de façon assez dense sur un fond à points de gaze très petits, faits avec un seul fil fin et fragile

Dentelle de Bruxelles – XIXe siècle

La régularité du réseau formé de brides picotées, la netteté des motifs et le brillant des reliefs sont les gages d’une très belle dentelle

Dentelle de Bruxelles – XIXe siècle -Détail

Imitant les élites nobles, la bourgeoisie n’hésite plus longtemps à orner de dentelles les poignets visibles des chemises, les grands cols agrémentant d’une touche de blanc les couleurs austères des vêtements

L’Académie ou la Réunion d’amateurs, dans le sillage des peintures hollandaises, représente des personnages appartenant à une assemblée savante, si courantes à Paris au XVIIe siècle, se réunissant pour s’entretenir de leur passion commune pour les sciences, la musique ou la philosophie

Frères Le Nain – Réunion d’amateurs – Vers 1640 – Détail

La dentelle Duchesse est une broderie mixte, aux motifs de fleurs abondantes cernées par un point de bourdon, faites séparément et assemblées entre elles avec un travail sur le relief

Dentelle Duchesse de Bruxelles

La Rosaline avec ses motifs de petites fleurs répétées forment des groupes, les espaces vides étant remplis par des motifs fantaisie

Dentelle Rosaline

Une dentelle plus modeste sur le collet de ce personnage dans une taverne où l’on fumait la pipe et buvait en bonne compagnie, peinture de genre très fréquente au XVIIe siècle

J’aime beaucoup le regard séducteur et les moustaches conquérantes de ce soldat !

Frères Le Nain – Le corps de garde – 1643 – Détail

La dentelle Vieux-Flandres est une dentelle mixte, les motifs sont travaillés au fuseaux et assemblés sur un fond fait à l’aiguille à mailles hexagonales assez grossières

Dentelle Vieux-Flandres

Cette dentelle constituée de fleurs et de rinceaux fait la part belle aux grands motifs classiques

Dentelle Vieux-Flandres

Le  point de fée est une dentelle aux fuseaux fantaisie créée au XIXe siècle afin de tenter d’imiter la Binche, dentelle comptant parmi les plus belles de Belgique

Le point de fée

Collection du magasin « Serena » à Leuwen (Louvain)

Cette dentelle est exécutée avec des techniques mixtes, aux fuseaux, à l’aiguille, filet et broderie de tulle sur tulle

Dentelle aux techniques diverses

La dentelle d’application est une dentelle mixte, aux fuseaux et à l’aiguille de fleurs et feuilles assemblées sur un fond léger et très régulier de tulle mécanique

Dentelle d’application

La dentelle à l’aiguille au point de Paris a des motifs, fleurs, feuilles cernés par un point de bourdon sur un réseau maillé régulier

L’intérieur des motifs est souvent embelli de remplissages divers

Dentelle au point de Paris

Du XVIIe siècle jusqu’à Napoléon, les dentelles plairont autant aux hommes qu’aux femmes…

Fr.Quesnel – Portrait d’un couple – Vers 1610 – Détail

…Pour le charme de leur finesse, de leur souplesse…

Ch. A Coypel – Portrait de son frère – 1732

…de l’étonnante variété de leurs décors et par la qualité exceptionnelle de leur exécution

Ch. A Coypel – Portrait de son frère – Détail

A l’abri de vitrines, les fournitures anciennes nécessaires à la confection de dentelles retraçaient l’histoire d’une époque révolue

Fournitures de la maison Scharlaeken depuis 1798 à Bruges

Tandis que d’étranges créatures, sous des dehors familiers nous surprenaient au détour d’une allée

Pascaline Rey – Méduse en dentelles de récupération

La Cité de la dentelle de Calais consacrait son exposition à l’aventure industrielle de la dentelle à Calais, à la qualité de ses dentelles mécaniques…

Dentelles mécaniques Leavers or et argent – Entreprise Boutroy – Calais

…Et à la dentelle dans la mode de notre époque

Lors d’un défilé de mode à Calais, le coup d’œil professionnel d’un expert vérifiant la qualité de la dentelle ! (photos anonymes)

La maison DMC exposait ses trésors, les fameux « Cadres noirs » que Thèrèse de Dillmont, l’immortelle auteur de l’Encyclopédie des ouvrages de dames, maintes fois rééditée depuis 1886, avait fait confectionner pour y rassembler les innombrables échantillons de dentelle collectés un peu partout en Europe

Dentelle aux fuseaux – Mirecourt – XIXe siècle – Collection DMC

La dentelle « Reticella » originaire d’Italie a orné bien des cols depuis le XVIIe siècle

Dentelle Reticella – XIXe siècle – Collection DMC

Quant aux dentelles venant d’Espagne et utilisant la couleur, elles ne furent jamais en vogue dans les pays dentelliers du Nord

Dentelles d’Espagne – XIXe siècle – Collection DMC

Le recyclage des dentelles dans des ouvrages contemporains est plus ou moins intéressant et inventif, une artiste Lucile Dupeyrat les dispose sur de grandes toiles de lin brut…

Lucile Dupeyrat – Chemin de croix

…Dans une approche baroque empreinte de spirituel sinon de mysticisme…

Lucile Dupeyrat – Détail

…inspirée par l’architecture religieuse …

Lucile Dupeyrat – Détail d’un panneau Jardin de cloître

…ou les jardins des cloîtres

Lucile Dupeyrat – Détail

Comme je suis une impénitente partisane du « bien fini » j’ai pensé que ces grands panneaux chiffonnés, sans support un peu rigide pour leur donner de la tenue, avaient comme un goût de laisser aller …Mais peut-être suis-je trop rigide et que cette présentation lâche était voulue après tout

Des colifichets de dentelles avec perles et boutons, de prix peut être plus abordables accompagnaient ces travaux précieux de recyclage

Lucile Dupeyrat – Un panneau de la série des Herbiers

L’exposition des ouvrages si fort appréciés d’Ina Statescu…

Ina Statescu – Panneau rebrodé

…avec des œuvres aux couleurs délicates et raffinées…

…Mettaient enfin un peu de joie dans cette journée d’hiver maussade

L’article sur le Salon l’Aiguille en fête 2012 est en ligne